dimanche 26 mars 2017

Les lectures de Charlotte (35) : Minute papillon ! - Gaëtan Doremus

« Voici donc une chenille », nous annonce-t-on en première page. Une affirmation que ladite chenille s’empresse de rectifier : « Eh, minute papillon, je ne suis pas une chenille, je suis un ogre ! ». Le cadre est posé, cette chenille persuadée de ne pas en être une vit dans le déni permanent. Le narrateur nous dit qu’elle mange des haricots ? Elle réplique qu’elle déteste ça et préfère le poisson. Des aubergines lui conviendront davantage, peut-être ? Beurk ! Elle aime mieux grignoter des baleines. Fruits et légumes sont passés en revue et se voient opposer une fin de non-recevoir catégorique : la chenille est un ogre, elle mange des lutins, des enfants, des lapins ou des dinosaures et rien d’autre, nom d’une pipe !

Elle est marrante cette chenille un brin énervée, un poil tête à claque et sacrément râleuse mais surtout (et c’est à l’évidence son plus gros souci) incapable de s’accepter telle qu’elle est. Et pire encore, incapable d’accepter les changements que son corps subit avant une métamorphose à venir dont elle aura sans doute du mal à se remettre.

Un joli album qui vaut autant pour son texte drôle et décalé que pour ses illustrations rappelant des planches encyclopédiques d’antan. A chaque nouvelle « rencontre » avec un fruit ou un légume la chenille se pare d’une couleur supplémentaire pour finir en beau papillon multicolore. Une trouvaille aussi charmante qu’efficace, à l’image de ce bel objet-livre qui ravira à coup sûr petits et grands.



Minute papillon ! de Gaëtan Doremus. Le Rouergue, 2017. 32 pages. 13,90 euros. A partir de 4 ans.






vendredi 24 mars 2017

La nuit myope - A.D.G

J’adore le résumé de l’auteur de polars Jérôme Leroy en préface : « La Nuit myope est un roman noir, mais sans morts et avec beaucoup de style. Ça compense. C'est explicitement placé sous le signe d'Antoine Blondin, Marcel Aymé et Jacques Perret, dans la grande tradition des traversées de Paris. L'histoire est simple. C'est l'Odyssée à l'envers d'un Ulysse ivre qui quitte Pénélope pour retrouver Calypso mais qui en sera empêché parce qu'il est myope et qu'il a cassé ses lunettes en repassant de nuit au domicile conjugal. »

L’histoire est simple en effet. Domi accompagne des collègues en boîte. Tout le monde picole et s’éparpille, lui se rapproche d’une inconnue pour partager un verre. Elle lui écrit son adresse sur un paquet de clopes avant de monter dans un taxi. Il rentre chez lui mais au lieu de se coucher près de bobonne, il se change et repart avec son chien, prêt à tout quitter pour retrouver sa nouvelle conquête et l’emmener dans les Cévennes sur les traces de Stevenson voyageant avec son âne. Problème, Domi casse ses lunettes juste avant de sortir de son appart. La perte de ses lorgnons est si handicapante qu’il décide de passer à son bureau chercher une paire de rechange. Le voilà donc embarqué, bourré comme un coing et myope comme une taupe, dans une traversée nocturne de Paris aussi improbable que riche de surprenantes rencontres.

Si vous me connaissez un peu vous vous doutez que ce petit texte d’une centaine de pages avait avant le coup tout pour me plaire. Et ce fut le cas. Un bonheur ce Domi, loser magnifique s’il en est, couillon et poissard, fleur bleue tirant d’impossibles plans sur la comète. La mauvaise décision prise sur un coup de tête et les déboires inhérents à une randonnée pédestre alcoolisée, ça me parle !

Et puis le décor me plait, ce Paris du début des années 80 avec jeunes giscardiens en goguette désespérés par la victoire de Mitterrand, cabines téléphoniques en état de marche, cigarettes autorisées dans les lieux publics et gardiens de nuit taciturnes ou débonnaires rappelle une époque vraiment particulière.

