mardi 23 mai 2017

Ma grand-mère est une terreur - Guillaume Guéraud

Mémé kalachnikov, voilà comment est surnommée la grand-mère de Louis. Une grand-mère vivant au fond des bois, qui n’a pas sa langue dans sa poche, n’hésite pas à braconner et ressemble à une sorcière. Louis déteste aller chez elle, alors quand ses parents lui annonce qu’il va y passer les vacances de la Toussaint, il panique ! Pas de télé ni d’internet, des gâteaux aux noisettes plein de morceaux de coquilles sur lesquels on se casse les dents, des nuits sans dormir à cause du craquement des branches autour de la maison, des araignées au plafond de la chambre et des ronflements de mémé, le programme n’a rien d’alléchant. Tom y va donc à reculons, persuadé qu’il va s’ennuyer à mourir. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que la construction annoncée d’une route devant traverser la forêt va faire de sa semaine de vacances une aventure trépidante. Parce que cette route, mémé n’en veut pas. Et elle est bien décidée à tout faire pour que personne ne coupe le moindre tronc d’arbre…

Même quand il s’adresse aux plus jeunes, Guillaume Guéraud cultive cette impertinence qui le caractérise et que j’aime tant. Sa mémé kalachnikov dépote, c’est le moins que l’on puisse dire. Et le petit Tom n’est pas en reste avec ses remarques aussi drôles que pertinentes. Exemple : « La chicorée, quelle horreur, j’avais oublié que ce truc existait. C’est un jus obtenu à partir de la racine d’une endive au jambon, si je me souviens bien, et ça remplace le café pour les gens énervés. Mais ça remplacera jamais mon bol de corn-flakes ».

Une écriture à la première personne très orale, bourrée d’humour, saupoudrée l’air de rien de quelques prises de position écolos et politiques (la faucille et le marteau sur la couverture ne sont pas là par hasard). Si vous ajoutez les péripéties enlevées, la pointe de fantastique, les personnages secondaires bien campés et les illustrations particulièrement parlantes de Gaspard Sumeire, vous obtenez un mélange détonnant qui plaira aux amateurs de récits rigolos et irrévérencieux.

Ma grand-mère est une terreur de Guillaume Guéraud. Rouergue, 2017. 96 pages. 8,50 euros. A partir de 9 ans.


Une nouvelle pépite jeunesse partagée avec Noukette.












lundi 22 mai 2017

Le séducteur - Jan Kjaerstad

Pas la peine de tourner autour du pot, je ne suis pas tombé sous le charme du séducteur. Pourtant, un tel bourreau des cœurs doté d’un « pénis miraculeux », un pénis qui peut « grossir ou mincir, rétrécir ou s’allonger selon les besoins, à la façon d’une longue vue », avait tout pour me plaire. Pourquoi ça a coincé alors ? Parce que je me suis ennuyé à parcourir les nombreux épisodes d’une vie foisonnante. Le narrateur ne cesse d’ailleurs de se poser la même question, sans doute pour justifier la construction anarchique d’un récit pour le moins décousu : « Qu’est-ce qui relie entre eux les événements d’une vie ? ». J’ai eu l’impression que répondre à cette interrogation l’intéressait moins que de dérouler ces événements comme une constellation de satellites en orbite autour de l’épisode qui ouvre le roman et revient de manière récurrente, à savoir l’assassinat de la femme de Jonas Wergeland, le fameux séducteur.

Jonas rentre donc chez lui et trouve sa chère Margrete étendue sur une peau d’ours blanc, baignant dans son sang. A partir de là, le narrateur, aussi mystérieux qu’omniscient, tisse une toile complexe où la biographie de Jonas apparaît de façon tout sauf chronologique, oscillant entre le présent, l’enfance, l’adolescence et la période la plus glorieuse de cette star de la télé norvégienne, célèbre pour sa série documentaire « Thinking Big ».  Les histoires s’enchaînent, certaines restant en suspens pour être reprises cent pages plus tard, on passe du coq à l’âne, d’anecdote en anecdote. On voyage, on s’aventure dans des contrées lointaines, on sourit parfois, on s’agace souvent et, en ce qui me concerne, on baille à s’en décrocher la mâchoire encore plus souvent.

Alors oui, c’est ambitieux. J’admire l'audace, la prise de risque, la maîtrise totale du canevas sous le bordel apparent, et je dois reconnaître que la construction m’a parfois rappelé Confiteor, ce qui n’est quand même pas rien comme référence. Mais punaise, il aurait fallu élaguer l’ensemble à grands coups de hache ! La créativité littéraire affichée ici a tout d’une sophistication un peu artificielle, conceptuelle même. Tout ce que je déteste en fait. Aller au bout des 600 pages a été un long chemin de croix. Pourquoi m’infliger une telle punition ? Par respect pour le travail de l’écrivain, parce que je voulais voir jusqu’où la barque allait être menée, savoir comment tout cela allait se conclure, et surtout savoir qui avait tué Margrete. Après coup, je me dis que je n’avais pas besoin d’être aussi curieux…

Finir un roman et se sentir soulagé, se dire qu’on va enfin pouvoir passer à autre chose, c’est toujours très mauvais signe. Le séducteur m’a fait cet effet, malheureusement. Ce roman est le premier tome d’une trilogie, il ne faudra pas compter sur moi pour la suite.

Le séducteur de Jan Kjaerstad (traduit du norvégien par Loup-Maëlle Besançon. Monsieur Toussaint Louverture, 2017. 600 pages. 23,00 euros.





vendredi 19 mai 2017

Forçats T2 : Le prix de la liberté - Bedouel et Perna

Paris, septembre 1923. Revenu de Cayenne avec un témoignage impitoyable sur la vie au bagne, Albert Londres raconte dans « Le Petit parisien » l’horreur de son voyage et milite pour la fermeture des pénitenciers de Guyane. Son récit décliné en plusieurs articles connaît un retentissement phénoménal dans l’opinion public et pousse le gouvernement à prendre position sur une question devenue particulièrement sensible. Parallèlement, le journaliste poursuit ses investigations pour innocenter son ami bagnard Eugène Dieudonné, accusé à tort d’avoir fait partie de la bande à Bonnot. Lorsqu’il apprend de l’administration que Dieudonné a une nouvelle fois tenté de s’évader qu’il est porté disparu, Londres, persuadé que le fuyard n’est pas mort, part pour le Brésil afin de le retrouver.

Le second volume de ce diptyque est à la hauteur du premier. Même si on s’éloigne de la moiteur étouffante de la jungle guyanaise, l’histoire garde une intensité qui ne baisse pas de la première à la dernière page. J’ai lu tout Albert Londres, au-delà du journaliste exceptionnel à la prose digne d’un grand écrivain, il m’en reste l’image d’un homme d’une intégrité inébranlable, toujours prêt comme il le disait lui-même, à « porter la plume dans la plaie », quitte à se mettre à dos son employeur ou les politiques. Un journaliste voyageur, un « flâneur salarié »,  un « curieux que l’on rencontre partout où il se passe quelque chose » dont le scénariste Patrice Perna dresse un portrait certes positif, mais ne sombrant pas pour autant dans l’hagiographie.

Je reste par ailleurs sous le charme du trait sombre et sans fioriture d’un Fabien Bedouel aussi à l’aise pour croquer les discussions orageuses d’un bureau parisien qu’une évasion nocturne sur un océan déchaîné.

Un diptyque puissant et maîtrisé, qui ne perd à aucun moment en cohérence, mâtinant d’une pointe de fiction des éléments historiques et biographiques aussi passionnants qu’instructifs. J’en redemande !

Forçats T2 : Le prix de la liberté de Bedouel et Perna. Les arènes, 2017. 64 pages. 15,00 euros.


