mercredi 7 décembre 2016

Kodhja - Thomas Scotto et Régis Lejonc

Le garçon arrive devant les remparts de Kodhja. Il franchit la lourde porte et s’avance. Un enfant à la voix grinçante l’accueille. Le garçon lui explique qu’il est là pour voir le roi, seule personne à même de répondre à ses questions. L’enfant lui répond qu’il veut bien l’accompagner mais que le chemin sera long car « Kodhja est un vrai casse-tête ». Ensemble, ils commencent alors un voyage étrange au cœur d’un improbable labyrinthe.

Étrange, c’est le premier mot qui vient à l’esprit quand on tourne les pages de cet album aussi impressionnant par sa taille que par son contenu. Un album que m’a offert Moka samedi dernier à Montreuil, parce qu’elle l’a adoré et qu’elle tenait absolument à me le faire découvrir. Tout en me précisant d’emblée que, connaissant mes goûts, ce serait du quitte ou double. Tout en sachant aussi que j’ai une tendresse particulière pour le travail de Régis Lejonc et que je ne suis pas insensible à la poésie des textes de Thomas Scotto. Bref, elle me connait bien, très bien même, et les risques étaient calculés malgré ses précautions d’usage.

J’ai donc suivi les pas du garçon et de l’enfant. Avec eux j’ai monté d’immenses escaliers, découvert trois curieuses personnes assises dans un renfoncement, longé des rues étroites, admiré une majestueuse fontaine et « la façade de granit d’une maison immense et sans porte ». Je suis tombé dans un trou, j’ai mis fin à une dispute, j’ai vu des créatures hideuses et traversé un champ de cailloux avant d’arriver enfin face à la tour du roi.

J’ai retrouvé dans cet album l’esprit des ouvrages de Mélanie Rutten. Un propos qui peut apparaître au premier abord obscur mais qui se révèle au final d’une totale limpidité. Un livre qui se mérite, où le lecteur est acteur, où il doit en permanence être actif, donner du sens. Un récit initiatique bourré d’implicite et ouvert aux multiples interprétations pour les jeunes lecteurs, c’est rare et précieux. Kodhja, c’est un condensé d’enfance où règnent l’imagination, les hésitations, la colère, les chagrins, les souvenirs, la mémoire. Kodhja, c’est autant d’épreuves à franchir pour continuer sereinement sa route, pour ajouter une nouvelle pierre à notre édifice et « apprendre le reste de la vie ».

Rarement texte et dessins auront dégagé une telle osmose, ne cessant de se répondre, de se compléter, de se sublimer. Le trait de Régis Lejonc me fascine depuis ma découverte du Phare des sirènes. Une impression confirmée avec La promesse de l’ogre et renforcée ici, où le format XXL magnifie chaque illustration. Entre ombre et lumière, couleurs chaudes et douces, illustrations pleine page et gaufrier de petites cases, le voyage graphique se révèle d’une infinie richesse.

Exigeant, poétique et profond. Sublime, quoi. Et un album forcément spécial pour moi puisqu’il m’a été offert au cours d’une bien belle journée, par une bien belle personne ❤


Kodhja de Thomas Scotto et Régis Lejonc. Thierry Magnier, 2015. 44 pages. 20,50 euros.



Les avis de Bouma, Moka et Noukette



41 commentaires:

  1. il a l'air très beau - si je le croise en BM :-)

    RépondreSupprimer
  2. Me suis toujours pas lancée, mais il va falloir, je crois que je ne vais pas pouvoir passer à côté de cette merveille ;-)

    RépondreSupprimer
  3. quel joli cadeau! :)
    je note même si je n'en fais pas une priorité pour le moment

    RépondreSupprimer
  4. Curieusement je ne suis pas attirée par le dessin, surtout celui de la première planche. Je note quand même le titre au cas où j'aurais l'occasion de le feuilleter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le dessin de Lejonc est pourtant très séduisant.

      Supprimer
  5. vraiment un livre à part dans ma bibliothèque comme dans mon cœur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sera aussi le cas pour moi maintenant.

      Supprimer
  6. Je fais toujours des découvertes graphiques chez toi :-)

    RépondreSupprimer
  7. Pour quelqu'un qui freinait des quatre fers pour découvrir cet album, je te trouve plus qu'élogieux ! C'est mérité cela dit, cet album est une merveille...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je freinais pas des quatre fers, j'étais moyennement tenté on va dire :p

      Supprimer
  8. Les graphismes ne m'emballaient pas sur la couverture, mais ton avis donne envie d'aller voir un peu plus loin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le graphisme est vraiment très original.

      Supprimer
  9. Magnifique cadeau de Moka!
    Avec l'esprit des ouvrages de Mélanie Rutten, ce doit être très beau <3
    L'an dernier elle était au salon du livre et je l'ai su il était déjà trop tard, malheureusement...

    RépondreSupprimer
  10. Je l'avais noté chez Noukette. J'aime l'idée du lecteur acteur. Très tentant tout ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez décalé pour te plaire je pense.

      Supprimer
  11. Le graphisme ne m'attire pas vraiment.

    RépondreSupprimer
  12. une belle déclaration d'amour :) !

    RépondreSupprimer
  13. Intrigant, cet album. Très tentée, je suis.

    RépondreSupprimer
  14. J'ai hésité plusieurs fois à le prendre et puis je sais pas, en feuilletant je me ravisais. Mais "pourquoi pas", une nouvelle fois... toi, Moka, Noukette... ça devrait me plaire !

    RépondreSupprimer
  15. J'attendais fébrilement ton billet. Je suis ravie de te voir conquis tant j'ai aimé cet album.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était pas forcément gagné avant le coup je t'avoue.
      Merci encore pour ce magnifique cadeau !

      Supprimer
  16. Réponses
    1. Je vois que toi aussi tu es sous le charme, comme tant d'autres ;)

      Supprimer
  17. olala.... mais je crois n'avoir pas dit merci en bonne et due forme pour tous ces mots qui réchauffent.... alors merci ici aussi !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !