lundi 30 juillet 2012

La Duchesse de Langeais de Balzac

La Duchesse de Langeais est une nouvelle qui fait partie de « L’histoire des treize », où figurent aussi « Ferragus » et « La fille aux yeux d’or ». Le texte commence alors que le général de Montriveau, en mission en Espagne, s’introduit dans un couvent de Carmélites aux Baléares. Il y reconnaît avec certitude la femme qu’il recherche depuis cinq longues années et intrigue pour la rencontrer au parloir en présence de la mère supérieure, mais, au dernier moment, elle se dérobe. Après cette introduction, le récit fait un bond de cinq ans en arrière, au moment où ce même général a fait l’objet d’une opération de séduction menée par « la reine du faubourg Saint-Germain », une femme froide, orgueilleuse, prude, experte en coquetterie et qui vit à travers Montriveau l’occasion d’ajouter un prestigieux soldat de Napoléon à sa collection déjà fournie d’admirateurs. La Duchesse de Langeais, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, joua comme à l’accoutumée avec son soupirant, alternant atermoiements et savantes reculades sans jamais lui laisser le moindre espoir de pouvoir consommer une relation devant rester en tout point platonique. D’abord fou amoureux, le général finit par prendre la mouche. Frustré et humilié, il organisa l’enlèvement de la duchesse au cours d’une réception mondaine et menaça de la marquer au fer rouge. Les rôles s’inversèrent alors et la duchesse, devenue amoureuse transie, s’épuisa à tenter de reconquérir son amant. Celui-ci lui montra le dédain le plus profond et, de guerre lasse, Mme de Langeais décida de disparaître à jamais de la vie parisienne pour rentrer dans les ordres…

Grâce à la LCA (Lecture Commune Approximative) d’un ou plusieurs textes de l’Histoire des treize proposée par Marie en février dernier, j’ai pu me replonger dans Balzac, plus de 20 ans après. Est-ce que mon point de vue a changé ? Je serai bien incapable de le dire car je ne gardais aucun souvenir de la Duchesse, pourtant lu en 1994 lors de ma première année de DEUG. Tout ce que je sais c’est qu’en refermant le livre, une question m’a taraudé. Une question toute simple mais qui est à mon sens le point central du récit : Mme de Langeais et Mr de Montriveau se sont-ils vraiment aimés ?

Je m’explique. Même si tout concorde pour ne laisser planer aucun doute sur leurs sentiments réciproques (des mois de fréquentation assidue, l’acharnement dont ils font preuve tour à tour pour rester proches, les cinq année de recherches entreprises par Montriveau, les lettres enflammées envoyées par la duchesse après l’enlèvement, son renoncement et le risque de perdre sa réputation…), je reste persuadé qu’au-delà des apparences, ces deux-là n’ont fait que jouer l’un avec l’autre. Un jeu cruel et vaniteux dans lequel la duchesse ne s’intéresse au général qu’en raison de l’amour qu’el le porte à sa propre personne. Quant à l’acharnement qu’elle met à le reconquérir, je l’attribue à une volonté farouche de ne pas perdre la face. Pour Montriveau, cette femme d’abord aimée devient au final un ennemi à briser coute que coute. Il n’y a là à mes yeux que calcul, vengeance, amour-propre blessé et coups-bas. Il suffit de voir la dernière scène où tout le soufflé retombe dans un plouf final qui ne semble pas perturber plus que cela Montriveau, ce dernier tirant un trait définitif sur cette soi-disant idylle avec une facilité déconcertante.

Sans doute mon point de vue est discutable, mais s’ils s’étaient vraiment aimés, il me semble qu’ils se seraient jetés dans les bras l’un e l’autre, point barre. Finalement, ils n’ont été amoureux que d’une obsession et écrasés l’un comme l’autre par leur vanité. C’est là que réside le tragique de leur histoire, dans cette partie d’échecs où se sont succédés calcul et ressentiment.

Reste la beauté de l’écriture de Balzac, la préciosité de ces dialogues un brin désuet et ce décor de boudoirs et d’hôtels particuliers parisiens qui symbolisent toute une époque. A signaler aussi la misogynie de l’auteur qui dresse un tableau peut reluisant des femmes du grand monde, les peignant en sylphides superficielles et intrigantes, « allumeuses » au cœur de glace. Une vision caricaturale à l’évidence aussi assumée que revendiquée (d’après ce que j’ai lu dans la préface, il a rédigé la nouvelle alors qu'il sortait d’une déception amoureuse avec Mme de Castrie, une coquette de Saint-Germain qui l’avait traité avec le plus grand mépris). Et si finalement La duchesse de Langeais n’était qu’un texte plein de rancœur rédigé par un homme blessé ?

La Duchesse de Langeais de Balzac. Le livre de poche, 2008. 252 pages. 4,10 €.

L'avis de Marie

samedi 28 juillet 2012

Du sang dans les plumes de Joel Williams

« Je m’appelle Joel Williams. J’ai 46 ans, je suis un amérindien de la tribu shoshone-païaute. Je suis incarcéré depuis vingt-cinq ans, suite à une condamnation à perpétuité assortie d’une peine plancher de vingt-sept ans. Je suis également écrivain. »

Né en 1964, Joel Williams a tué son père, alcoolique et violent, alors qu’il n’avait que 21 ans. Actuellement incarcéré à la prison de haute sécurité de Mule Creek State, en Californie, il a commencé à écrire en 2002. Découvrant une de ses nouvelles dans une revue canadienne, Éric Vieljeux, responsable des éditions 13e Note, le contacte afin d’envisager la publication d’un recueil. Sur les vingt textes envoyés par le détenu, treize sont réunis ici. L’ouvrage se compose de trois parties bien distinctes. D’abord une longue introduction au cours de laquelle Joel Williams revient sur les événements tragiques qui l’ont mené en prison. Ensuite, cinq nouvelles « urbaines » mettant en scène Jake Wallace, le double fictionnel de l’auteur, dans les rues de Los Angeles. Drogue, alcool, bagarre… une plongée au cœur de l’Amérique des laissés pour compte. Enfin, la dernière partie regroupe des histoires se déroulant derrière les barreaux, toujours avec le même Jake Wallace. C’est cette partie que j’ai le plus apprécié. On y sent malheureusement tout le vécu de l’auteur. Mais l’intérêt premier réside dans le fait que, balayant toute tentation de pathos et de larmoiement, il préfère donner dans l’autodérision. A la fois meurtri, maussade, optimiste ou abattu, le narrateur porte un regard lucide et plein de bon sens sur sa situation. Du réfectoire à la visite chez le dentiste, du codétenu excentrique aux prémices d’histoires d’amour avec des visiteuses de prison affriolantes, chaque texte porte un éclairage nouveau sur sa condition d’homme reclus.

Si vous vous attendez à lire de la grande littérature, vous risquez d’être déçu. Mais il ne faut jamais oublier que tout ce que Joel Williams connaît de l’écriture, il a dû l’apprendre par lui-même dans la solitude d’un quartier de haute sécurité. Et puis dites-vous bien qu’en puisant son inspiration chez des auteurs comme Carver Fante, Bukowski ou Knut Hamsun, le bonhomme est allé à bonne école. Alors oui, la qualité est inégale d’un texte à l’autre. Mais, et c’est l’avantage avec les nouvelles, on est jamais à l’abri d’une vraie bonne surprise. Ici, elle survient page 192 avec « Un vrai mec, absolument », petit bijou d’humour noir bien cradingue comme je les aime.

Devenue son principal moyen de survie, l’écriture est aussi pour l’auteur, comme précisé dans la postface, « un acte de défi existentiel, un cri de résistance personnel… et l’affirmation d’une liberté de l’imaginaire si exceptionnelle que nous autres, vivant hors les murs, ne pouvons l’appréhender qu’en lisant ses récits. »

Une dernière petite info pas vraiment réjouissante : pour la troisième fois depuis son incarcération, la mise en liberté conditionnelle de Joel William lui a été refusée en 2011 par les autorités pénitentiaires.

Du sang dans les plumes, de Joel Williams. 13e note, 2012. 234 pages. 8 euros.

jeudi 26 juillet 2012

Aslak 1 : L’œil du monde

Hub, Weytens et Michalak
© Delcourt 2011
Chez les vikings, pendant les longues soirées d’hiver, les occupations sont limitées. Un peu de bagarre, beaucoup de beuveries et surtout de terribles histoires racontées au coin du feu. Problème, quand le stock d’histoires diminue et que l’on finit par toujours ressortir les mêmes, on s’expose au courroux de l’auditoire. Et quand cet auditoire est une grosse brute épaisse qui répond au doux nom de Waldemar, il faut s’attendre au pire. Le père de Skeggy et Sligand l’a apprit à ses dépends. Conteur officiel du village, il a été décapité pour avoir raconté le même conte une énième fois. Héritiers de la charge paternelle, les deux frères sont envoyés par Waldemar à la chasse aux nouvelles histoires. Il leur donne un an avant de revenir les lui faire entendre. Seul le meilleur conteur restera à son service. L’autre finira comme son père. Et s’ils décidaient de ne pas revenir, c’est leur mère et leur petit frère qui subiront la colère de Waldermar.

Aslak relate la quête de ses deux frères, vite séparés par les événements, qui vont s’affronter sans scrupule pour rejoindre l’île de l’œil où réside un vieux conteur possédant un livre rempli de fabuleuses histoires.

En découvrant cette couverture chez Natiora hier, j’ai tiqué, persuadé d’avoir déjà vu cette BD quelque part. Après quelques recherches, je l’ai retrouvée sur une étagère de ma bibliothèque. Je l’avais achetée dans une brocante à l’automne dernier et depuis, elle prenait la poussière (c’est dire à quel point la gestion de ma PAL est pour le moins aléatoire). Bref, comme Natiora a fait de cet album un coup de cœur, je me suis empressé de m’y plonger, aussi enthousiaste que sceptique. Oui, car pour tout dire, j’ai du mal à croire qu’un récit de fantasy comme il en pullule chez Delcourt et Soleil puisse à ce point sortir du lot. Pour moi, ils sont tous fabriqués dans le même moule et servent uniquement à alimenter la soif de nouveautés des fans du genre (quel esprit étriqué, je fais, quand même !).

Au final, c’est une agréable surprise. Pas un coup de cœur, certes, mais un vrai bon moment de lecture. J’ai apprécié cette course poursuite trépidante entre les deux frères. J’ai apprécié aussi le fait que ces deux là ne brillent pas par leur intelligence, c’est le moins que l’on puisse dire. D’ailleurs, la galerie de personnages tous plus barrés les uns que les autres est un régal. De Brynhild, la pulpeuse capitaine d’un drakkar déglingué à l’équipage moribond au terrible Roald le Borgne en passant par Waldemar ou un émérite conteur plus miteux que flamboyant, les auteurs se sont fait plaisir en mettant en scène une tripotée d’antihéros plus truculents les uns que les autres. Mention spéciale néanmoins pour le courageux guerrier Alamrik, sorte de Conan le barbare qui s’évanouit à la vue du sang. Ajoutez-y des dialogues pêchus, un running gag bien trouvé et de l’action à gogo et vous obtenez une recette qui fonctionne.

Niveau dessin, Emmanuel Michalak assure. Son trait, tout à fait dans l’esprit du scénario, se rapproche par moments de celui de Tarquin (Lanfeust) tandis que certains passages rappellent le très grand Uderzo. Vous direz, rien de plus normal pour une histoire à la fois mouvementée et malicieuse que n’auraient pas renié Goscinny et Arleston.

Sans doute pas l’album du siècle, mais voila à l’évidence une nouvelle série de Fantasy prometteuse et fort bien ficelée. Seul problème, le 1er cycle est prévu en quatre tomes et la suite se fait toujours attendre depuis un an et demi. Pas bon signe, ça...


Aslak T1 : L’œil du monde de Hub, Weytens et Michalak. Delcourt, 2011. 56 pages. 14,30 euros.


Hub, Weytens et Michalak © Delcourt 2011

mercredi 25 juillet 2012

Portugal de Cyril Pedrosa

Pedrosa © Dupuis 2012
Dessinateur de BD en mal d’inspiration et en pleine crise existentielle, Simon est un trentenaire incapable de s’engager, de s’investir émotionnellement. C’est au cours d’un voyage au Portugal, le pays de ses grands-parents, que celui qui n’a plus goût à rien va peu à peu commencer à se retrouver lui-même.

Avec ce récit en partie autobiographique, Cyril Pedrosa a voulu mettre en images un choc émotionnel (la découverte du pays dont il est originaire) et les conséquences qui en ont découlées. L’exercice n’est pas aisé tant cet album traitent de sentiments difficiles à retranscrire en dessins. Comment en effet décrire le cheminement d’un homme en quête de sens, en rupture, qui n’arrive pas à entretenir des relations stables avec les gens qui l’entourent ? Comment illustrer les silences, les non-dits et la solitude ? Tout simplement en ne se posant pas trop de questions, en laissant aller son imagination et son pinceau. Le résultat est assez bluffant, ressemblant à bien des égards à un morceau de jazz qui laisse libre court à l’improvisation tout en s’appuyant sur une ligne mélodique des plus solides. Mais Portugal n’est pas qu’un album introspectif. C’est aussi une réflexion sur les liens familiaux, le rapport au père et le rapport à ses racines, la vie de couple, la carrière. Il y est aussi question d’immigration, du fait que derrière les chiffres du ministère se cachent des destins d’hommes ou de femmes. Une histoire finalement universelle dont de nombreux aspects m’ont rappelés l’excellentissime Daytripper découvert il y quelques semaines.

Quelques mots sur le dessin. Les planches ont été réalisée sur deux A3 superposées l’une au dessus de l’autre, ce qui a permis à Cyril Pedrosa de se sentir à l’aise dans chaque case. Le trait est relâché, souvent proche du crayonné. L’auteur reconnaît et assume, selon ses propres mots, des « proportions foireuses » et des « perspectives merdiques ». Au final, on retient une certaine élégance graphique, une réelle liberté de création et le besoin de s’affranchir de la tendance actuelle obligeant à faire en sorte qu’il se passe toujours quelque chose sur chaque planche. Dernière petite précision, alors que les couleurs ne sont pas ma tasse de thé, je dois reconnaître qu’elles tiennent ici un vrai rôle dans la narration.

Portugal est donc un roman graphique dense, très construit malgré son apparente nonchalance. Il installe définitivement Cyril Pedrosa dans mon panthéon personnel des auteurs contemporains incontournables auprès de Chabouté, Rabaté, Tardi, Davodeau, Lax ou encore Michel Plessix.

Un dernier mot pour féliciter l’éditeur qui a choisi de publier ce récit en un seul tome plutôt que de le découper en tranches afin, par exemple, d’en faire une trilogie. C’est une initiative devenue tellement rare qu’elle mérite d’être soulignée.



Portugal de Cyril Pedrosa. Dupuis, 2011. 260 pages. 35 euros.


Les avis de Mo', Oliv, YvanNatiora, Mango, Hélène, Ys

Pedrosa © Dupuis 2012




Prix des libraires 2012 - Fauve Prix de la BD Fnac 2012

lundi 23 juillet 2012

Oumpah-Pah

Goscinny et Uderzo © Éd. Albert René



La première rencontre entre René Goscinny et Albert Uderzo date de 1951. Agés tout deux d’une vingtaine d’années, ils décident de créer leur première bande dessinée. Goscinny imagine un personnage de peau rouge qui serait confronté au modernisme et à la technologie du 20ème siècle. Oumpah-Pah naît donc une première fois au tout début des années 50. Six planches sont réalisées et envoyées à divers éditeurs américains en vue d’une publication dans la presse. Malheureusement, Oumpah-Pah ne soulève pas le moindre intérêt de l’autre coté de l’Atlantique. Pendant sept ans, il restera dans les cartons à dessin avant de renaître en 1958. A vrai dire, c’est un nouveau Oumpa-Pah qui voit le jour dans les pages du journal de Tintin. Transporté dans le Nouveau-Monde au XVIIIe siècle, l’indien est devenu un solide guerrier de la tribu des Shavashavah en lutte contre les occupants anglais et certaines tribus locales belliqueuses. A cette époque où les premiers colons français débarquent en Amérique, Oumpah-Pah va rencontrer celui qui va devenir son meilleur ami, Hubert de la Pâte Feuilletée, surnommé Double-Scalp à cause de sa perruque poudrée. Hubert est un aristocrate naïf et gaffeur, courageux et indéfectible chevalier du roi de France. Les deux compères vont vivre en tout cinq aventures qui les conduiront entre autres, jusqu’à la cour de Versailles.

