vendredi 26 août 2016

Légende - Sylvain Prudhomme

La Crau. Un bout de terre ingrat aux portes d’Arles, « à deux pas des splendeurs des Alpilles, des langues de sable vierge de Camargue, des calanques de Marseille et de Cassis ». Cent trente kilomètres de désert au milieu de la Provence, royaume des bergers et de leurs troupeaux. C’est là que vivent, Nel et Matt, deux amis inséparables. Le premier, photographe, y est né. Le second, anglais, vendeur de toilettes sèches, est réalisateur de documentaires à ses heures perdues. Travaillant à un nouveau film, Matt s’intéresse à l’histoire de « La Chou », boîte de nuit camarguaise mythique, haut lieu des fêtes les plus folles données chaque week-end dans la région pendant les années 70-80.

Le projet prend une nouvelle direction lorsque Matt découvre l’existence de Fabien et Christian, les cousins de Nel, clients assidus de l’établissement. Le premier, laissé à sa grand-mère par des parents partis chasser le papillon à Madagascar, était devenu une figure romantique incontournable d’Arles, régnant sur une cour prête à céder à tous ses caprices. Le second, taiseux, bagarreur, buveur, a sombré peu à peu dans la drogue. Deux enfants terribles, deux étoiles filantes aux trajectoires dramatiques, deux vies aussi brèves qu’intenses. A travers eux, Matt veut « raconter une époque, revisiter une certaine liberté, un joyeux je-m’en-foutisme qui avait un temps régné chez de nombreux hommes et femmes, pour le pire et le meilleur, à mille lieues de l’obsession contemporaine de la vie saine ».

Je ne connaissais pas Sylvain Prudhomme, j’ai découvert avec ce roman une plume délicate et ciselée portant des interrogations existentielles qui m’ont touché en plein cœur. Entre passé et présent, beaucoup d’échos et de correspondances mais aussi de particularités propres à chaque époque. Un texte touchant, d’une grande sensibilité, à la fois nostalgique et très actuel.

« Il avait pensé que la vie de chaque individu, regardée avec assez d’attention, de suffisamment près, racontait infailliblement l’époque à laquelle il avait vécu. Illustrait les espoirs et les peurs qu’avaient eu ses contemporains, la façon dont ils avaient aimé, fait la fête, eu des enfants, craint la mort. Été audacieux ou égoïstes, insouciants ou inquiets, tire-au-flanc ou bûcheurs, constants ou volages, joyeux ou moroses, enthousiastes ou désabusés ».

Légende de Sylvain Prudhomme. Gallimard (L’arbalète), 2016. 292 pages. 20,00 euros.






31 commentaires:

  1. Je l'ai feuilleté en librairie, sans trop savoir qu'en penser. Avec ton billet, je le note tout en haut de la liste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai moi aussi choisi totalement par hasard ;)

      Supprimer
  2. Le "pitch" ne me dit rien mais ce que tu en dis, forcément, ça titille la curiosité.

    RépondreSupprimer
  3. Voilà que notre chouchou est touché en plein coeur... Une déclaration qui ne se prend pas à légère... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais à quel point je suis un grand sensible :p

      Supprimer
  4. Je l'ai repéré hier soir à la Fnac celui-ci... Me suis dit que je devais lire Les grands avant. Le contexte de la Camargue me tente beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Camargue occupe une place très importante dans le roman.

      Supprimer
  5. Et bien, tu es bel et bien touché ! Ce livre pourrait donc me plaire...

    RépondreSupprimer
  6. Il faut absolument que tu lises "Les Grands" publié l'an dernier, un roman magnifique que j'ai adoré !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais me pencher sur son cas au plus vite !

      Supprimer
  7. Quel beau billet, j'ai envie de le lire maintenant :-)

    RépondreSupprimer
  8. J'ai très envie de découvrir cet auteur :)

    RépondreSupprimer
  9. Je ne connais pas du tout l'auteur, mais tu donnes envie de le découvrir.

    RépondreSupprimer
  10. Dubitative. Les années 70 ne me tentent pas du tout

    RépondreSupprimer
  11. "portant des interrogations existentielles qui m’ont touché en plein cœur"... un roman qui touche à ce point vaut la peine qu'on s'y arrête...

    RépondreSupprimer
  12. Évidemment, on a envie d'en savoir plus maintenant, c'est malin ^^

    RépondreSupprimer
  13. La collection L'Arbalète recèle de bonnes surprises généralement. Un titre à noter donc, mais mon bouclier anti-PAL est très très solide, il va falloir du très lourd pour en venir à bout, je suis déterminée.;-)

    RépondreSupprimer
  14. Enfin lu et évidemment adoré ;-) Demain je fais un cours spécial Sylvain Prudhomme héhé
    Je crois que "Les grands" devrait bcp te plaire, tu me diras ....

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !