vendredi 25 avril 2014

Ma cousine Rachel - Daphné Du Maurier

Un monumental manoir des Cornouailles. Philip y a été élevé par son cousin Ambroise depuis la mort de ses parents. Les deux hommes vivent dans leur domaine comme des vieux garçons totalement inintéressés par une quelconque présence féminine. Mais lors d’un séjour à Florence, Ambroise rencontre Rachel, une lointaine cousine. Tombé fou amoureux, il l’épouse dans la foulée et s’installe en Italie. Quelques temps plus tard, Philip reçoit une lettre d’Ambroise lui indiquant qu’il soupçonne sa femme de vouloir l’empoisonner. Prenant cette menace pour argent comptant, il se rend à Florence et découvre que son parent est mort depuis trois semaines. La cousine Rachel, elle, semble s’être volatilisée. Philip jure de venger Ambroise mais lorsque Rachel débarque au manoir, elle ne semble pas du tout être la femme machiavélique qu’il imaginait…

Un roman que m’a offert Athalie et une lecture prévue de très longue date avec Ingannmic. Heureusement d’ailleurs que j’avais cet engagement parce que j’avoue que sinon j’aurais eu du mal à m’y mettre et je serais passé à coté d’un excellent moment de lecture. Pensez donc, une sorte de suspens psychologique en pleine campagne anglaise, un huis clos entre un richissime rentier, naïf comme c’est pas permis, et une manipulatrice sans vergogne. Il y avait tous les éléments pour que je m’ennuie ferme.

Et bien je ne me suis pas ennuyé une seconde. D’abord parce que les personnages principaux et secondaires sont parfaitement campés. Ce grand couillon de Philip, qui, à bientôt 25 ans, ne connaît rien aux femmes et va se laisser embobiner comme un bleu par la magnifique Rachel, impulsive et retorse, dont on ne cesse de se demander s’il faudrait lui donner le bon dieu sans confession ou si au contraire elle n’est rien d’autre qu’une machiavélique diablesse. Ensuite, ce n’est pas ennuyeux parce que l’intrigue avance en permanence et ne tourne pas en rond. A chaque chapitre un élément nouveau, une pièce supplémentaire du puzzle qui s’imbrique pour nous mener vers un dénouement vraiment bien trouvé. Enfin, on ne s’ennuie pas une seconde parce que les rapports humains sont tricotés serrés-serrés, tout se tient merveilleusement bien, sans aucune fausse note. Bien sûr l’intrigue se déroule dans l’atmosphère lente, engoncée et poussiéreuse propres aux grandes fortunes anglo-saxonnes mais, à ma grande surprise, j’ai pris un vrai plaisir à fréquenter ces gens de la haute dont les comportements sont régis par le respect de l’étiquette.  

Finalement, on referme le roman en se demandant qui est vraiment Rachel. Une âme pure ou un succube ? Personnellement, je la verrais bien un tantinet schizophrène. Et pas qu’un peu à vrai dire…

Merci à Athalie pour cette superbe découverte. Un vieux (et stupide) réflexe de mon passé ouvrier m’interdisait jusqu’alors de lire un auteur à particule. Grâce à elle, j’ai franchi le cap. Bon, pour autant, pas demain la veille que je lirai d’Ormesson ou Poivre d’Arvor…

Ma cousine Rachel de Daphné Du Maurier. Le livre de poche, 2009. 382 pages. 7,10 euros.

Un lecture commune que j'ai donc le plaisir, vous l'aurez compris, de partager avec Ingannmic.




jeudi 24 avril 2014

Passe-passe - Delphine Cuveele et Dawid

Une grand-mère et sa petite fille sur un banc. Un papillon se pose sur le crâne de la grand-mère et le récit commence. Cinq moments clés de l’histoire commune de l’enfant et de la vieille femme vont marquer la disparition progressive de cette dernière.

La mamy perd peu à peu couleurs et vitalité pour les transmettre au papillon. Au final on assiste à une « évaporation graphique » tout en douceur, un tour de passe-passe magique, sans un mot, qui en dit bien plus que de longs discours.

Je suis toujours fasciné par la narration sans texte. Tout tient dans un découpage où la lisibilité de l’image est le seul maître mot. En jouant sur le cadrage, le mouvement, l’alternance entre les grandes cases, les illustrations pleine page et les plans resserrés, il faut parvenir à donner du rythme en gardant le propos parfaitement compréhensible. Un tour de force qui, lorsqu’il est réussi comme c’est le cas ici, émerveille.

Une façon magistrale d’aborder le deuil, le souvenir et le temps qui passe. La nostalgie n’est pas triste et l’absence est comblée par les joyeuses réminiscences. Il est finalement très lumineux cet album.

J’ai l’impression de me répéter à chaque fois que je présente un ouvrage des éditions de La gouttière mais je n’y peux rien si le catalogue de cet éditeur ne propose que des pépites, des BD jeunesse d’une qualité rare que j’ai envie de faire découvrir au plus grand nombre. Et celui-là ne fera évidemment pas exception à la règle.

Passe-passe de Delphine Cuveele et Dawid. Éditions de la gouttière, 2014. 36 pages. 9,70 euros. A partir de 6-7 ans.

Une lecture commune que je partage une fois de plus avec Noukette et Moka.

L’album sort aujourd’hui. Plus d’infos sur le site des éditions de la gouttière.

L'avis de Lunch






mercredi 23 avril 2014

L’assassin qu’elle mérite T1 et T2 - Corboz et Lupano

Vienne, 1900. Prenez un gamin des rues pur et innocent et plongez-le dans le luxe d’une maison close avec crédit illimité. Initiez-le aux charmes de l’oisiveté et de l’argent facile, donnez-lui accès à des choses qui lui sont inabordables puis coupez-lui les vivres sans crier gare. Tel est le projet d’Alec, jeune dandy capricieux, irresponsable et tête à claque voulant transformer un gavroche en ennemi public numéro 1. Le but ultime étant de le façonner comme une œuvre d’art, une œuvre d’art « subversive et véritablement décadente ». Victor sera la victime désignée d’Alec. Un gosse pas verni par la vie, maltraité par un père à la main lourde et dont la carrière de tailleur de pierres qui l’attend ne l’enchante guère. Avec Alec, il va découvrir un train de vie dont il ne soupçonnait même pas l’existence. Mais le choc est rude, trop rude. Et le pétage de plombs inévitable…

Pour ce scénario, Lupano s’est inspiré de « L’assassinat considéré comme un des beaux-arts » de Thomas De Quincey et surtout d’un passage de « A rebours » de Joris-Karl Huysman dans lequel l’auteur déclare vouloir changer brutalement la vie d’un homme pauvre afin de « créer un gredin de plus pour la société et lui donner l’assassin qu’elle mérite ». Entraîné dans quelque chose  qu’il ne maîtrise pas, dépassé par ce qui lui arrive, Victor va devenir incontrôlable, allant bien au-delà des espoirs placés en lui par son pygmalion.

Une série à l’atmosphère délicieusement sulfureuse. Lupano montre la bourgeoisie viennoise engoncée dans ses certitudes d’un autre temps, incapable d’anticiper les catastrophes à venir alors que la pauvreté, le chômage de masse et l’antisémitisme galopant transforment en profondeur la société. Avec Victor, il procède à une métamorphose violente. Une personnalité simple et neutre qu’Alec a besoin de totalement effacer pour la réécrire à sa guise. C’est une expérience sans filet, un mélange qui devient aussi dangereux qu’explosif…

Que dire du dessin de Corboz, si ce n’est qu’il représente à merveille la Vienne de l’époque. L’architecture, l’opéra, les brasseries, les quartiers populaires, tout est fidèlement resitué. Son trait réaliste campe avec conviction les différents personnages et affirme le caractère de chacun.

Une superbe série, tant sur le fond que sur la forme. Le troisième volume paraîtra le 21 mai, je vais me faire un plaisir de le dévorer dès sa sortie.

L’assassin qu’elle mérite T1 : Art nouveau de Corboz et Lupano. Vents d’ouest, 2010. 56 pages. 13,90 euros.
L’assassin qu’elle mérite T2 : La fin de l’innocence de Corboz et Lupano. Vents d’ouest, 2012. 56 pages. 13,90 euros.


Une lecture commune que je partage une fois de plus avec Noukette.



mardi 22 avril 2014

On nous a coupé les ailes - Fred Bernard et Émile Bravo

Il était une fois un gamin de 8 ans qui, au tournant du 20ème siècle, passait de merveilleux étés avec ses frères et son cousin Firmin à faire les quatre cents coups dans une parfaite insouciance. Un gamin prénommé René, rêveur patenté, fasciné par l’apparition des premiers avions. Un gamin persuadé que quand il serait grand, il volerait lui aussi et pourrait caresser les nuages. Un gamin heureux, conscient de la magie de l’enfance et confiant en l’avenir.

Il était une fois ce même gamin, en octobre 1914, écrivant à sa mère : « J’ignore ce que l’on sert à nos officiers, Maman, mais mon ventre crie souvent famine ici. […] Voila maintenant des semaines que l’armée allemande est bloquée à 40 kilomètres de Paris, mais il s’en est fallu de peu pour qu’elle nous déborde… Alors elle se venge et nous pilonne au canon, nous déchiquette à la mitraillette. Nous on creuse, on s’enterre et on s’enfonce dans la Marne. A perte de vue, de la boue et des cadavres, des chevaux gonflés par la putréfaction, […] des villages rasés et des arbres noirs ébranchés. »

Le gamin devenu un jeune adulte découvre l’horreur du front. Il apprend la mort du cousin Firmin et de son frère Eugène, il s’évade en repensant aux instants joyeux partagés avec eux par le passé et en regardant les avions tournoyer dans le ciel, toujours plus rapides et plus flamboyants…

J’avais peur que le propos insiste trop sur l’histoire de l’aéronautique. Il y a certes quelques termes techniques et la présentation d’incontournables pionniers de la conquête de l’air mais le cœur de l’album ne se focalise pas sur ce sujet. A travers l’histoire de René, les auteurs parlent avec finesse de ses hommes auxquels la guerre a coupé les ailes. L’alternance entre l’enfer des tranchées et le paradis de l’enfance montre à quel point ce monstrueux conflit a brisé des millions de vies et autant de rêves d’avenir.

Un texte sobre et touchant, des illustrations parfaites d’Émile Bravo, cet album est un petit bijou absolument tout public, à lire dès dix ans selon moi.

On nous a coupé les ailes de Fred Bernard et Emile Bravo. Albin Michel, 2014. 56 pages. 11,50 euros. A partir de 9 ans.

Une nouvelle pépite jeunesse que j'ai le plaisir de partager avec Noukette, comme chaque mardi.

L'avis d'Ys





Ma troisième participation
au challenge de Stephie 





lundi 21 avril 2014

Où est donc ma maison ? - Françoise Laurent et Emmanuelle Houssais

Puisque c’est le week-end de Pâques, je vais vous parler d’un petit poussin nommé Valentin. Un poussin qui a perdu sa maison et va interroger ses voisins pour tenter de la retrouver. Dès qu’il aperçoit une nouvelle demeure, il croit être rentré chez lui. Mais le chien, le cheval, les grenouilles, les abeilles, les oiseaux, les lapins, la taupe et même le loup lui répondent à chaque fois qu’il se trompe.

Encore un album en randonnée (décidément, c’est à croire que c’est le seul schéma narratif à proposer aux tout-petits). Le poussin chemine d’animal en animal sans trouver de solution à son problème, jusqu’au dénouement heureux. L’intérêt ici est que l’on découvre les habitations propres à chaque espèce, ce qui permet d’enrichir le vocabulaire. De la niche à la ruche en passant pas le clapier, l’écurie, le terrier, le nid, la tanière ou l’aquarium, l’éventail est très large.

Les illustrations sont simples et colorées, avec une mention spéciale pour la taupe que j’ai trouvée trop choupi.

Les pages de garde finales proposent en outre le « jeu de poussin Valentin », qui n’est autre qu’un jeu de l’oie revisité où l’on retrouve tous les animaux croisés dans le livre.

Un fort joli album plein de fraîcheur mettant en scène un petit poussin craquant comme tout. J'en connais une qui va adorer le découvrir d'ici peu.


Où est donc ma maison ? de Françoise Laurent et Emmanuelle Houssais. Ricochet, 2014. 32 pages. 11,00 euros. A partir de 3 ans.

samedi 19 avril 2014

La dame à la camionnette - Alan Bennett

Le dramaturge et homme de radio anglais Alan Bennett raconte ici vingt ans de cohabitation avec une SDF. En 1969, Miss Shepherd installe sa camionnette en face de chez lui, dans un quartier calme de Londres. Une camionnette dans un état aussi déplorable que sa propriétaire, dont c’est la seule demeure. L’arrivée de la squatteuse ne va évidemment pas plaire à tout le monde. Sommée par la municipalité de quitter les lieux, souvent embêtée par quelques vauriens, la vieille femme subit sans véritablement broncher. Dans un élan de compassion, Bennett lui propose d’installer son tas de boue dans son jardin. Elle ne le quittera plus jusqu'à sa mort, en 1989.

Au final, la charité de Bennett aura été bien mal récompensée. Tyrannique, ultraconservatrice, n’en faisant qu’à sa tête, d’une saleté innommable et passant son temps à se plaindre ou à proposer des projets d’émission foireux, la clocharde est une emmerdeuse de première. Vingt ans d’un quotidien houleux déroulés en quelques tableaux, en divers moments marquants, parfois drôles, le plus souvent anecdotiques et je dirais presque sans intérêt.

Oui, je l’avoue, je n’ai pas trouvé grand chose d’intéressant dans ce témoignage. Les petits épisodes s’enchaînent, relatant des échanges sans saveur, dignes de ceux que l’on pourrait tenir avec son voisin (même si je ne souhaite à personne d’avoir une voisine comme Miss Shepherd !). On sait finalement très peu de choses sur elle, ce qui donne à ce portrait un désagréable coté superficiel. Je me suis interrogé sur le but d’un tel témoignage, que je n’ai à aucun moment trouvé touchant. J’en suis même venu à me demander si l’auteur ne voulait pas simplement passer pour un bon samaritain auquel chaque lecteur devrait dresser des lauriers, mais je ne pense sincèrement pas que ce soit le cas. Heureusement, un post-scriptum rajouté cinq ans après la première publication nous en apprend beaucoup plus sur la vie de Miss Shepherd avant qu’elle ne tombe dans la marginalité. C’est, et de loin, la partie la plus attrayante de l’ouvrage.

La dame à la camionnette d’Alan Bennett. Buchet Chastel, 2014. 114 pages. 9,00 euros.

Les avis de Canel, Clara et Zazy


vendredi 18 avril 2014

Notre histoire commence - Tobias Wolff

Un fait divers évité de justesse dans la chambre d’hôtel minable de journaliers mexicains. Un fils quittant le chevet de sa mère mourante pour établir un devis dans un funérarium. Une enseignante prise en otage par un parent d’élève mécontent. Un soldat qui vient vaguement en aide à la sœur d’un camarade parti en Irak. Une étudiante fascinée par la confession intime de l’une de ses profs. Un homme qui promène le chien de sa compagne disparue. Un père amenant de force son fils dans un collège militaire. Un américain victime d’un pickpocket gitan en Italie. Un mari qui ne peut oublier cette fille embrassée trente ans plus tôt… Dix nouvelles en tout. Dix petits riens, dix moments fugaces comme autant d’instantanés pris sur le vif. Des hommes et des femmes fragiles, en proie au doute.

Soyons clair : si vous êtes allergique à Carver (j’en connais certaines, elles se reconnaîtront), passez votre chemin. Mais si vous êtes comme moi amoureux de la prose minimaliste du grand Raymond, vous allez vous régaler. Tout est banal dans ce recueil. Parfaitement banal. Ces nouvelles sont un peu comme des bribes de tableaux impressionnistes construits par petites touches, à peine esquissés. Des scènes relevant de l’insignifiant, des histoires sans véritable chute.

Je suis clairement fan de ce genre épuré à l’extrême, de cette représentation du grand ordinaire de nos existences avec trois fois rien. La normalité, voila de quoi parle ce recueil. Une normalité à peine bousculée, une atmosphère suspendue quelques minutes ou quelques heures, quand survient un frémissement qui, peut-être, sera annonciateur d’une forme de basculement. La vie, quoi.

Notre histoire commence de Tobias Wolff. Bourgois, 2014. 178 pages. 15,00 euros.











jeudi 17 avril 2014

Un peu de tendresse dans un monde de brutes...

Je ne sais pas si c’est le printemps ou quoi mais j’ai comme des envies de câlins et de douceur en ce moment. Du coup je vais vous parler de deux albums doudous, des albums tendres, sucrés et moelleux comme un chamallow.

Cet album est une merveilleuse déclaration d’amour qui se déroule au fil des pages. "Comment te dire… je t’aime". C’est simple et poétique. Ça pourrait tomber dans le très cucul mais ce n’est pas du tout le cas parce que le texte dégage une vraie musicalité et se lit un peu comme une seule, longue et belle phrase.

Les illustrations sont douces, colorées et particulièrement évocatrices. C’est un album à lire à ses enfants bien sûr, mais ça ferait aussi un magnifique cadeau pour celui ou celle qui occupe toute la place dans notre cœur. Bien plus touchant selon moi qu’un bouquet de fleurs ou une boîte de chocolats…

Comme te dire ? d’Edwige Planchin et Anne Cresci. Fleur de ville, 2014. 32 pages. 12,90 euros. A partir de 3 ans.





Un câlin ? Pour quoi faire ?

Parce qu’on se sépare, parce qu’on se retrouve, parce qu’on a du chagrin, parce qu’on est tombé, parce qu’on est fatigué, etc. Surtout, un câlin parce que c’est bien. Parce que c’est doux, parce qu’on peut l’accompagner d’un bisou et d’une caresse dans les cheveux, parce que pendant un câlin on est seuls au monde, dans une bulle, intouchables et sereins. Parce que les câlins sont nécessaires, que l’on soit petit ou grand. C’est vital un câlin, l’air de rien. C’est une preuve d’amour, un besoin d’être avec l’autre. Un câlin c’est aussi un instant de complicité partagée. Et puis pour les plus grands, il y a les câlins coquins, j’aime bien aussi, mais je m'égare…

Bref, j'ai beau être un gros dur tatoué, ça ne m'empêche pas d'être fan des câlins. Pas avec n'importe qui, hein, entendons-nous. Et je dois dire que je suis privilégié parce qu’à la maison tout le monde aime ça. Même ma collégienne vient souvent faire un câlin à son papounet. Et ne parlons pas de bébé Charlotte. Quand vous la sortez de son lit et qu’elle niche sa tête contre votre épaule, c’est indescriptible. Et puis maintenant elle commence à faire des bisous et là, je fonds complètement. Ok, je suis gaga… j’assume.

Cet album très épuré est un bijou de douceur. Un bonbon fondant à partager avec vos petits bouts, pour passer avec eux un vrai beau moment de tendresse. Juste incontournable...

Un câlin de Malika Doray. MeMo, 2014. 28 pages. 15 euros. A partir de 2 ans.











mercredi 16 avril 2014

Un petit goût de noisette - Vanyda

Dans ces nouvelles, il est question d’un écureuil qui essaierait d’attraper une trop grosse noisette. D’une étudiante amoureuse d’Esteban, qui en aime une autre. De Barnabé, pensant trouver l’amour en « sauvant » un colis qui ne lui était pas destiné. Mais il est aussi question, d’Eléonor, d’Aymeric, de Luna, de Margaux, de Benoît, d’Abderrazak, de Marlène, de Christophe et d’Azul.

Il n'est que question d'amour dans cet album. Des trajectoires qui se croisent, des vies en pointillés, des jeunes gens qui se cherchent, un arrière goût de solitude parfois. Des rencontres, des hésitations, des occasions manquées, des regrets, des histoires qui grandissent l'air de rien. Et quand l'évidence est là, l'alchimie fonctionne, envers et contre tout.

A première vu, tout cela a l'air très décousu. Mais plus on avance dans le recueil et plus on se rend compte que les histoires se font écho, que des protagonistes reviennent régulièrement, que certains servent même un peu de fil rouge à l'ensemble. On avance et on se dit que Vanyda a tricoté son ouvrage serré-serré, que la construction est bien plus fine qu'il n'y paraît.

Le dessin est assez dépouillé et va à l'essentiel. Le découpage est parfait et privilégie la lisibilité. Avec autant de personnages, on aurait pu craindre de s'emmêler les pinceaux mais les visages se reconnaissent au premier coup d’œil.

Un album tout en délicatesse où l'on saisit ces petits moments qui, parfois, font basculer une existence. C'est à la fois réaliste et plein de tendresse, ça ressemble à la vie comme elle est, joyeuse, triste,traversée par de l'attente, de l'espoir, des désillusions et de magnifiques rencontres. Une vraie réussite.

Un petit goût de noisette de Vanyda. Dargaud, 2014. 206 pages. 17,95 euros.

Une lecture commune que je partage avec Noukette.

Les avis de Marion et Stephie.







mardi 15 avril 2014

Charlie - François David

Luce a 13 ans. Une gamine comme les autres, à une chose près : son meilleur ami fait la manche assis sur un carton, devant un magasin. Il s’appelle Charlie et chaque jour elle le rejoint pour passer de longues heures à ses cotés. Une amitié forte, incroyable même. Si ses parents, compréhensifs, ne lui mettent pas de bâtons dans les roues, le regard porté par les autres n’est pas aussi bienveillant, loin de là. Mais Luce s’en contrefiche, ce qui compte pour elle, c’est d’être avec Charlie : « Avant Charlie, il n’y avait personne […] dans ma vie. Un jour, il a été là, avec ses deux cartons, et, pour moi,  à l’instant, plus rien n’a été pareil. »

Une histoire difficile à croire. Comment une jeune fille peut s’attacher à ce point à un SDF ? Comment ses parents peuvent la laisser faire avec autant de facilité alors qu’ils ne savent rien de cet homme ? Et pourtant cette histoire est vraie. En fin d’ouvrage, une interview de la « véritable » Luce (qui se prénomme en réalité Laure) menée par l’auteur lui-même permet d’éclairer chaque point du récit et remet l’ensemble en perspective. Et Laure le reconnaît sans peine : « J’imagine que tout n’est pas si évident à comprendre et il me semble que je m’en apercevais déjà à l’époque dans certains regards croisés avec des personnes qui passaient devant le magasin. […] Il y avait tellement de choses qui nous séparaient. Nous avons, il me semble, lui et moi, su faire abstraction de ces différences pour que notre histoire soit une vraie rencontre d’amitié et de partage. »

Compréhensible ou pas, peu importe. Cette relation amicale incongrue dégage des ondes positives. L’attention aux autres, une forme d’altruisme sans contrepartie, la prédominance de l’être sur le paraître, voila ce dont il est question ici. Et puis j’ai beaucoup aimé la fin qui évite, comme je le craignais, de tourner au neuneu ou de laisser le lecteur en plan en montrant Charlie et Luce au même point qu’à la première page.