Dès 1959, Oumpah-Pah semble connaître un certain succès. Deux disques relatant les premières histoires sont réalisés et l’un deux remporte le prestigieux « grand prix de l’académie du disque français », une importante distinction pour les livres-audio de l’époque. Dans la foulée, un court métrage animé est produit par les studios Belvision. Bref, Oumpah-Pah semble lancé sur les sentiers de la gloire. Hélas, tout s’écroule suite au fameux référendum annuel du journal de Tintin, un classement permettant aux lecteurs de plébisciter leurs séries préférées. L’annonce des résultats a l’allure d’une douche froide pour Uderzo et Goscinny puisque leur peau rouge se retrouve au 11ème rang, quasiment au niveau du courrier des lecteurs ! Piqués au vif, les deux auteurs proposent au directeur du journal d’abandonner la série. Il faut dire qu’entre temps, les deux gaillards se sont lancés à corps perdu dans l’aventure Pilote dont le premier numéro a vu le jour en octobre 1959. Devant réaliser cinq planches par semaine (une de Tanguy et Laverdure, deux d’Astérix et deux d’Oumpah-Pah), Uderzo parvient difficilement à tenir ce rythme infernal et il se dit que la fin prématurée d’Oumpah-Pah lui enlèverait une belle épine du pied. Comme de toute façon le contrat avec Le Lombard interdisait de reprendre les aventures du peau rouge dans un autre journal que Tintin, les auteurs préférèrent arrêter les frais. L’aventure Oumpah-Paph prend fin en 1962 après seulement cinq histoires et 150 planches. Un vrai gâchis !

Pourquoi j’aime autant cette série ? Parce qu’elle porte en elle les prémices d’Astérix et Obélix. Un village qui résiste aux envahisseurs, un héros à la force herculéenne, des personnages aux noms aussi drôles qu’improbables, des calembours et de l’humour beaucoup plus fin qu’il n’y paraît, ça vous dit quelque chose ? Oumpah-Pah a été en quelque sorte un laboratoire pour Astérix. Le résultat est bluffant et mérite vraiment d’être redécouvert car cette série avait tout d’une grande.

Plus grandes forces de cette série :

• Le dessin d’Uderzo. Formidable de dynamisme et de souplesse, avec certaines séquences dont le découpage frôle la perfection. Quelques planches originales en noir et blanc ont été exposé l’an dernier au salon européen de la BD de Nîmes. La maîtrise du noir et blanc d’Uderzo y est tout simplement incroyable, surtout pendant les scènes se déroulant en mer. Du très grand art !

• L’humour de Goscinny. Visionnaire, refusant de se plier aux conventions de son époque où tout devait rester très premier degré, il puise son inspiration chez les auteurs américains de la revue Mad et laisse libre-court à son imagination débordante. Résultat, entre les jeux de mots, les clins d’œil à l’actualité, le comique de répétition et les gags purement visuels, Oumpah-Pah est pour moi plus drôle que nombre d’Astérix.

• Les noms des personnages. Passe encore pour le chef de tribu Gros Bison, mais vous avouerez que le sorcier Y-Pleuh, le chasseur Y-a-plus-saison et le vieux guerrier N’a-qu’une-dent qui, après une bataille, est rebaptisé N’a-qu’une-dent-mais-elle-tombée-alors-maintenant-n’en-a-plus, il fallait les trouver !

• L’intégrale publiée en fin d’année dernière par Hachette qui regroupe l’ensemble des planches et un dossier critique dans une belle édition cartonnée pour à peine 20 euros. Une heureuse initiative qui permettra à ceux qui le souhaitent de découvrir la série à moindre frais.

Ce qui m’a le plus agacé :

• Le manque de succès d’Oumpah-Pah et la bêtise des lecteurs du journal de Tintin de la fin des années cinquante qui ont précipités sa perte. Messieurs, je ne vous félicite pas !

• Le fait que l’intégrale citée ci-dessus ne soit pas en noir et blanc. Ceux qui passent régulièrement par ici savent à quel point je préfère le noir et blanc à la couleur. Ici encore, les couleurs n’apportent rien. Au contraire, leur absence renforce la perfection du trait d’Uderzo. Mais on m’a déjà tellement répondu que d’un point de vue commercial, il n’y a que la couleur qui compte...

Goscinny et Uderzo © Éd. Albert René

Carte d’identité de la série :

Auteurs : René Goscinny et Albert Uderzo
Date de création : 1958
Nombre d'albums : 3 (série terminée)
Éditeur : Éd. Albert René


samedi 21 juillet 2012

La montagne de Jean Noël Pancrazi

Pancrazi © Gallimard 2012
Cette tragédie s’est déroulée Il y a 50 ans. Jean-Noël Pancrazi n’était qu’un enfant. La guerre d’Algérie touchait à sa fin. Les attentats se faisaient de plus en plus rares. C’était une après-midi calme de juin. A l’heure de la sieste, ses camarades étaient montés dans la camionnette de la minoterie. Lui avait préféré rester. Le frère du chauffeur habituel leur avait proposé de faire un tour dans la montagne. L’endroit leur était d’habitude interdit, trop dangereux. Ils étaient partis sans prévenir leurs parents, en secret. En fin de journée, les enfants n’étaient pas réapparus. C’est une patrouille militaire qui les a retrouvés. Les soldats ont redescendu de la montagne six petits corps égorgés. Le soir, on a entendu qui « s’élevait d’un balcon le cri d’un homme, d’un père, ce « Mon Dieu », d’abord presque doux, emporté par les larmes, puis de plus en plus concentré, dur, précis, acéré, métallique, comme s’il voulait atteindre, poignarder à son tour ce Dieu en question qui, sans rien dire, avait regardé en plein jour, des hommes tuer des enfants dans la montagne. »

Douloureux retour en enfance pour Jean-Noël Pancrazi. Sans doute le besoin d’exorciser une fois pour toutes cet abominable événement qui a marqué ses jeunes années. Seul rescapé du massacre, il en vient à culpabiliser. Dans les jours qui ont suivi, la répression militaire fut terrible dans la région. Puis, après la signature des accords d’Evian, il fallu se résigner à quitter cette terre qui l’avait vu naître. L’auteur n’élude pas les exactions et les violences. Le pied noir, à jamais déraciné ne sombre à aucun moment dans la haine. Condamné à l’exil, il décrit l’arrivée en France, le rejet auquel il est confronté dans un lycée de Perpignan. Il revient également sur le destin brisé de ses parents qui ne se remettront jamais vraiment de leur départ forcé.

Un livre court, terrible et profondément humain. Chaque phrase est d’une incroyable longueur. Les mots, uniquement séparés par des virgules ou des points virgules, semblent collés les uns autres, comme si les séparer reviendrait à les isoler et les mettre en danger. La prose reste malgré tout fluide, riche d’images et de sensations. Plus remarquable encore, le fait que Jean-Noël Pancrazi ait réussi le tour de force de laisser son texte à l’écart de toute rancœur. Tout simplement magnifique.

La montagne de Jean-Noël Pancrazi. Gallimard, 2012. 90 pages. 10,00 €.

vendredi 20 juillet 2012

Kingdom Hearts ou quand Disney se lance dans le manga

Shiro © Pika 2012
Sora vit paisiblement sur une île paradisiaque. Lorsque des êtres énigmatiques font irruption sur l’île pour y semer la désolation, Sora découvre son statut d’élu de la Keyblade, une clé gigantesque aux pouvoirs stupéfiants. Propulsé dans un univers parallèle, il se retrouve dans l’étrange ville de Traverse et va y rencontrer Donald et Dingo. Ces deux-là ont besoin du porteur de la Keyblade pour retrouver le roi Mickey qui a mystérieusement disparu. Commence alors un long périple au cours duquel cet improbable trio va visiter de nombreux mondes issus de l’univers Disney.

Adapté du jeu vidéo éponyme, Kingdom Hearts est une série qui s’adresse clairement aux jeunes lecteurs. Personnellement, je dois avouer que je n’ai pas accroché du tout (en même temps, je n’ai plus grand-chose à voir avec un jeune lecteur, ceci explique peut-être cela). L’intrigue m’a parue confuse en diable et le dessin très fouillis n’aide pas à suivre l’enchaînement des événements. Il faut dire aussi que je ne connais pas du tout le jeu vidéo d’origine, ce qui n’est pas fait pour aider. Quelques points positifs tout de même, notamment le sens de lecture occidental (choisi dès la 1ère publication au Japon), les chapitres très courts qui donnent beaucoup de rythme et l’action omniprésente qui ravira les amateurs de combats épiques, sans oublier le fait que la série ne comptera en tout que 4 tomes et que les deux premiers sont sortis le même jour (idéal pour les impatients).

Pour moi cependant, rien à faire, ce Kingdom Hearts m’a laissé de marbre. Voir Donald et Dingo dans un manga, j’avoue que c’est un petit choc, surtout qu’en ce moment je suis en train de lire les intégrales de Carl Barks (La dynastie Donald Duck) et Floyd Gottfredson (L’âge d’or de Mickey Mouse). Forcément, face à ses deux grands maîtres, le trait d’Amano Shiro fait pâle figure.

Tout cela pour dire que je préfère laisser ce manga au public auquel il s’adresse. Une question de génération sans doute…

Kingdom Hearts T1 d’Amano Shiro. Pika, 2012. 134 pages. 7,05 euros.



Shiro © Pika 2012

mercredi 18 juillet 2012

Le jour où… France info, 25 ans d’actualités

© Futuropolis 2012
En 2012, France info fête ses 25 ans. C’est l’une des seules radios que j’écoute régulièrement (avec France culture et RTL2). Dans l’atelier d’imprimerie que j’ai longtemps fréquenté, France Info tournait du matin au soir. Souvent couverte par le bruit des machines, on arrivait quand même à suivre l’actualité, même épisodiquement. Au milieu des années 90, quand j’étais à la fac, c’est sur France info que j’écoutais en direct le résultat des courses. Cette rubrique hippique a depuis disparu mais à l’époque, si on n’avait pas de minitel, il fallait attendre les journaux du lendemain pour connaître les résultats et les rapports. Bref, tout ça pour dire que j’ai grandi avec France info et que c’est une radio qui me tient à cœur.

Pour fêter les 25 ans de la station, Futuropolis réédite l’album paru en 2007, enrichi d’une cinquantaine de pages. Vingt-sept événements majeurs du dernier quart de siècle sont racontés et illustrés par les plus grands auteurs actuels : David B., Guy Delisle, Kris, Blutch, J-C Denis, Joe Sacco, Baru, Davodeau, Rabaté, j’en passe et des meilleurs. De la fatwa contre Salman Rushdie à l’élection de François Hollande en passant par la chute du mur de Berlin, le massacre de la place Tienanmen, le 11 septembre 2001 ou encore l’élection de Barack Obama, c’est une plongée au cœur de l’histoire la plus récente qui est proposée ici.

Les limites d’un tel exercice sont toujours les mêmes. D’un auteur à l’autre, le traitement du sujet, fort différent, peut séduire ou laisser de marbre. Tout est question de point de vue, chacun s’emparant des événements à sa façon sans forcément donner dans le documentaire. Ce sont d’ailleurs les histoires racontées de manière très personnelles qui m’ont le plus séduit. Ma préférée ? La finale de la coupe du monde 1998 vécue de manière très décalée par J-C Denis. J’ai aussi beaucoup aimé la tempête de décembre 1999 vue par Étienne Davodeau ou encore la canicule de 2003 selon Rabaté.

Graphiquement, c’est un régal. Difficile de faire autrement avec un album regroupant la crème des dessinateurs actuels. Vraiment idéal pour découvrir la grande diversité de la BD d’aujourd’hui.

Au final, Le jour Où… est un recueil dense et varié qui remet sous le feu des projecteurs quelques-uns des plus grands moments d’actualité de ces 25 dernières années. Aussi instructif qu’utile, notamment pour ceux qui ont une mémoire de poisson rouge…

Le jour où… France info, 25 ans d’actualités. Futuropolis, 2012. 265 pages. 25 euros.


Un grand merci à Libfly et aux éditions Futuropolis pour la découverte.


JC Denis © Futuropolis 2012

Kris et Thierry Martin © Futuropolis 2012



lundi 16 juillet 2012

Modeste et Pompon

Franquin © Le Lombard 2006
Rebelote. Après vous avoir présenté l’année dernière quelques incontournables de ma bibliothèque BD, je renouvelle l’opération avec d’autres grands classiques de la bande dessinée franco-belge d’après-guerre. Pour ce qui est de la présentation, je conserve le modèle des billets précédents, toujours inspiré par ce que propose l’excellent PG Luneau sur son blog. Allez, on attaque cette saison 2012 avec Modeste et Pompon, une série trop méconnue du génialissime André Franquin.

1955. En conflit avec Dupuis pour une sombre histoire de gros sous, Franquin claque la porte de l’éditeur de Spirou et trouve refuge chez Raymond Leblanc, responsable du journal de Tintin. Pour Leblanc, l’arrivée de Franquin est une aubaine, l’occasion rêvée d’instaurer un peu d’humour dans une publication jusqu’alors exclusivement dédiée aux séries d’aventure. En guise de préambule, le dessinateur ne reçoit que de vagues recommandations : pas de vulgarité et pas de gamins des rues, ce créneau étant déjà occupé par les Quick et Flupke d’Hergé. Après quelques jours de réflexion, Franquin apporte ses premières planches. Elles mettent en scène un couple non marié dont les relations sont uniquement basées sur l’amitié. Une petite révolution pour l’époque, de telles représentations sociales n’ayant jamais été mises en scène dans la bande dessinée européenne. Modeste et Pompon voient donc le jour dans les pages de Tintin le 19 octobre 1955.

Avec cette série, Franquin se lance dans le gag en une planche, une nouveauté pour lui. Pour seconder Modeste et Pompon, il créé Félix, un cousin représentant de commerce aussi volontaire que maladroit et un trio de neveux toujours prompts à faire des blagues. Plus tard, lorsque Goscinny et Greg signeront les scénarios, ils mettront en scène deux insupportables voisins Dubruit et Ducrin. A partir de cette galerie de personnages bien campée, Franquin va jouer sur le registre plutôt classique de l’humour domestique et s’appliquer à installer sa série au cœur des années 50. Visuellement, il s’attache à retranscrire le modernisme propre à l’après-guerre, notamment en matière de design. Tables, chaises, fauteuils et vases sont fortement inspirés des créateurs italiens de l’époque. Ne souhaitant pas trop s’appuyer sur la documentation, il va rapidement laisser libre cours à son imagination et inventer son propre mobilier. Le résultat est tellement bluffant que des responsables du musée d’art moderne de la ville de Paris vont le solliciter pour commercialiser une série de vases ressemblant à ceux présents dans la maison de Modeste. Le projet restera au stade de l’étude mais il montre à quel point Franquin a révélé à travers cette série d’insoupçonnées qualités de designer.

En 1957, le dessinateur enterre la hache de guerre avec Dupuis et créé pour le magazine Spirou le personnage de Gaston Lagaffe. Problème, son contrat avec Tintin s’étalant sur 5 ans, Franquin doit pendant plusieurs mois mener de front les deux séries. A l’issue de longues négociations, il cède les droits de Modeste et Pompon à Maurice Leblanc en échange de sa liberté. La série, d’abord reprise par Attanasio, passa ensuite entre les mains de nombreux autres dessinateurs (Walli, Loup, Mitteï). Franquin, de son coté, aura réalisé 183 planches entre 1955 et 1959.

Œuvre trop méconnue d’un génial créateur, Modeste et Pompon offre la vision synthétique d’une époque. Rien que pour cela, elle mérite que tout amateur de BD digne de ce nom se penche avec attention sur son cas.

Plus grandes forces de cette série :

• La représentation fidèle et bon enfant d’une époque éprise de légèreté après les années noires de la seconde guerre mondiale.

• La richesse des personnages secondaires qui font tout le sel de la série.