Mon avis sur le tome 1 





mardi 16 mai 2017

Nils et ZénaT1 : L’homme au cigare - Sylvie Deshors

Nils et Zéna, partis explorer un hangar abandonné, découvrent des cartons contenant des vêtements neufs d’une marque très prisée des ados. Comprenant que ces habits sont « tombés du camion », ils préfèrent ne pas y toucher pour éviter les ennuis. Le lendemain, Zéna attire tous les regards au collège avec ses fringues flambant neuves et Nils comprend que son amie est retournée seule au hangar pour se servir. Il comprend également qu’elle a fait une grave erreur et qu’elle risque de le payer cher…

La collection Pépix, connue entre autres pour accueillir le fameux Gurty, passe au polar en gardant les points forts qui la caractérisent : chapitres courts, mise en page aérée, illustrations en noir et blanc, vocabulaire simple, écriture très orale, etc. Le genre de roman jeunesse idéal pour mettre le pied à l’étrier à des lecteurs peu motivés. Ici, le suspens rajoute une dose de tension qui maintient l’intérêt jusqu’à la conclusion. C’est malin, rythmé, et le duo garçon-fille fonctionne avec une belle complémentarité.

Action, enquête, mystère, le cocktail se veut détonnant et dégage une belle énergie. Une série prometteuse dont les trois premiers titres sont sortis en deux mois. Voila une façon intelligente de fidéliser un lectorat appréciant de retrouver des personnages attachants et une mécanique narrative efficace sachant les tenir en haleine. Pour la peine, après avoir avalé le premier d’une traite, je vais foncer vers les deux suivants !

Nils et ZénaT1 : L’homme au cigare de Sylvie Deshors. Sarbacane, 2017. 140 pages. 10,90 euros. A partir de 11 ans.

Une lecture commune que j'ai le plaisir une fois de plus de partager avec Noukette.











dimanche 14 mai 2017

Pierre Loti : Les immensités de la nature, le soleil et la mort

Pierre Loti ou l’invitation au voyage. Des souvenirs d’enfance dans le jardin de son oncle à la Polynésie, du Golfe persique à la campagne pyrénéenne, du désert au Pays Basque, l’auteur de « Pêcheur d’Islande » s’attarde sur ces instants où le temps semble suspendu : l’aube, le crépuscule, une méditation face à une étendue désertique, une après-midi caniculaire au jardin à regarder le vol d’un papillon. Une forme d’harmonie où l’émotion et la grâce s’invitent de façon aussi inattendue qu’éphémère. La rêverie plutôt que l’action, un rapport aux objets proche d’une sensation proustienne et une écriture simple, imagée, d’une grande pureté caractérisent la plupart des textes présentés dans cet ouvrage.    

Une idée géniale je trouve cette collection de nature writing loin du Michigan et des auteurs emblématiques du genre. Ici on donne dans l’ancien et le classique, une façon malicieuse de prouver que parler des grands espaces n’a rien de nouveau. Surtout, on accède à des auteurs majeurs par un biais original, certains faisant sans le savoir de l’écologie avant l’heure, d’autres s’épanouissant dans l’observation des fleurs où la contemplation de l’océan. La forme aussi est intéressante. Dans le recueil consacré à Loti on alterne entre récit de voyage, extraits de romans et nouvelles pour un dépaysement garanti et un hymne aux immensités de la nature d’une beauté assez fascinante.

Pierre Loti : Les immensités de la nature, le soleil et la mort (textes réunis par Élisabeth Combres). Plume de carotte, 2017. 126 pages. 9,90 euros.


PS : Les deux autres titres proposés pour le lancement de la collection « Esprits de nature » regroupent des textes d’Yvan Tourgueniev et Edgar Allan Poe. Le suivant, à paraître en juin, sera consacré à George Sand.








vendredi 12 mai 2017

Chiizakobé T3 et 4 - Minetaro Mochizuki

Toujours empêtré dans les suites de l’incendie du quartier qui a ravagé la menuiserie familiale et tué ses parents, Shigeji persiste à refuser toute aide extérieure pour assurer la survie de l’entreprise dont il a hérité malgré lui. Parallèlement, Ritsu, la jeune femme qu’il a engagée pour s’occuper de sa maison et des orphelins recueillis après la catastrophe, devient de plus en distante, persuadée que Shigeji s’apprête à demander la main de la jolie Yûko et à la mettre à la rue…

Tout le récit tient sur la complexité de personnages insaisissables, retranchés derrière une carapace hermétiquement close, incapables de forcer leur nature, même quand la situation l’exige. Des êtres qui ont du mal à se dévoiler, à fendre l’armure, à communiquer.