Style insouciant, narrateur pince sans rire adepte de la dérision et faisant preuve d’inventivité lexicale (« coquetèles », « disque-joquet », « bloudjine », « ouiquende », etc.)  l’écriture d’A.D.G, auteur culte du « néo polar » à la française mort en 2004, vaut vraiment le détour. J’ai aimé cette fausse désinvolture. Ne pas se prendre au sérieux et faire les choses sérieusement, c’est le genre de pratique que j’apprécie particulièrement. Le fond et la forme, il n’y a  pour moi rien à jeter dans cette Nuit myope. Évidemment, ce ne sera pas le roman de tout le monde mais les adeptes de curiosités (de qualité) y trouveront leur compte, je vous le garantis.

La nuit myope d’A.D.G. La Table ronde, 2017. 108 pages. 5,90 euros.


Extrait :

« Le veilleur se trouvait être un personnage pitoyable : d’allure plutôt nunuche et de taille brève, des yeux jaunes veinulés d’incarnat, un nez cassé et rose à l’arête, le teint d’un sac de jute et l’haleine d’une charogne. Il picolait comme un boyard, égarant ses kils de rouge à tous les étages lors des rondes réglementaires et comme il était sujet également à une bronchite chronique, il se rinçait le gosier avec des sirops relativement opiacés, sans préjudice des tranquillisants qu’il croquait assidûment au motif d’une vie insignifiante ».









mercredi 22 mars 2017

La Famille Fun - Benjamin Frisch

La couverture annonce la couleur : les Fun, représentent la famille américaine parfaite. Robert, le père, est un dessinateur de BD dont les strips autobiographiques connaissent un grand succès dans les journaux. Marsha, la mère, femme au foyer, est  une épouse modèle. Et leurs quatre enfants Robby, Molly, Mikey et J.T sont d’adorables garnements. Tout va bien donc chez les Fun, tout le monde s’aime et n’arrête pas de se le dire pendant que le sucre et la guimauve dégoulinent et que le lecteur a l’impression d’avoir été projeté dans une pub vantant l’American way of life.

Je vous rassure (ou pas), cette impression ne dure que les cinq premières pages. Parce qu’après les choses se gâtent. Un coup de téléphone annonce le décès de la maman de Robert. Ce dernier sombre dans la dépression, Marsha plie bagage et s’acoquine avec un gourou pendant que les enfants tentent de sauver les meubles. En vain.

J’ai rencontré Benjamin Frisch à Angoulême. Un jeune homme souriant, charmant et affable à qui on donnerait le bon Dieu sans confession. Un jeune homme doux comme son dessin tout en rondeur aux couleurs chaudes. Je ne savais pas alors ce qu’allait donner la lecture de l’album mais après coup, je me dis que ce cher Benjamin cache drôlement bien son jeu. Je ne pouvais pas me douter que ce visage d’ange et ce style « cartoonesque » dissimulaient un humour noir féroce et une critique acerbe du politiquement correct made in America.

Je vais rester évasif pour ne pas trop en dévoiler mais sachez que la famille Fun n’a rien de fun et que sous le verni très hypocrite du « tout le monde est happy » on trouve des névroses corsées et des pathologies plutôt lourdes. Le propos est grinçant et la fin, loin d’apaiser la situation, installe un malaise que je n’avais pas vu venir et que j’ai trouvé très dérangeant.

Une chronique familiale sans concession, portrait au vitriol d’une Amérique rongée par la religion, l’égoïsme et la cupidité. Le décalage entre le dessin tout mignon et les horreurs racontées est à l’évidence la trouvaille la plus remarquable (et la plus efficace) de l’album. Assurément une de mes plus belles surprises de ce début d’année en matière de BD.

La Famille Fun de Benjamin Frisch. Ça et là, 2016. 240 pages. 22,00 euros.










mardi 21 mars 2017

Trois ans de pépites jeunesse, ça se fête !

Trois ans que Noukette et moi avons décidé d’organiser un rendez-vous pour présenter ensemble  (presque) chaque mardi une pépite jeunesse. Un rendez-vous auquel nous tenons beaucoup et une volonté commune de partager nos lectures et de mettre modestement en lumière des titres courts et percutants qui montrent toute la diversité et la vitalité de la littérature jeunesse actuelle.

98 pépites en trois ans donc, et une envie de marquer le coup pour fêter cet anniversaire. Nous étions partis sur l’idée de choisir 10 pépites de 10 auteurs différents mais il nous a été impossible de respecter ce schéma de départ. Nous avons donc décidé de mettre à l’honneur 13 pépites et 13 auteurs qui ont marqués notre rendez-vous. Une sélection forcément subjective mais sur laquelle nous nous accordons en tout point.

Et puisque l’idée de ce rendez-vous est avant tout le partage, nous vous proposons de découvrir ces pépites. Deux exemplaires de chaque sont à gagner. Pour participer, rien de plus simple, il suffit de laisser un commentaire ici ou chez Noukette et de nous préciser si vous avez déjà lu un ou plusieurs titres de la liste. Pour le reste, on s’occupe de tout.

PS : les belges, les suisses, les canadiens et les DOM-TOM sont évidement les bienvenus. Et les résultats seront annoncés le 1er avril, ce n'est pas une blague !



Nos treize pépites incontournables :


La piscine était vide de Gilles Abier
Max et les poissons de Sophie Adriansen
Dans le désordre de Marion Brunet
Traits d’union de Cécile Chartre
La Belle Rouge d’Anne Loyer
Sauveur et fils, saison 1 de Marie-Aude Murail
Ma mère, le crabe et moi d’Anne Percin
A ma source gardée de Madeline Roth
Les fragiles de Cécile Roumiguière
Hugo de la nuit de Bertrand Santini
Ma tempête de neige de Thomas Scotto
Rien que ta peau de Cathy Ytak
Trop tôt de Jo Witek















samedi 18 mars 2017

Les lectures de Charlotte (34) : Le monstre du bain de Colin Boyd et Tony Ross

Vous êtes-vous déjà demandé où allait l’eau sale de votre bain ? La mère de Jackson connaît la réponse : elle est aspirée (à la paille) par un monstre caché sous la baignoire. Un monstre dont cette eau sale du bain est le SECOND plat préféré. Jackson le sait bien et c’est pour ça qu’il se lave tous les soirs, afin de s’assurer que le monstre est repu. Un jour pourtant il décide de ne plus y croire et file se coucher tout crotté. N’ayant rien à se mettre sous la dent, le monstre doit se rabattre sur son PREMIER plat préféré. Et la maman de Jackson trouve le lendemain matin le lit de son fils vide…

Je  vous rassure tout de suite, la chute est très drôle et absolument pas dramatique (en même temps il fallait s’en douter).  L’idée de départ est farfelue et le petit Jackson, garnement espiègle et pas franchement porté sur l’hygiène, plaira à nombre de petits lecteurs. Le dessin reconnaissable entre mille de Tony Ross offre au monstre du bain une bonne bouille, bien plus rigolote qu’effrayante.

Un album qui fait mouche, avec une thématique parlante, un texte savoureux, des illustrations particulièrement expressives et une conclusion aussi inattendue que rigolote. Le genre de petit bonbon à savourer le soir au moment du coucher. Et sans le moindre risque de carie en plus !