• Les gags signés Goscinny et surtout Greg (on les reconnaît car leur nom apparaît au bas des planches) se révèlent bien meilleurs que ceux imaginés par le seul Franquin. Greg aura réalisé sur cette série près de la moitié des scénarios.

• Le trait de Franquin qui préfigure ce que sera Gaston Lagaffe. A noter par exemple que l’irascible voisin Mr Durcin ressemble trait pour trait à Mr Boulier, le comptable des éditions Dupuis qui n’aura de cesse de réprimander le pauvre Gaston.

Ce qui m’a le plus agacé :

• Le premier album de la série est dans l’ensemble assez moyen. Franquin découvre la mécanique du gag en une planche et le résultat n’est pas toujours à la hauteur. Difficile d’imaginer à la lecture de ces premiers gags qu’il va devenir quelques années plus tard un maître en la matière.

• La reprise de la série par de nombreux autres dessinateurs n’a fait que l’affadir. A tel point qu’aucun des albums « post-Franquin » ne présente à mes yeux un quelconque intérêt.

• Le fait que les albums de Modeste et Pompon signés Franquin ne soient plus commercialisés aujourd’hui. Depuis une intégrale de 120 pages publiée par Le Lombard en 2006 et aujourd’hui épuisée, aucune réédition n’a vu le jour. Scandaleux !


Franquin © Le Lombard 2006

Carte d’identité de la série :

Auteurs : André Franquin
Date de création : 1955
Nombre d'albums : 4 (série terminée)
Éditeur : Le Lombard


dimanche 15 juillet 2012

Le Prince écorché

Lawrence © Bragelonne 2012
A 10 ans, le prince Jorg d’Ancrath a assisté au massacre de sa mère et de son frère par les troupes d’un ennemi juré de son père. Ce dernier n’a pas daigné laver cet affront dans un bain de sang. Ronger par une insupportable soif de vengeance, Jorg a quitté le château de son enfance et a pris la tête d’un groupe de hors-la-loi semant la terreur et la désolation dans le royaume. A bientôt 14 ans, le prince est décidé à rentrer chez lui pour s’emparer de ce qui lui revient de droit. Mais entre traitrise et magie noire, c’est un chemin pavé d’embûches qui l’attend...

Une éternité que ne je ne m’étais lancé dans une saga de Fantasy. Pour moi, c’est un genre trop enfermé sur lui-même, totalement incapable de se renouveler. Pire encore, je déteste la propension des éditeurs à présenter chaque nouvelle trilogie comme un pur chef d’œuvre. Ce Prince écorché n’échappe pas à la règle : « Un premier tome qui marque les débuts fracassants d’un nouvel auteur » (l’éditeur), « Le meilleur livre que j’ai lu de toute l’année » (Peter V. Brett), « Un page-turner sombre et implacable » (Robin Hobb). Ben voyons... Toutes ces tirades dithyrambiques censées prouver au lecteur blasé que cette fois-ci, promis juré, il a entre les mains un livre incontournable, me sortent par les yeux. Je veux bien reconnaître que pour un premier roman, Mark Lawrence s’en tire plutôt bien. Son univers tient debout et son héros est bien campé, c’est un fait. Pour autant, il reste quelques maladresses. Les dialogues sonnent parfois creux, il y a quelques longueurs et les scènes d’action, un brin mollassonnes, sont loin d’égaler celles de David Gemmel (Waylander).

En fait, je crois que ce qui m’a séduit au départ, c’est le coup de la bande de hors-la-loi sanguinaires. J’ai fait un rapprochement avec les fameux coquillards de Villon et je me suis laisser tenter. Problème, le prince Jorg n’a rien à voir avec le célèbre poète. C’est un sale gosse bouffi d’orgueil et absolument insupportable. Tellement tête à claque que l’on en viendrait presque à souhaiter sa disparition dans les pires tourments. Pour le coup, il s’agit là d’une certaine originalité. Autre originalité, les références à des auteurs comme Platon et Sénèque ou encore à la Bible. Du coup, on en vient à se demander si le monde de Jorg n’est pas une vision du futur où la Terre serait retombée en plein Moyen-âge après une catastrophe nucléaire. Un peu comme dans la planète des singes, quoi.

Le Prince écorché signe donc le début d’une énième épopée de Fantasy tout ce qu’il y a de plus classique. Ce n’est pas en soi un gros problème, pour peu que le lecteur sache d’emblée qu’il ne va pas tomber sur le chef d’œuvre annoncé. Pour ma part, vous l’aurez compris, j’en resterais à ce premier tome.

Le Prince écorché, de Mark Lawrence, Bragelonne, 2012. 382 pages. 21 euros.

samedi 14 juillet 2012

Marineman 1 : Une question de vie ou de mer

Churchill © Glénat 2012
Steve Ocean est un océanographe devenu présentateur d’une émission de télé à succès. Mais sous cette chevelure blonde, ce sourire ultra-bright et ce corps bodybuildé se cache un lourd secret. Steve, recueilli enfant sur une plage par un couple de scientifiques, est en effet capable de respirer sous l’eau et de nager à une vitesse phénoménale. Lorsque la vérité éclate au grand jour, le jeune homme doit faire face à un déferlement médiatique sans précédent qui sera le point de départ d’une aventure aussi dangereuse qu’improbable…

Je ne suis pas fan des comics de super héros, mais alors pas du tout. Quand mon libraire m’a proposé de me prêter celui-ci en début de semaine, je n’ai pas osé dire non. Résultat, une lecture divertissante, pas révolutionnaire pour deux sous mais qui reste néanmoins agréable si l’on accepte d’avaler tous les poncifs du genre. Marineman est un peu un hommage aux classiques des années 60 et fait notamment furieusement penser à Superman. Après, qui dit hommage dit tout sauf originalité. De beaux héros musculeux avec leur combi néoprène et leur passé ténébreux, il y en a déjà eu des tonnes. Ici, l’environnement marin représente une petite particularité mais, à y regarder de plus près, les comics ont déjà donné dans le super héros aquatique avec Namor ou Aquaman.

Finalement, c’est ce coté old schhool qui m’a séduit. Loin des personnages torturés qu’il est de bon ton de mettre en scène par les temps qui courent, Ian Churchill a choisi de faire de Marineman un homme simple, humble et profondément gentil (qui a dit un peu neuneu ?). Du coté des méchants, on donne là aussi dans le classique avec un vieux nazi sur le retour et un homme pieuvre à la force colossale tout droit sorti d’une sournoise manipulation génétique.

Graphiquement, je dois reconnaître que ce style typiquement DC/Marvel me laisse de marbre. Ces dessins réalisés à la palette graphique et ses couleurs entièrement assistées par ordinateur se révèlent au final d’une grande froideur et manquent singulièrement d’âme. Mais bon, cela ne nuit en rien à la fluidité de l’ensemble, c’est le principal.

Bref, voila un hommage réussi à l’âge d’or des comics qui ne révolutionne pas le genre mais dont le classicisme un brin suranné séduira à l’évidence plus d’un lecteur.


Marineman T1 : Une question de vie ou de mer de Ian Churchill. Glénat, 2012. 208 pages. 16,95 euros.



Churchill © Glénat 2012


mercredi 11 juillet 2012

Herakles 1 d’Edouard Cour

Cour © Akileos 2012
A ma connaissance, il n’y a jamais eu d’adaptation des douze travaux d’Hercule en BD. Et même si cette épopée a connu de nombreuses représentations au cours des siècles sur tout type de supports (céramique, sculpture, peinture…), le pari du passage à la bande dessinée n’avait jusqu’alors pas été tenté. Il aura fallu le culot d’un dessinateur néophyte fraîchement sorti de son école de design pour qu’un tel projet voit le jour.

S’écartant de l’iconographie classique, Édouard Cour propose un trait souple et nerveux qui n’est pas sans rappeler par moments celui de Christophe Blain (Isaac le pirate). Respectant à la lettre la chronologie et les événements de cette fresque mythologique incontournable, le jeune auteur distille à chaque chapitre une inventivité graphique remarquable. Son découpage ultra-dynamique alterne avec brio les séquences d’action pure et les passages sans texte au cours desquels le héros se refait une santé entre deux travaux. Ajoutez à cela des couleurs crépusculaires dominées par les tons ocre et des dialogues au niveau de langue beaucoup plus familier que soutenu et vous obtiendrez un album qui sort vraiment de l’ordinaire.