Je vous l’accorde, il ne se passe pas grand-chose dans ces deux derniers tomes. Comme dans les précédents d’ailleurs. Tout se déroule avec lenteur, entre silences et non-dits. Et inexplicablement, cette lenteur me fascine. Les gros plans sur une main ou un pied, la façon dont un visage se tourne, dont chaque posture exprime un sentiment est bien plus parlante qu’un dialogue je trouve. A cet égard la scène de la demande en mariage (je ne spoile rien, il suffit de regarder la couverture du dernier volume^^) est d’une maîtrise époustouflante en terme de découpage et elle résume à merveille le comportement plein de retenu et de maladresse des protagonistes.

J’ai aimé aussi la réflexion profonde sur la perte et le deuil, la volonté de se relever après une tragédie et le besoin de se sentir accompagné, même par ceux qui ne sont plus là. Le tout avec une dignité et une forme d’orgueil qui, en ce qui me concerne du moins, force l’admiration.

Un manga vraiment à part, dont le rythme et l’esthétique particulière pourront à l’évidence désarçonner plus d’un lecteur. Je me garderais donc bien de le conseiller à qui que ce soit mais pour ma part, je le classe parmi les petits bijoux du genre.

Chiizakobé T3 de Minetaro Mochizuki (traduit du japonais par Miyako Slocombe). Le Lézard noir, 2016. 236 pages. 15,00 euros.
Chiizakobé T4 de Minetaro Mochizuki (traduit du japonais par Miyako Slocombe). Le Lézard noir, 2017. 236 pages. 15,00 euros.


Une lecture commune que j'ai le plaisir de partager avec A_girl_from_earth.



jeudi 11 mai 2017

L’amour et autres blessures - Jordan Harper

« Dans les Ozarks, on a environ deux semaines de printemps avant qu'il se mette à faire plus chaud que dans la culotte d'une putain. C'était justement une de ces belles journées d'avril, après le froid mais avant les orages et la chaleur. Une belle journée pour les embrouilles. »

Un junkie poursuivi par des dealers dans le désert, un couple de braqueurs de stations-service, des combats de chiens, une petite frappe qui veut se faire un surnom, un règlement de comptes sanglant, une femme fatale venant se percher sur un tabouret de bar, un plan tout cuit qui tourne au vinaigre, un « nettoyeur » au cœur d’artichaut, une décision radicale pour sauver une histoire d’amour, une bonne poire pas si naïve que ça, un taulard trop sûr de lui, la vengeance d’un mari trompé, un grand-père inconsolable... Les Monts Ozarks, le Texas, Détroit, New-York, Hollywood, autant de lieux différents pour ces quinze nouvelles décapantes dont on ne sort pas indemne.

Avec Jordan Harper, rien ne se passe comme prévu. Ça dérape, ça part en sucette, les projets, sur le papier si bien huilés, finissent en catastrophe. C’est dramatiquement drôle, sans pitié ni répit pour personne. Ceux qui me connaissent savent que j’y ai trouvé mon compte. Les losers pathétiques, j’en raffole. Surtout quand on les enrobe d’une atmosphère électrisante à souhait, d’un humour corrosif et d’une noirceur jusqu’au-boutiste totalement assumée.

Cupidité, solitude, drogue, violence, désespoir, recherche vaine d’un avenir meilleur, on pourrait tomber dans le cliché mais l’auteur évite ce piège en trouvant l’angle d’attaque original qui fait mouche. Son sens de la formule et son écriture à la fois nerveuse et très orale m’ont embarqué de la première à la dernière page, avec une mention spéciale pour la magnifique nouvelle qui donne son titre au recueil.

Pas à dire, il y a du Donald Ray Pollock et du Daniel Woodrell chez Jordan Harper. Une filiation qui a de la gueule pour un jeunot roublard comme un vieux routier à qui on ne la fait pas. Un nouvel auteur américain à suivre de près, de très près même…

L’amour et autres blessures de Jordan Harper (traduit de l'anglais par Clément Baude). Actes sud, 2017. 190 pages. 19,00 euros.




mercredi 10 mai 2017

J’aime le nattō : une aventure au Japon - Julie Blanchin Fujita

Dans mon esprit étriqué, impossible pour quiconque de surpasser les carnets de voyages nippons de Florent Chavouet. Pire même, je restais persuadé que toute tentative pour mener un projet similaire à celui de l’auteur de Manabe Shima et Tôkyô Sanpo ne pourrait-être, au mieux qu’une pâle copie et au pire qu’une imbuvable potion. Alors en me lançant dans cette « aventure au Japon » signée Julie Blanchin Fujita, je m’apprêtais à sortir les couteaux pour tailler des croupières à la jeune impétueuse (que voulez-vous, on ne se refait pas).

Bon, en toute franchise, je les ai vite rangés les couteaux. D’abord parce que comparaison n’est pas raison, ensuite parce que la demoiselle trace son chemin sans se soucier de son illustre prédécesseur et qu’elle le fait avec une légèreté qui ne pouvait que me séduire. En fait, les ingrédients sont toujours les mêmes pour que j’apprécie un carnet de voyage : pas de prise de tête, une pointe d’humour, une énorme dose d’autodérision, des trouvailles graphiques qui font mouche malgré leur simplicité apparente, une empathie pour les autochtones qui ne tombe pas dans la déclaration d’amour aveugle, suffisamment de recul pour ne pas raconter les événements « à chaud » et puis surtout qu’on me parle de la vraie vie des vrais gens au plus près de la réalité quotidienne. Ici tous les ingrédients sont réunis donc je me suis régalé.

Julie Blanchin Fujita raconte son arrivée au Japon en octobre 2009, ses colocations, ses petits boulots d’illustratrice, les cours de français donnés à droite à gauche. Elle décrit aussi bien les pièces de son appart que le fonctionnement des transports en commun, des bains publics ou que la richesse et la diversité de la gastronomie locale. Elle parle de sa difficulté à apprendre la langue, relate des événements marquants comme une excursion sur le Mont Fuji ou le terrible tremblement de terre de mars 2011 ayant déclenché la catastrophe de Fukushima. La jeune femme vit les choses avec une spontanéité qui fait un bien fou. En plus, loin d’un simple regard de « touriste », elle s’inscrit dans un véritable projet de vie, une réelle volonté de s’installer durablement.

Un carnet de voyage instructif, dépaysant et dénué de la moindre trace de cynisme. Cette aventure au Japon m’a fait passer un délicieux moment de lecture, exactement ce dont j’avais besoin en ce moment.

J’aime le nattō : une aventure au Japon de Julie Blanchin Fujita. Hikari éditions 2017. 230 pages. 18,90 euros.

L'avis de Mo























mardi 9 mai 2017

Car Boy - Anne Loyer

Il a atterri dans cette casse sans le vouloir. Le décès de sa mère a précipité les choses. Ce père bourru qui l’a recueilli sans le moindre enthousiasme, il ne le connait pas. Et entre eux, les premiers contacts sont électriques. Alors Raphaël trouve refuge dans des carlingues de voitures aussi cabossées que lui et broie du noir. Heureusement il y a Mylène, une demi-sœur tombée du ciel dont le charme ne le laisse pas insensible, et la petite voisine Kathia, toujours de bonne humeur du haut de ses huit ans malgré son fauteuil roulant. Son nouvel univers, Raphaël a du mal à s’y faire. Quant à l’avenir, mieux vaut ne pas y penser, vivre au jour le jour est déjà suffisamment compliqué…

Des accidents de voiture et des accidentés de la vie, des adultes et des enfants qui avancent en traînant des bagages trop lourds pour eux, un décor tout sauf anodin qui participe grandement à la l’atmosphère du récit, des dialogues aussi réalistes que percutants, une écriture fluide et tendue : le sujet est maîtrisé à la perfection. Raphaël ne sera jamais un «  héros », c’est juste un ado en souffrance qui se débrouille comme il peut pour rester debout, trouvant parfois du soutien sans le demander : « Tu subis. Tu te débats. Mal parfois. Mais personne ne te juge. »