Encore un texte engagé des éditions Le Muscadier. Engagé mais intelligent et sans gros sabots. Comme d’habitude, quoi.

Charlie de François David. Le Muscadier, 2014. 68 pages. 6,90 euros. A partir de 9 ans.

Une lecture commune que je partage comme chaque mardi avec Noukette mais aussi cette semaine avec Stephie. Plus on est de fous...

lundi 14 avril 2014

Pan’Pan Panda, une vie en douceur T2 - Sato Horokura

En présentant le premier tome de cette série, j’avais qualifié Pan’pan d’un peu cucul. Panpan cucul, la vanne était pourrie et le jugement assez injuste je dois dire. Parce qu’après tout, Pan’pan Panda est un manga destiné aux jeunes enfants, il est donc logique que ses thématiques soient plutôt légères.

Au menu de ce second volume on retrouve Panetone le panda et la petite Praline, au moment de la nouvelle année. Nous les suivons au fil du calendrier et découvrons avec eux la Saint Valentin nippone (au Japon, ce jour-là, ce sont les femmes qui offrent des gâteaux et des confiseries aux hommes) et son pendant masculin le White Day (célébré le 14 mars, il permet aux garçons d’offrir aux filles un cadeau en remerciement des présents reçus un mois plus tôt), sans oublier le
fameux pique-nique sous les cerisiers en fleurs pour fêter l’arrivée du printemps (l’hanami). C’est tout l’intérêt de ce manga, présenter aux jeunes lecteurs des fêtes traditionnelles et de nombreuses références culturelles à travers le quotidien d’une petite fille et de son ami le panda.

Le vocabulaire spécifique n’est parfois pas simple à comprendre (mochi, umani, karuta, o-zoni, saisen-bako, etc.) mais un lexique explique clairement chaque mot nouveau. D’ailleurs, les autres petits bonus placés en fin d’ouvrage ajoutent un vrai plus. Niveau dessin c’est toujours aussi kawaï, simple, frais et coloré.

Un manga à lire à partir de 7 ans, ce n’est pas si courant. Et puis c’est un support idéal pour découvrir en douceur le mode de vie d’une famille japonaise.

Pan’Pan Panda, une vie en douceur T2 de Sato Horokura. Nobi nobi, 2014. 112 pages. 9,45 euros. A partir de 7 ans.

samedi 12 avril 2014

Le vertige danois de Paul Gauguin - Bertrand Leclair

Gauguin débarque à Copenhague en 1885 pour y rejoindre sa femme Mette et ses cinq enfants. Il vient de lâcher son emploi de courtier en bourse à Paris et débute une carrière de vendeur de bâches. Mais c’est la peinture qui l’obsède. Bien avant Pont Aven et Tahiti, les débuts sont difficiles. La reconnaissance tarde à venir, les soucis financiers s’accumulent, la vie danoise l’éreinte et les relations avec sa femme et sa belle-famille deviennent insupportables.

La peinture comme refuge. La peinture qui seule, « lui rend le présent habitable, [...] lui est tout à la fois la clé de l’avenir et ce qui permet d’en suspendre un instant le couperet. » La peinture qui, également, scellera la fin de son couple : « La peinture n’est plus un prétexte aux agressions ou aux rapprochements amoureux, elle est réellement devenue le nom de ce qui les sépare, irrévocablement, cela même qui bloque le balancier conjugal en position d’hostilité perpétuelle. »

Larguer les amarres. Gauguin va y consentir après moult hésitations. Une décision brutale, un couperet qui tombe d’un seul coup. Il part subitement pour la France avec son fils de 6 ans, Clovis, abandonnant les siens : « Il s’est sauvé du soir au matin, peut-être, et avec lui la peinture, comme le voudrait la légende, aussi bien sur son versant doré (l’homme qui a tout sacrifié à sa passion irrépressible pour la peinture) que sur son versant noir (l’homme qui a abandonné femme et enfants pour propager la syphilis en Polynésie au nom de l’art). »

Et parce qu’il manque une lettre, la première adressée par Gauguin à sa femme après leur séparation, on ne saura jamais les véritables raisons de ce départ brutal. Alors Bertrand Leclair interprète. Il déduit à partir des lettres suivantes, il imagine. Et sans doute parce qu’il est en empathie totale avec l’artiste, il a bien du mal à lui donner tort. Pour lui c’est le mépris de sa belle-famille danoise qui l’a poussé à partir. Gauguin ne serait donc pas un salaud ayant abandonné les siens et son départ était la seule solution, la seule réponse à cette question radicale vers laquelle son expérience danoise l’avait mené : peindre ou se pendre ?

Un séjour à Copenhague douloureux mais nécessaire pour la maturation de l’œuvre à venir. L’artiste s’est construit dans cette épreuve, face aux jugements des autres mais aussi face à sa propre culpabilité de mari et de père incapable d’entretenir sa famille. Les doutes, les hésitations face à cette volonté de larguer les amarres en butte aux conventions sociales et à la bien-pensance, tout cela est parfaitement restitué dans le récit de Bertrand Leclair. La langue est belle, d'un lyrisme contenu. Un superbe texte qui éclaire d'un jour nouveau un épisode peu connu et pourtant essentiel de la vie de Gauguin.


Le vertige danois de Paul Gauguin de Bertrand Leclair. Actes sud, 2014. 182 pages. 19 euros.






vendredi 11 avril 2014

Guerres - Timothy Findley

 Alice Ferney pose parfaitement les enjeux de ce texte dans son avant-propos : « Voici un roman sur 14, publié en 1974, écrit par un auteur qui n’était pas né au moment des faits. C’est un livre de l’après. […] Timothy Findley se trouve dans cette posture fondatrice de la littérature : écrire ce que l’on n’a pas vécu, écrire ce qu’ont fait les autres, et, pour ce faire, transformer une expérience extérieure (celle des autres) en expérience intérieur. »

Guerres est le récit des quelques mois passés par le soldat canadien Robert Ross sur le front belge, entre décembre 1915 et juin 1916. Ross, engagé volontaire après le décès de sa sœur, sera très vite promu officier. En charge d’une petite compagnie, il va monter au front et se heurter de plein fouet à l’horreur et à la violence des combats. De l’infernale traversée entre le Canada et l’Angleterre à l’arrivée sur le continent en passant par la découverte des tranchées, de la mort, de la peur, de la lâcheté, du retour à la vie civile le temps d’une permission et enfin de cet événement de trop qui rend votre condition de soldat insupportable et vous pousse à la désobéissance, le lecteur suit un parcours qui s’avérera des plus douloureux…

J’ai mis beaucoup de temps à lire ce roman, pourtant loin d’être un pavé, ce qui n’est jamais bon signe. Plusieurs choses m’ont freiné. J’ai trouvé les passages se déroulant à l'arrière, pendant les permissions, très barbants. J’ai aussi eu quelques difficultés à visualiser certaines scènes sur le front, comme si les descriptions n’étaient pas d’une grande clarté. Enfin, et c’est sans doute le plus gros hic, je n’ai développé aucune empathie particulière pour Robert, restant un observateur totalement extérieur et peu concerné par les tragédies qui l’ont frappé. Seule la fin, crépusculaire, magnifique d’évidence face au sort réservé à ceux qui, en vain, ont voulu s’opposer à la guerre, résister d’une façon ou d’une autre à la folie destructrice des hommes, m’a bouleversé.

Beaucoup considèrent ce texte comme une des plus beaux romans jamais écrits sur la première guerre mondiale. Je veux bien les croire, même si en ce qui me concerne, je reste loin du coup de foudre.


Guerres de Timothy Findley. Phébus, 2014. 252 pages. 22 euros.




Et voici ma seconde participation au challenge de Stephie





mercredi 9 avril 2014

Le train des orphelins T1 : Jim - Charlot et Fourquemin

Dans les années 20, à New York, un train s’apprête à partir pour un long voyage. A son bord, des orphelins qui vont être « distribués » aux familles en mal d’enfants de l’Ouest et du Middle West. Dans chaque ville où le train s’arrête, c’est un peu la foire aux bestiaux. Et pour les enfants, c’est la roulette russe avec, coté pile, la chance de tomber sur des adoptants aimants et généreux ou, coté face, de sombres énergumènes cherchant de la main d’œuvre bon marché voire même de la chair fraîche…

Ce premier tome s’attarde sur la situation de Jim, Joey et de leur petite sœur Anna. Une fratrie solidaire qui risque la séparation à chaque étape du train. Leur chemin croisera celui d’Harvey, gamin débrouillard et pragmatique : « Ce qu’il faut, c’est trouver une bonne famille… des parents pleins aux as… et après… la belle vie… ». Leur périple sera marqué du sceau de l’amitié et de l’entraide, malgré les coups durs.

Basée sur une histoire vraie, cette série revisite un pan méconnu de la conquête de l’ouest. 250 000 enfants embarquèrent de New York entre 1850 et 1929 vers des régions en mal de population jeune et travailleuse. Si le placement d’enfants des rues relève d’une démarche louable, le philanthropisme de façade se lézarde rapidement lorsque l’on découvre les méthodes employées. Le placement se fait sans aucune vérification préalable, les enfants sont simplement étiquetés comme des animaux et offerts à la première personne qui se manifeste. Sans compter les petits trafics menés par les adultes encadrant le voyage qui réservent à l’avance les « plus belles pièces » contre de confortables rémunérations. De fait, mieux valait être blond et en bonne santé pour trouver preneur. Le programme ne prenait par ailleurs pas en charge les enfants noirs (« Que voudriez-vous que nous fassions de négrillons… nous sommes une institution caritative mais il y a des limites à tout").

Le train des orphelins revient donc sur la plus grande migration d’enfants de tous les temps. Une migration nécessaire pour arracher à la misère des gamins abandonnés mais dont la mise en œuvre souffrit de nombreuses dérives. Alors que le quatrième tome vient tout juste de sortir, je n’ai qu’une hâte, savoir ce que vont devenir, Jim, Joey, Anna et Harvey…  


Le train des orphelins T1 : Jim de Charlot et Fourquemin. Grand Angle, 2012. 48 pages. 13,90 euros.

Un grand merci un Choco qui m'a offert cet album dans le cadre du loto BD. Un très bon choix !

Les avis de Choco et Hérisson.






mardi 8 avril 2014

Le miroir brisé - Jonathan Coe

Claire, huit ans, découvre dans une décharge un morceau de miroir en forme d’étoile. Pour la jeune fille, la trouvaille se révèle extraordinaire puisque ce miroir reflète non pas la réalité mais « des choses deux fois plus passionnantes et cent fois plus magiques que le quotidien prosaïque qui l’entoure de toutes parts. » Alors non, Claire ne basculera pas, tel Alice, de l’autre coté du miroir. Mais cet objet, qui l’accompagnera des années durant, va lui donner à voir une réalité bien plus douce que celle qu’elle doit affronter. Une réalité qu’il lui sera peut-être un jour possible de connaître…

Pour sa première incursion en littérature jeunesse, Jonathan Coe se contrefout des modes et déroule son histoire avec un grand classicisme formel. Loin des productions actuelles anxiogènes et ultra pessimistes, il propose un roman jeunesse à l’ancienne, à contre courant. Pas niais ni ringard, loin de là. Mais le texte offre la part belle à une forme d’utopie que beaucoup d’auteurs n’osent plus forcément défendre. C’est un texte aux valeurs positives n’éludant pas pour autant les maux de nos sociétés occidentales. Finalement, au-delà de l’aspect fantastique du départ, le propos est avant tout philosophique. L’injustice, les inégalités sociales, la surconsommation, le règne du paraître, tous ces sujets sont abordés en filigrane et poussent l’air de rien à la réflexion. Le miroir joue le rôle d’un guide, il embellit la réalité quotidienne mais il indique aussi une voie à suivre : « au lieu de nous montrer le monde comme il est, il nous le montre comme il devrait être. » Et surtout, comme il est possible de le rendre si chacun décidait d’y mettre du sien.