A noter par ailleurs que physiquement, Herakles est loin du bellâtre musculeux représenté par les artistes antiques. Le fils de Zeus s’affiche en effet ici sous les traits d’un balourd hirsute et taciturne toujours plus prompt à l’action qu’à la réflexion.

Ce premier tome regroupe huit travaux. J’avoue que la redécouverte de ces derniers m’a permis de me rendre compte à quel point ma mémoire avait besoin d’être rafraîchie. En dehors du nettoyage des écuries d’Augias et de l’affrontement avec l’hydre de Lerne, il ne me restait en effet plus grand-chose des exploits d’Herakles dont la découverte remonte pour moi au collège.

Une chose est sûre, en associant la retranscription fidèle de l’épopée mythique à une originalité graphique et un ton très modernes, Édouard Cour signe un premier album de haute voltige. Une très belle surprise.           

Herakles T1 d’Edouard Cour. Akileos, 2012. 154 pages. 18,30 euros.
Cour © Akileos 2012




samedi 7 juillet 2012

Le roi n’a pas sommeil de Cécile Coulon

Coulon © Viviane Hamy 2012
C’est un bled paumé de l’Amérique profonde. Une scierie, un troquet, un shérif, un médecin... Tout se sait, rien ne s’oublie. William Hogan y a acquis le domaine de ses rêves, une vaste propriété où les arbres sont centenaires. De son union parfois tumultueuse avec Mary est né le petit Thomas. Un gamin frêle, sensible, taciturne, ombrageux. A la mort du père, Thomas se retrouve seul avec sa mère. Une vie simple et heureuse. Mais le temps passe, le gamin grandit et les événements vont façonner peu à peu sa personnalité. L’enfant sage va laisser sa place à un jeune adulte en proie aux pires tourments. Il faudra cet accident épouvantable pour que les choses basculent définitivement...

Ce n’est pas pour rien que l’on trouve une citation de Steinbeck en exergue du premier chapitre. L’influence de l’auteur des Raisins de la colère est ici évidente. Difficile d’imaginer que Cécile Coulon n’a que 22 ans tant son écriture exprime déjà une belle maturité. Une grande sobriété, pas de chichi ni d’envolée lyrique, juste quelques métaphores parfaitement troussées. Tout tient dans la force d’incarnation de personnages disséqués jusqu’à l’os. Proche d’une certaine oralité, la prose est celle d’une raconteuse d’histoire qui vous prend par la main et vous demande de vous laisser guider.

Chronique familiale, Le roi n’a pas sommeil est aussi et surtout une ballade tragique. Le malheur de Thomas ne lui appartient pas, il lui tombe dessus sans crier gare. En filigrane, on décèle une volonté de décortiquer un modèle de vie à priori idyllique où la part d’ombre de chacun peut à tout moment venir brouiller les cartes.

Un roman puissant et maîtrisé.

Le roi n’a pas sommeil, de Cécile Coulon. Viviane Hamy, 2012. 142 pages. 17 euros.

vendredi 6 juillet 2012

Bec-en-Fer ou le Moyen âge en BD pour les jeunes lecteurs

Pesch © l'àpart 2012
Bec-en-Fer est un baron qui souhaite par tous les moyens faire disparaître son neveu le comte Phildor dont il est le seul héritier. Apprenant que Phildor va être présenté à la jolie damoiselle Bryndelhène en vue d’un mariage, le vil corbeau ourdit un plan diabolique pour empêcher que les noces se déroulent.

Il n’y a pas d’erreur dans la phrase précédente, j’ai bien dit corbeau. Car dans cette série animalière et moyenâgeuse qui a vu le jour dans les pages du Magazine Le Pèlerin en 1961, tous les personnages sont représentés sous les traits d’oiseaux. Créée par Jean-Louis Pesch, plus connu pour sa reprise de Sylvain et Sylvette,  Bec-en-fer est une BD historique pour jeunes lecteurs très documentée mais qui se singularise aussi par une bonne dose d’humour et de fantaisie. Secondé par Robert Philippe, directeur de l’institut d’histoire de l’université du Mans, le dessinateur ne lésine pas sur les détails : costumes, armes, harnachement des chevaux, architecture des bâtiments, tous ces éléments ont été réalisés à partir de documents iconographiques et littéraires de l’époque. Le cadre chronologique se résume à l’année 1412, au moment où Charles VI, sombrant dans la folie, laisse son royaume plonger dans la guerre civile entre bourguignons et armagnac. Pour contrebalancer le coté quelque peu scolaire de son propos, Pesch opte pour des dialogues empreint d’une certaine modernité. Il dresse également une galerie de personnages secondaires aussi loufoques que savoureux, notamment la sorcière Brandade, amoureuse transie de Bec-en-fer.

Beaucoup de points positifs donc, qui devraient faire de cette série cinquantenaire une très agréable publication jeunesse. Malgré tout, force est de reconnaître que les aventures du baron corbeau ont plutôt mal vieilli. Trop de texte, trop de récitatifs, trop de cases par planches, un découpage trop classique… Sans compter que certaines références apparaissent datées et ne parlent pas du tout aux enfants d’aujourd’hui (par exemple, présentant un troubadour fort célèbre à l’époque, la voix-off le compare à Pierre Dac dans l’émission "Les français parlent au français"). J’ai testé cet album sur ma fille de dix ans et elle a à peine lu les cinq premières pages avant de s’en désintéresser totalement. Même pour moi, la lecture a parfois été pénible. Il y a bien quelques calembours qui font sourire mais il faut avouer que même dans ce domaine, Pesch n’est pas à la hauteur du Goscinny d’Iznogoud.


Tout ça pour dire que si cette réédition pourra intéresser les sexagénaires désireux de relire une BD ayant bercé leur enfance, je doute fort que le jeune public d’aujourd’hui tombe sous le charme de cet irascible corbeau.

Bec-en-Fer T1 : Le complot de Bec-en-fer de Jean-Louis Pesch. L’àpart, 2012. 48 pages. 12,50 euros. Dès 9 ans. 

Pesch © l'àpart 2012

mercredi 4 juillet 2012

Thermae Romae 3 de Mari Yamazaki

Yamazaki © Casterman 2012
A force de voyager dans le temps et de ramener de chacune de ses pérégrinations de nouvelles idées révolutionnaires pour améliorer les thermes romains, l’architecte Lucius Modestus est devenu une véritable star dans son domaine. Engagé par l’Empereur Hadrien, Modestus a construit des bains qui plaisent au peuple, suscitant de nombreuses jalousies au sein de sa corporation. Considéré comme le principal artisan de la popularité d’Hadrien, il provoque également le courroux de certains sénateurs prêts à tout pour le faire disparaître…

Toujours aussi plaisantes, les aventures de Lucius. Les deux premiers tomes avaient posé les bases d’une trame certes un poil farfelue mais qui laissait néanmoins apparaître de belles promesses. L’aspect répétitif est ici moins présent même si le déroulement de chaque chapitre respecte plus ou moins la même mécanique : confronté à un problème d’ordre technique ou à une demande difficile à honorer, Lucius tombe à l’eau, se retrouve dans le Japon actuel et découvre la solution à son problème en étudiant les procédés mis en œuvre au pays du soleil levant. Ce troisième tome s’ouvre sur une histoire au long cours s’étalant sur près de 80 pages et se termine par un insupportable cliffhanger. De quoi briser quelque peu la « monotonie » et donner davantage de peps à l‘ensemble.

Les petits entractes au cours desquels Mari Yamazaki disserte sur son œuvre et son amour immodéré pour les bains et la Rome antique s’intercalent une fois encore entre chaque chapitre et offrent une respiration fort agréable.

Bref, vous l’aurez compris, cette série assez inclassable me plaît beaucoup et je serai une fois de plus au rendez-vous pour la sortie du quatrième tome prévue cet automne.             

Thermae Romae T3  de Mari Yamazaki, Casterman, 2012. 190 pages. 7,50 euros. 