Le monstre du bain de Colin Boyd et Tony Ross. Seuil jeunesse, 2017. 32 pages. 12,90 euros. A partir de 3-4 ans.







jeudi 16 mars 2017

Le nom du fils - Ernest J. Gaines

Louisiane, début des années 70. Malgré la fin « officielle » de la ségrégation, la vie est toujours compliquée pour les noirs du sud profond. La lutte pour l’égalité mobilise encore fortement la communauté, notamment dans la petite ville de Sainte Adrienne où officie le révérend Philippe Martin. Un révérend exemplaire, admiré de tous pour son engagement dans la défense des droits civiques. Un révérend dont la vie va basculer le jour où débarque en ville un jeune homme venu de nulle part se faisant appeler Robert X. Le garçon refuse de dire à sa logeuse pourquoi il est là, il passe ses journées à traîner dans les rues et s’attarde souvent devant la maison de la famille Martin. Un soir, invité à une réception, il croise le regard du pasteur. Celui-ci, après l’avoir fixé quelques secondes, est pris d’un étourdissement et s’écroule sous les yeux de ses paroissiens…

Bien que fan absolu d’Ernest J.Gaines, dont j’ai lu tous les ouvrages sans exception, je dois reconnaître que ces dernières productions (« Mozart est un joueur de Blues » et « L’homme qui fouettait les enfants ») laissaient entrevoir un petit coup de mou. C’est donc avec un plaisir non dissimulé que je l’ai retrouvé ici en pleine forme, toujours aussi à l’aise pour faire entendre la voix de ceux qui n’ont pas droit au chapitre et redonner leur fierté aux hommes et femmes du Sud qu’il a côtoyé toute sa vie durant.

Avec « Le nom du fils », il installe une ambiance pleine de tension et de non-dits où un homme persuadé d’avoir trouvé la paix après une jeunesse troublée voit resurgir un passé qui vient ébranler les fondations sur lesquelles il pensait reposer avec force et sérénité. Le dilemme dans lequel s’enfonce le pasteur pousse à la réflexion et soulève des questions à la fois éthiques et intimes. Le texte résonne avec force, porté par des dialogues comme d’habitude plein de vivacité. Et comme d’habitude le drame se noue et les personnages se drapent dans la douleur et la dignité. Un roman sobre et puissant, du Gaines comme je l’aime en sorte.

Le nom du fils d’Ernest J. Gaines. Liana Levi, 2013. 270 pages. 19,00 euros.


Une lecture commune que j'ai le plaisir de partager avec Innganmic.






mercredi 15 mars 2017

Wake up America T3 : 1963-1965 - John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell

Après l’opération des « voyageurs de la liberté » menée par les étudiants et militants noirs pour mettre un terme à la discrimination raciale dans les bus et les gares routières des états du sud, après la fameuse marche sur Washington du 28 août 1963, John Lewis, infatigable défenseur de la lutte pour les droits civiques, raconte dans ce troisième volume le combat mené pour que la population noire puisse s’inscrire sur les listes électorales dans le Mississipi et l’Alabama. A Selma et Montgomery les autorités, défiant les lois fédérales, soutenaient la ségrégation en refusant les demandes d’inscription des candidats noirs. Des manifestations furent organisées devant les palais de justice, sévèrement réprimandées par les forces de l’ordre. Le 7 mars 1965, 600 manifestants pacifiques furent attaqués par la police locale sur le pont Edmund Pettus à Selma. La répression, d’une violence inouïe, filmée et photographiée par les journalistes, agit comme un révélateur de la cruauté du sud ségrégationniste aux yeux du reste de l’Amérique, ce qui contribua à accélérer l’instauration de la loi sur le droit de vote qui fut promulguée au mois d’août de la même année.

Un troisième tome beaucoup plus dense que les deux précédents. Beaucoup plus politique et également bien plus bavard, traversé par les discours fleuves de Malcolm X et Martin Luther King, par les prises de position du président Lyndon Johnson et par les échanges entre les défenseurs des droits civiques. Rien d’assommant pour autant. Il faut certes rester concentré pour suivre les événements, pour ne pas se perdre dans la chronologie et les différents lieux, mais franchement ça en vaut la peine tant le propos est passionnant de bout en bout.

La complexité de la situation, les tensions entre les activistes non-violents et les tenants d’une réponse « musclée », le regard porté sur la place des femmes dans le mouvement (elles-mêmes mises à l’écart par les antiségrégationnistes, un comble !), tout est décrit avec une fluidité et une lisibilité absolument remarquables. Le noir et blanc de Nate Powell, sobre et puissant, donne à voir à la fois l’ignoble réalité et la volonté inébranlable d’une communauté décidée coûte que coûte à ne plus se résigner et à gagner la dignité à laquelle chaque américain est en droit d’aspirer, quelle que soit sa couleur de peau.

Pédagogique, émouvante et instructive la trilogie Wake up America est surtout essentielle pour éclairer un des pans les plus sombres de l’histoire américaine. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’elle a remporté le National Book Award 2016 (catégorie Littérature jeunesse). Une lecture indispensable, qu’on se le dise !

Wake up America T3 : 1963-1965 de John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell. Rue de Sèvres, 2017. 256 pages. 15,00 euros.


Mes avis sur les tomes 1 et 2

Un lecture commune que j'ai le plaisir de partager avec Mo.







mardi 14 mars 2017

Phobie - Fanny Vandermeersch

Sophia a connu une scolarité brillante. Jusqu’au collège du moins. Tout avait pourtant bien commencé en 6ème mais peu à peu la machine s’est grippée. Notes en baisse, peur du regard des autres, difficulté à affronter la puberté et un corps qui change, impression d’être invisible pour tout le monde… la jeune fille perd ses moyens et se laisse ronger par l’angoisse. Elle se rend de plus en plus souvent à l’infirmerie, sèche les cours et finit par ne plus pouvoir passer les grilles de l’établissement. Un blocage total et incontrôlable qui la conduira jusqu’à une hospitalisation suite à une crise de panique.

Qu’il est intelligent ce petit roman ! Il aurait été tellement simple de jouer la carte de la dramatisation à outrance, de poser un décor misérabiliste et de dresser le portrait d’une gamine en échec scolaire maltraitée par ses proches et/ou harcelée par ses camarades de classe. Du glauque tire-larmes qui aurait forcément expliqué la phobie. Sauf que Sonia, comme beaucoup d’enfants touchés par ce trouble, a en apparence tout pour être heureuse. Elle a une vie équilibrée, des parents même pas divorcés et un niveau scolaire excellent. Fanny Vandermeersch décrit parfaitement l’enchaînement des événements. Un petit grain de sable dans l’engrenage, le malaise s’installe, l’enfant se referme sur lui-même et se réfugie dans le silence, il se coupe du monde et a honte d’avouer son mal être. Il s’enfonce peu à peu sans vraiment savoir pourquoi. Une chute aussi incontrôlable qu’incompréhensible.

 Les facteurs sont multiples, le premier restant un manque total de confiance en soi. La souffrance n’est pas éludée, la forme du journal intime renforce l’expression de la douleur de Sophia et de ses interrogations, mais le plus important est qu’après avoir touché le fond, elle soit capable de remonter vers la lumière. Sans résoudre le problème d’un coup de baguette magique mais en avançant fébrilement, pas à pas, soutenue par les siens et par une aide extérieure indispensable à sa reconstruction.

On sent que l’auteure connait son sujet, que l’environnement particulier du collège n’a aucun secret pour elle. Tout sonne juste dans ce texte, des réactions de Sophia à celles, pas franchement à la hauteur mais tellement réalistes, de ses parents. A lire et à faire lire, pour comprendre et discuter, pour ne plus laisser tant d’enfants en souffrance.

Phobie de Fanny Vandermeersch. Le Muscadier, 2017. 90 pages. 9,50 euros. A partir de 10 ans.


Une nouvelle pépite jeunesse que j'ai le plaisir de partager avec Noukette.













lundi 13 mars 2017

Norwood - Charles Portis

Norwood Pratt se voit en futur star de la country. Même s’il n’est jamais monté sur scène, n’a pour seule richesse qu’une vieille guitare déglinguée et vient tout juste de quitter l’armée pour rentrer au Texas afin de s’occuper de sa sœur après le décès de leur père. A Ralph, le bled paumé où il a vu le jour, Norwood vivote en tant que pompiste. Il s’ennuie ferme surtout. Et depuis que sa frangine a ramené à la maison un gars qu’il ne peut pas blairer, il a des envies d’ailleurs. Alors quand on lui propose de convoyer deux voitures à New-York moyennant finances, il fonce. Surtout qu’un de ses potes troufions, qui lui doit 70 dollars, s’est installé dans la grosse pomme il y a peu. Ce sera l’occasion de faire une pierre deux coups.

Voila donc Norwood au volant d’une bagnole flambant neuve, chapeau de cow-boy enfoncé jusqu’aux oreilles, guitare en bandoulière et sur le siège passager une pute mal embouchée qu’on lui a collé dans les pattes sans lui demander son avis. La voiture est évidemment volée, comme celle qu’il traîne avec une remorque. Commence alors un road trip où galères et rencontres improbables s’enchaînent, du routier parano au nain hâbleur, du poulet savant à la midinette croisée dans un bar miteux.

Charles Portis, célèbre pour son western True Grit, a commis en 1966 cette hilarante parodie de récit beatnik déjanté et un poil foutoir. Un premier roman où l’Amérique profonde en prend pour son garde, mais sans méchanceté. Comment en vouloir à ce grand couillon de Norwood, qui n’a à l’évidence pas inventé l’eau chaude, mais qui prend les choses comme elles viennent, même quand la situation vire au cauchemar ? A croire que les malheurs l’éclaboussent sans le mouiller, que les coups durs s’encaissent les uns après les autres et ne laissent jamais de traces durables. Un benêt pareil, attachant en diable, ne peut qu’attirer la bienveillance.

Les dialogues frôlent parfois l’absurde mais ils sont plein de vivacité et font le sel du roman. Loufoque, farfelu ou burlesque, appelez ça comme vous voulez. Norwood est un texte en roue libre à l’humour pince-sans-rire. Vous pensez bien que j’y ai trouvé mon compte.

Norwood de Charles Portis (traduit de l’anglais par Théophile Sersiron). Cambourakis, 2017. 142 pages. 18,00 euros.







dimanche 12 mars 2017

Le tunnel - Hege Siri et Mari Kanstad Johnsen

Ils s’aiment et sont inséparables. Il a le poil blanc, elle a la fourrure fauve. « Ils creusent un sentier sous le sol. L’un et l’autre, ensemble. Ils tracent leur route ». Jour et nuit ils avancent dans l’obscurité. Parfois ils sortent et gagnent la forêt. Pour manger et boire, fuir un danger, trouver une nouvelle cachette, faire leur toilette. Sous terre ils sont davantage en sécurité. Dehors la grande route les hypnotise. Mais jamais ils ne s’élanceront pour la franchir. Ils se souviennent du chat, de l’écureuil et du renard étendus sur le bitume. Alors ils continuent de creuser, côte à côte. Car rien n’est plus important que rester ensemble quand on s’aime.

Une histoire digne d’une fable, où la sagesse se conjugue à un soupçon de mélancolie. Un couple de lapins qui avance malgré les embûches, trace son chemin au cœur d’un monde hostile et affronte les dangers main dans la main, enfin patte dans la patte. Tout à leur travail, ils discutent, parlent des atouts et handicaps des lièvres par rapport à eux (ils courent plus vite mais creusent moins bien) ou encore des raisons qui les poussent à construire un tunnel sans fin.

Je trouve les illustrations, épurées à l’extrême, d’une grande puissance. Sobriété des images, poésie d’un texte tout en délicatesse et profondeur d’un propos quasi philosophique, il n’en fallait pas pour que je tombe sous le charme de cet album aussi somptueux qu'inclassable.

Le tunnel de Hege Siri et Mari Kanstad Johnsen (traduit du norvégien par J-B. Coursaud). Albin Michel jeunesse, 2017. 40 pages. 11,90 euros. A partir de 5 ans.