J’adore par ailleurs les illustrations un peu désuètes aux couleurs criardes de l’italienne Chiara Coccorese. Un plus d’être un excellent roman jeunesse, ce miroir brisé est également un fort joli objet-livre. Bref, c’est une très belle réussite.

Le miroir brisé de Jonathan Coe. Gallimard Jeunesse, 2014. 114 pages. 12,50. A partir de 10 ans.


Une lecture commune que je partage comme chaque mardi avec Noukette.

lundi 7 avril 2014

L’histoire de la chauve-souris qui voulait se faire des amis - Sarah Dyer

Charlie la chauve-souris se désole de ne pas être aussi populaire que les autres animaux du zoo. Pour ne plus passer inaperçue, elle décide d’aller faire un tour chez ses voisins les pingouins pour voir si elle pourrait exécuter les mêmes acrobaties qu’eux. Mais plonger dans l’eau glacée et manger du poisson, ce n’est pas son truc. Chez les gorilles, l’épouillage ne l’emballe pas, comme la sieste à longueur de journée chez les lions. Et les oiseaux quant à eux font bien trop de bruit. Bref, la pauvre Charlie rentre chez elle en se disant qu’elle n’a pas sa place parmi les animaux qui attirent les foules...

Encore un album en randonnée. Charlie rencontre les différents pensionnaires du zoo les uns après les autres avant le final très réussi réunissant tout le monde. L’intérêt majeur tient dans le fait que l’on découvre chaque nouvelle espèce à travers le point de vue de la chauve-souris, c'est-à-dire à l’envers ! Il faut donc retourner l’album pour voir les illustrations « dans le bon sens ». Une petite manipulation rigolote et répétitive qui plaira forcément aux enfants.

Les illustrations un tantinet naïves possèdent un charme un peu désuet qui fait mouche. Voila un album sans prétention mais très réussi qui aborde la question de l’amitié et de la différence d’une manière « renversante ».  


L’histoire de la chauve-souris qui voulait se faire des amis de Sarah Dyer. Circonflexe, 2014. 26 pages. 13,00. A partir de 4 ans.






vendredi 4 avril 2014

Un yankee à Gamboma - Marius Nguié

Au milieu des années 90, la République du Congo est ravagée par à une guerre civile entre sudistes et nordistes. A Gamboma, une petite ville du nord, les partisans du président Lissouba règnent en maître. Benjamin est l’un deux. Ce trentenaire, qui a commis de nombreuses exactions, se fait appeler "Sous-off" par la population et sème la terreur partout où il passe. Il fascine aussi. Beaucoup. Notamment Nicolas, le narrateur, un gamin de 14 ans bien sous tous rapports. Bon élève, bon camarade et bon fils d'une mère qu'il admire, Nicolas déambule avec Benjamin dans les rues de Gamboa et apprend à ce dernier les codes et les usages d'une ville jadis paisible en proie à la violence et à l'arbitraire.  

Une chronique douce amère, sans doute très autobiographique, dont la légèreté peut paraître surprenante eu égard au sujet. Le quotidien d’une population en proie à la guerre civile n’a à la base rien de réjouissant. Mais le traitement à hauteur d’ado apporte une certaine fraîcheur et la multiplication des personnages secondaires dynamise l’ensemble. Personnellement je retrouve dans ce texte le coté savoureux et un peu nonchalant propre à nombre de romans africains ou à la littérature caribéenne. La filiation avec Alain Mabanckou, Raphaël Confiant ou Dany Laferrière est également perceptible dans l’inventivité linguistique dont font preuve les Gabomais.

Malgré quelques passages dérangeants et des scènes difficiles, surtout celles concernant le traitement réservé aux femmes, je ne peux m’empêcher de trouver ce premier roman plein de vitalité. Maintenant je comprends aussi qu’il puisse être déroutant pour plus d’un lecteur. Question d’habitude sans doute. Mais si vous voulez découvrir un jeune auteur congolais prometteur et une littérature quelque peu singulière, c'est le livre idéal.

Un ouvrage ramené du salon du livre avec Noukette. C'est donc en toute logique que je partage avec elle cette nouvelle lecture commune. 


Un yankee à Gamboma de Marius Nguié. Alma, 2014. 84 pages. 12 euros.



mercredi 2 avril 2014

Max Winson T1 : La tyrannie - Jérémie Moreau

Max Winson est un phénomène. Le seul tennisman de l’histoire à avoir remporté tous ses matchs. N°1 mondial depuis 7 ans, 24 titres en grand chelem et 94 tournois gagnés d’affilée. Un gamin au physique de colosse qui ne se pose pas de question, une sorte de robot, programmé pour gagner, cornaqué par un père tyrannique ne lui laissant rien passer. Pourtant le jeune homme semble traîner une mélancolie persistante, une fragilité difficile à cerner.
Il va d’ailleurs suffire d’une interview télé catastrophique pour ébranler le mythe. Le paternel en fait une attaque et Max doit trouver un nouvel entraîneur. Ce sera Andy, un inconnu aux méthodes très particulières qui va le préparer au match le plus compliqué de sa jeune carrière….  

Avec ce diptyque, Jérémie Moreau (Le singe de Hartlepool) a voulu faire un shonen à l’envers. Dans Dragon Ball ou Naruto, le héros, chétif, honnête et un poil naïf, devient le plus fort de tous en franchissant les paliers petit à petit alors qu’ici, Max Winson est au sommet dès le départ et il voudrait descendre de son piédestal. En filigrane l’auteur dénonce avec une certaine finesse les méfaits du sport spectacle, de sa médiatisation et de sa proximité avec la pire forme de libéralisme économique. Mais le cœur du propos reste la compétition à outrance qui caractérise notre société, ce besoin d’être meilleur que les autres et cette violence de la victoire qui galvanise les foules. C’est d’ailleurs le reproche que fait une journaliste à Max : « Tu incarnes la compétition sauvage. Pour s’en sortir, il faut écraser son voisin. Il faut être plus fort, plus performant, plus endurant, et pire… impitoyable. »

Par rapport au singe de Hartlepool le trait est ici plus relâché, plus nerveux, plus dépouillé. Quelque chose de brut et d’instinctif qui rappelle par moments Bastien Vives. Autant dire que je ne suis pas fan… Par contre, le noir et blanc est sympa et le découpage est super dynamique, avec quelques effets vraiment astucieux et risqués mais toujours très lisibles.

Une bonne surprise. Avec ce premier album solo, Jérémie Moreau s’est lancé sans filet pour dénoncer un modèle social faisant de la recherche de la réussite notre seule raison d’être. Le tout sans passer pour un donneur de leçon rabat joie. Chapeau !


Max Winson T1 : La tyrannie de Jérémie Moreau. Delcourt, 2014. 158 pages. 15,95 euros.


L'avis d'Yvan






mardi 1 avril 2014

Le premier mardi c'est permis (25) : Les cadeaux de Stephie

J’ai eu la chance de croiser Stephie au salon du livre. La grande prêtresse des 1ers mardis coquins m’avait préparé un colis spécial « Mille et une frasques », autant vous dire que j’ai été particulièrement gâté. Tout m’a plu dans ce colis : les friandises (même si certaines ne m’étaient pas destinées), le mug, le livre mystère (et oui parce qu’il y en avait un), les romans et les trois petites choses dont je vais vous parler aujourd’hui.


Commençons avec un tour du monde du Kama Sutra. 80 positions dans 80 régions ou pays différents. La mise en page est simple : une illustration, un descriptif de la position et une proposition de jeu sexy pour pimenter l’affaire. Le problème c’est que les dessins sont affreux et pas émoustillants pour deux ronds. Et puis entre les positions impossibles à réaliser (Nouvelle-Zélande ou Madagascar par exemple) et celles déjà vues cent fois, il n’y a pas grand-chose à tirer de ce petit guide. Le texte ne vole pas bien haut non plus. Comme les noms trouvés à chaque position d'ailleurs (position du trèfle en Irlande, de la tulipe aux Pays-Bas, de la moule en Belgique, etc.). Bref, c’est très, très léger…  


Avec le sexy quiz des éditions de la Musardine, on passe dans un tout autre registre. Un recueil de questions et de tests pour savoir si votre homme est un bon coup. En théorie j’aurais dû laisser madame s’en charger, mais elle est tellement peu objective que j’ai préféré le faire moi-même. Je ne vais évidemment pas vous infliger tout le questionnaire mais juste en balayer les grandes lignes.
voyons ce que donnerait mon portrait chinois :
S’il était un genre cinématographique, il serait… Une comédie romantique (je préfère ça au film X, à la comédie déjantée ou au film « à la Tarentino »).
S’il était un vêtement, il serait… Un jean moulant !
S’il était un animal, il serait… Oublions le lapin, je dirais plutôt un cerf (le taureau fait trop bourrin et trop prétentieux)
S’il était un personnage de BD, il serait… Superman !
S’il était un groupe de Rock, il serait…. Les Rolling Stone (punaise, il y avait Tokyo Hotel et les Bee Gees parmi les autres propositions !) 
Résultat des courses, je vous le donne en mille : « c’est un véritable partenaire sexuel doué pour le partage des émotions fortes. Attention à ne pas vous le faire voler ! ». Ce n’est pas moi qui le dis…
Quiz suivant : « Est-il un grand romantique ? ». Même pas besoin de répondre aux questions, la réponse est forcément oui.
On a aussi droit à : « Est-il le roi des fantaisies érotiques ? ». Verdict : Pas loin du couronnement (en toute modestie bien sûr).
A la question « Un libertin ? Lui ? » je n’ai pas à remplir le questionnaire, je sais que la réponse est non. Pas nécessaire de faire non plus celui qui s’intitule « Est-il influencé par le porno ? » puisque la réponse est aussi négative (jamais au grand jamais de porno chez moi voyons !).
Franchement je ne suis pas certain, mesdames, que vous ressortiez de ce petit bouquin avec des certitudes concernant les compétences sexuelles de votre homme. Mais c’est dans l’ensemble plutôt frais et rigolo, surtout si on répond aux questions à deux. Une jolie découverte.


Le cahier de vacances érotiques propose quant à lui un nombre incalculable d'activités dans tous les domaines : littérature, grammaire, vocabulaire, arts plastiques, cinéma, musique, philo, maths ou sciences naturelles, il y en a pour tous les goûts.
On suit les tribulations de Léo et Léa, un couple libre qui se sépare le temps des vacances. Léa la coquine s'envole vers des contrées ensoleillées et multiplie les aventures tandis que Léo reste à Paris pour jouer les séducteurs urbains, sans grand succès. Alors que je m'attendais franchement au pire, j'ai été surpris par la richesse et la diversité du contenu qui s'avère particulièrement instructif. Un outil idéal pour approfondir de façon très ludique sa culture érotique, je vais m'attacher à répondre à tous les exercices proposés.

Stephie, je te remercie chaleureusement  pour tous ces cadeaux et pour les petites attentions dont je ne  parlerais pas ici. C'est vraiment un plaisir de te connaître !