Yamazaki © Casterman 2012





mardi 3 juillet 2012

Le premier mardi, c'est permis (8) : Pierre Louÿs, oeuvre érotique

Louÿs © Robert Laffont 2012
Pierre Louÿs est l’auteur, entre autres, d’Aphrodite et de La femme et le pantin, deux romans de facture classique ayant connu un réel succès au moment de leur publication à la toute fin du 19ème siècle. Mais c’est aussi et surtout l’auteur d’une œuvre érotique considérable dont les nombreux manuscrits retrouvés après sa mort dans son hôtel particulier (plus de 400 kilos !) ont malheureusement été dispersés par ses héritiers dans des collections particulières. Reste que de nombreux textes ont été publiés sous le manteau dans les années 1920 et continuent à l’être de nos jours dans des éditions beaucoup moins confidentielles.

L’œuvre érotique rassemblée ici sur plus de 1000 pages montre l’incroyable diversité des textes abordés par l’écrivain : poèmes, dialogues, monologues, roman, contes, parodies, récits, pièces de théâtre, etc. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Il faut dire que notre homme était un inépuisable érotomane. Que retenir de ce foisonnement ? Quelques thèmes sont récurrents et singularisent cette œuvre aussi décomplexée que sulfureuse : le saphisme, la prostitution, la sodomie, la scatologie et l’inceste sont les plus marquants. Si les dialogues et les monologues sont savoureux, j’ai trouvé la poésie sans grand intérêt, au contraire des parodies et des contes, plutôt truculents. Parmi les curiosités inclassables présentes dans le recueil, notons ce « Catalogue chronologique et descriptif des femmes avec qui j’ai couché » datant de 1892 dans lequel Louÿs note avec une minutie clinique chacune de ses parties de jambes en l’air. Petit exemple : « Nom oublié, 1890. Environ 25 ans. Petite brune. Baisée le 28 janvier 90, pendant un entracte de Carmen que je voyais pour la 1ère fois. Dans un hôtel, rue des lombards. » Charmant, non ? Une autre liste est sobrement intitulée « Enculées » et fait référence, comme son nom l’indique et avec moult détails, à chaque fille sodomisée par ses soins.

Reste le cas du seul roman proposé dans cette énorme somme, Trois filles de leur mère. Jean Paul Gougeon, biographe de Louÿs qui en signe la préface n’hésite pas à ranger ce roman "parmi les plus grands textes érotiques jamais écrits", et à le comparer aux œuvres les plus abouties de Sade et de Bataille. Pour lui, ce texte constitue « la profanation la plus violente de cet univers bourgeois et familial qui était celui de l’auteur, et que celui-ci se plait à bafouer tout au long de plusieurs centaines de pages. » Trois filles de leur mère serait un récit en partie autobiographique s’inspirant des rapports que l’écrivain a eu avec la femme et les filles du poète José Maria de Hérédia. Louÿs y décrit les relations d’un jeune homme de vingt ans et d’une prostituée trentenaire ayant trois filles peu farouches. Je ne suis pas spécialement pudibond (c’est le moins que l’on puisse dire) et je pensais que rien ne me choquerait plus en matière de littérature mais je dois bien avouer que ce texte m’a donné la nausée. Repoussant toutes les limites de la pornographie, Louÿs enchaîne les descriptions de scènes plus inacceptables les unes que les autres. Passe encore pour les relations incestueuses entre la mère et ses filles ou encore la scatologie la plus innommable mais il m’a été impossible de supporter la description minutieuse des ébats du narrateur avec une gamine de 10 ans nymphomane et adepte de la sodomie. Première fois de ma vie que je découvre la pédophilie en littérature et je dois bien reconnaître que j’ai du mal à m’en remettre. Dans la revue Lire du mois de juin, Baptiste Liger écrit à propos de ce volume : « Si son évocation, très décomplexée, de la pédophilie peut heurter, l’amoureux de la littérature se réjouira cependant devant certaines curiosités expérimentales. » Dans le Magazine Littéraire, Xavier Houssin s’extasie et enfonce le clou : « rien n’est sérieux, rien n’est triste, rien n’est violent, rien n’est angoissant. Louÿs est un poète qui met tout en images, qui joue avec les mots. » N’en déplaise aux critiques professionnels, le modeste lecteur que je suis, père d’une fillette de 10 ans, ne peut pas accepter pareille ignominie.  

Alors oui, je veux bien reconnaître que les écrits de Louÿs regroupées ici constituent une œuvre majeure et incontournable de la littérature érotique française mais il n’empêche que certains aspects sont à mes yeux beaucoup trop dérangeant pour que j’apprécie de quelque manière que ce soit ce type de lecture.

Œuvre érotique, de Pierre Louÿs, Robert Laffont, 2012. 1030 pages. 30 euros. 


En espérant ne pas avoir trop plombé l'ambiance, je file chez Stephie pour découvrir de nouvelles lectures inavouables proposées dans son incontournable rendez-vous mensuel.







dimanche 1 juillet 2012

Je lis tout en même temps !

J'ai déjà eu l'occasion de parler à plusieurs reprises de ma manie consistant à lire plusieurs livres en même temps. Le titre de ce blog rend d'ailleurs hommage à cette pratique que j'entretiens avec une certaine application depuis maintenant plusieurs années.

Ces derniers temps, j'ai eu l'impression que mes lectures simultanées ne faisaient que croitre de manière inquiétante. Pour en avoir le coeur net, j'ai farfouillé dans tous les coins de la maison où j'ai l'habitude de lire et j'avoue que le résultat de mes recherches est assez édifiant. Voyez plutôt :

Le rabbin congelé, de Steve Stern (éditions Autrement). Un ouvrage qui ne sortira qu'au mois d'août reçu dans le cadre de l'opération On vous lit tout du site Libfly. Ce sont les 1ères épreuves non corrigées.
4ème de couv : Pologne, 1889. Le rabbin Eliezer ben Zephyr se retrouve congelé suite à sa chute dans une mare pendant une transe mystique. Memphis, 1999, Bernie Karp retrouve dans le congélateur familial le rabbin, devenu au cours du siècle écoulé une relique familiale. Mais il y a une coupure de courant, Eliezer dégèle et se réveille bien vivant…

J'en suis où ? 110/545


Le prince écorché, de Mark Lawrence (Bragelonne). Le 1er tome d'un trilogie. Des années que je n'avais pas lu de Fantasy. Le genre ma saoule un peu, trop répétitif. Pourquoi j'ai craqué sur ce titre là ? Aucune idée, une impulsion devant la table du libraire, ça m'arrive tout le temps, pour le plus grand malheur de mon porte-monnaie.

4ème de couv : À treize ans il est le chef d'une bande de hors-la-loi sanguinaires. Il a décidé qu'à quinze ans il serait roi. Le prince Jorg Ancrath a quitté le château de son enfance sans un regard en arrière, après qu'il fut contraint d'assister au massacre de sa mère et de son frère. Depuis ce jour il n'a plus rien à perdre. Il avance porté par sa fureur.
L'heure est venue de s'emparer de ce qui lui revient de droit. À la cour de son père l'attendent la traîtrise et la magie noire. Mais le jeune Jorg ne craint ni les vivants ni les morts. Animé d'une volonté farouche, il est prêt à affronter des ennemis dont il n'imagine même pas les pouvoirs.
Car tous ceux qui ont pris l'épée doivent périr par l'épée.

J'en suis où ? 110/382


Histoires en couleurs, de Kunzang Choden (Actes Sud). Un recueil de nouvelles écrites par une auteure du Bhoutan. Comme j'aime beaucoup ce qu'écrit Bulbul Sharma sur les femmes indiennes, je me suis laissé tenter par ce titre. J'ai lu la 1ère nouvelle il y a un mois et le bouquin traîne depuis ce temps au pied de mon lit. Pas bon signe.
4ème de couv : Dans les treize nouvelles qui composent ce recueil, Kunzang Choden rend hommage aux femmes du Bhoutan et célèbre le rôle crucial qui est le leur au pays du BNB, "Bonheur national brut", en s'inspirant de la vie locale rurale comme de sa propre expérience.
Narrée dans une langue proche de l'oralité, chacune de ces histoires est porteuse d'émotion, d'humanité, de poésie et d'humour. C'est ainsi qu'une fruste jeune paysanne charriant son fumier au village se transforme, dès son arrivée à la ville, en fashionista après s'être fait poser un piercing au nombril. Ou qu'une mère de famille incite ardemment son fils à devenir un respectable fonctionnaire dans le seul but de pouvoir, quelque jour, faire circuler, sous les yeux admiratifs ou envieux des autres femmes du village, la photo qui témoignera de l'irrésistible ascension sociale de son rejeton...
Femmes trompées, femmes seules, femmes désirées puis abandonnées, femmes cupides ou généreuses, femmes qui se battent pour offrir à leurs enfants une vie meilleure, autant de destins dans lesquels les femmes du monde entier peuvent se reconnaître et à travers lesquels le lecteur se voit convié à une authentique rencontre avec un pays en pleine mutation, aussi lointain que méconnu.

J'en suis où ? 22/200

Du sang dans les plumes, de Joel Williams (13è note). Un recueil de nouvelles rédigées en prison par un indien ayant tué son père. La littérature américaine que j'aime : cash et sans fioriture.

4ème de couv : Au carrefour de la tradition amérindienne et de la littérature de prison, de l'humour et de la poésie, Joel Williams, le boxeur guitariste, nous fait partager les hantises mais aussi les espoirs qui rythment ses journées : tentation de la folie et de l'autodestruction, méfiance, violence, trafics, rivalités de gangs, recherche des racines ethniques, survie face à la mesquinerie et aux humiliations, défoulement dans le sport, obsession sexuelle, image de la Femme tentatrice, salut par l'art...

J'en suis où ? 94/222


Les lois de la famille, de Benjamin Law (Belfond). Une chronique familliale rédigée par un auteur australien d'origine chinoise. Vraiment excellent, furieusement drôle et très irrévérencieux.

4ème de couv : Si votre adolescence n'a été qu'un long combat orthodontaire ; si vous avez subi l'horreur fashion des années 80 ; si vous avez d'affreux souvenirs de Noëls en famille ; si vous avez participé, enfant, à des spectacles artistico-niais dans des maisons de retraite ; s'il vous reste quelques cicatrices de batailles fraternelles ; si, par hasard, vous avez vécu une rencontre aussi violente que sensuelle avec un diable de Tasmanie, ne cherchez plus, ce livre est pour vous !
En vingt-trois vignettes, Benjamin Law nous entraîne à la découverte de la plus excentrique, la plus irrésistible, la plus cruelle des familles : la sienne.
J'en suis où ? 60/260


Le roi n'a pas sommeil, de Cécile Coulon (V. Hamy). Second roman d'une toute jeune auteure pleine de promesse. Je devrais pouvoir vous en parler plus précisément dès la semaine prochaine...

4ème de couv : « Ce que personne n'a jamais su, ce mystère dont on ne parlait pas le dimanche après le match, cette sensation que les vieilles tentaient de décortiquer le soir, enfouies sous les draps, cette horreur planquée derrière chaque phrase, chaque geste, couverte par les capsules de soda, tachée par la moutarde des hot-dogs vendus avant les concerts ; cette peur insupportable, étouffée par les familles, les chauffeurs de bus et les prostituées, ce que personne n'a pu savoir, c'est ce que Thomas avait ressenti quand le flic aux cheveux gras lui avait passé les bracelets, en serrant si fort son poignet que le sang avait giclé sur la manche de sa chemise. »
Tout est là : le mutisme, le poids des regards, l'irrémédiable du destin d'un enfant sage, devenu trop taciturne et ombrageux. Thomas Hogan aura pourtant tout fait pour exorciser ses démons - les mêmes qui torturaient déjà son père.
Quand a-t-il basculé ? Lorsque Paul l'a trahi pour rejoindre la bande de Calvin ? Lorsqu'il a découvert le Blue Budd, le poker et l'alcool de poire ? Lorsque Donna l'a entraîné naïvement derrière la scierie maudite ?

J'en suis où ? 120/144

Je vois des jardins partout, de Didier Decoin (JC Lattès). J'ai acheté celui-là au moment où j'ai commencé mes plantations annuelles à la maison. L'arrivée du printemps, tout ça... Seulement avec la météo toute pourrie, rien n'a poussé et mes envies bucoliques se sont fait la malle. Du coup, le livre est en plan depuis trois mois au pied de mon lit. Il va falloir du soleil pour que je m'y remette !

4ème de couv : « Je ne suis sans doute qu'un jardinier-usager, un jardinier-profiteur, un jardinier-jouisseur. Je vais le nez en l'air et les mains dans les poches, au gré des allées d'herbe fraîche qui sinuent entre les euphorbes, les massifs d'iris, les grandes pivoines et les fougères du Sous-Bois des Amoureux. »
« Jardiner, c'est penser, mais penser par avance, imaginer, anticiper ce qui va sortir de terre - et dans quel désordre ou quelle harmonie innés ça va surgir. Et c'est avant tout faire confiance à la terre. En écrivant ce livre, je me suis aperçu qu'il n'y avait pas d'école de vie plus sûre ni plus charmante qu'un jardin, que ce soit le paradisiaque et génial Jardin Blanc conçu par Vita Sackville-West dans son domaine de Sissinghurst ou le très modeste recoin qu'on m'avait alloué dans le potager familial. »

J'en suis où ? 38/230

Nouvelles à ne pas y croire, de Fabien Maréchal (éd. Dialogues). Un recueil de nouvelles envoyé par l'auteur. Pas super emballé, je l'ai honteuseument laissé de coté mais je promet de m'y remettre bientôt.

4ème de couv : Ici, les oiseaux font la loi, les cafetières s'enfuient, vos invités se présentent nus à votre porte, les jeux télévisés vous expédient en prison mais vos voisins ont très bon goût.
Soudain plongés dans des situations qui les dépassent, les personnages de ces drôles d'histoires affrontent des questions qui traduisent l'absurdité de l'existence : jusqu'où sommes-nous dupes - de nos relations sociales, des mises en scène de la télévision, de la justice ? À quel point contribuons-nous à bâtir nos prisons ? Comment s'en évader ? Et surtout, surtout : pourquoi diantre les trains devraient-ils avoir un horaire ET une destination ?
Ces anti-héros sont chacun de nous quand la maîtrise de notre destin nous échappe, au point que la réalité semble perdre son sens. Nous nous en doutions mais ces nouvelles le prouvent : si le monde est fou, c'est bien que nous le sommes tous un peu.

J'en suis où ? 60/116


Les raisins de la colère, de John Steinbeck (Folio). J'ai décidé cette année de lire (ou relire) quelques grands classiques et celui-là en fait évidemment partie. Commencé très récemment, je le lis au boulot pendant mes pauses. Un vrai chef d'oeuvre !

4ème de couv : "Le soleil se leva derrière eux, et alors... brusquement, ils découvrirent à leurs pieds l'immense vallée. Al freina violemment et s'arrêta en plein milieu de la route.

- Nom de Dieu ! Regardez ! s'écria-t-il.
Les vignobles, les vergers, la grande vallée plate, verte et resplendissante, les longues files d'arbres fruitiers et les fermes. Et Pa dit : - Dieu tout-puissant ! ... J'aurais jamais cru que ça pouvait exister, un pays aussi beau."

J'en suis où ? 125/540

La faim, de Knut Hamsun (livre de poche).  Un classique que j'ai lu il y a plus de 20 ans et que j'ai vraiment envie de redécouvrir. Une lecture qui m'avait beaucoup marqué. Je l'ai commencé aujourd'hui !

4ème de couv : "La seule chose qui me gênât un peu, c'était, malgré mon dégoût de la nourriture, la faim quand même. Je commençais à me sentir de nouveau un appétit scandaleux, une profonde et féroce envie de manger qui croissait et croissait sans cesse. Elle me rongeait impitoyablement la poitrine ; un travail silencieux, étrange, se faisait là-dedans."

J'en suis où ? 42/285


Voila, j'ai entamé 10 livres en même temps. Je n'avais pas du tout conscience d'avoir mis en route autant de lectures différentes. Le pire c'est que cela ne me gène pas du tout et il ne m'étonnerait pas que j'en attaque une onzième dans la semaine si je fais un saut à la librairie. Je vais évidemment tous les terminer et les chroniquer dans les semaines (mois ?) à venir. Si je pouvais faire ça avant une rentrée littéraire qui s'annonce chargée (j'ai déjà noté une douzaine de titres !), ce serait parfait.