Et comme d’habitude chez Anne Loyer, l’espoir demeure, la lumière finit par apparaître mais les problèmes ne sont pas résolus d’un coup de baguette magique. J’apprécie cette retenue, la lucidité dont font preuve les personnages : « Quelque chose dont je me passerais bien nous relie. Cette lâcheté, cette ignorance, cette culpabilité aussi… c’est ça qui nous rassemble, c’est pour ça qu’on se ressemble. Et c’est moche. »

J’ai aimé cette fin où la porte ne fait que s’entrouvrir vers un futur incertain. Non, père et fils ne tombent pas dans les bras l’un de l’autre. « Pas le genre de la baraque ». Mais l’apaisement est de mise, un climat plus serein envisageable. Pour le reste, c’est au lecteur d’imaginer la suite des événements, une liberté d’interprétation bienvenue et une façon intelligente de clore cette histoire touchante ne sombrant à aucun moment dans la facilité et le gnangnan.

Car Boy d’Anne Loyer. Thierry Magnier, 2017. 136 pages. 12,00 euros. A partir de 13 ans.


Une pépite jeunesse une fois encore partagée avec Noukette.













dimanche 7 mai 2017

Chaussette - Loïc Clément et Anne Montel

Toujours un plaisir de retrouver des auteurs que l’on apprécie dans un registre différent de ce qu’ils proposent d’habitude. J’avais beaucoup aimé Le temps des mitaines, un peu moins Les jours sucrés (uniquement parce que ce n’était pas mon genre) et je m’étais promis de suivre de près ce duo aussi jeune que prometteur. C’est chose faite avec la découverte de la touchante Chaussette et de son univers aigre-doux. De la douceur d’abord avec le quotidien de cette vieille dame et de son chien Dagobert décrit à travers le regard de son petit voisin Merlin. De l’amertume ensuite avec un épisode empreint de tristesse mais décrit avec sensibilité et pudeur.

Les journées de Chaussette se déroulent toutes de la même façon. Parc, boucher, marchand de journaux, boulanger... une routine qui donne des repères, des rituels rassurants. Alors le jour où elle sort seule de chez elle et se comporte étrangement, Merlin la suit et s’inquiète.

Une jolie réflexion sur la solitude, la vieillesse, le temps qui passe. Les auteurs mettent en lumière les petites gens, ces "invisibles" que l'on ne remarque pas, qui vivent leurs joies et leurs peines sans faire de bruit. L'empathie se ressent à chaque page, portée par les illustrations pleines de tendresse et de poésie d'une Anne Montel dont le trait ne cesse de s'affirmer à chaque nouvel album.

De la BD jeunesse touchante, tout en finesse, qui laisse affleurer l'émotion et pousse à la réflexion avec une subtilité remarquable. Des qualités pas si courantes finalement.

Chaussette Loïc Clément et Anne Montel. Delcourt, 2017. 32 pages. 10,95 euros.


Les avis de Mo et Noukette.







vendredi 5 mai 2017

La cucina d’Ines - Philippe Fusaro

« Mon année avec Ines se résume à cette complicité immédiate, jamais envahissante, à des plats cuisinés ensemble ou à ces portes ouvertes sur un miracle offert dans une assiette, à nos confidences et à nos fous rires […]. J'ai pris sept kilos, cette année-là, et je n’ai jamais su dire non quand surgissait l’énième plat, ni comment j’ai pu survivre à certains repas parce que refuser de manger aurait été une offense. »

C’est plus fort que moi, dès qu’un livre parle de bouffe, je suis partant. Bon, pas pour les bouquins pratiques avec les belles photos, non, ce que j’aime ce sont les fictions ou les témoignages dans lesquels on nous raconte ce plaisir infini que peut provoquer la nourriture à travers le choix du produit, sa préparation et tout le lien social que cela peut induire. Autant vous dire qu’avec ce petit recueil joliment illustré par Albertine, j’ai été servi.

Philippe Fusaro raconte son départ de Strasbourg et son exil volontaire d’un an à Lecce en 2005. Un retour dans les Pouilles, la région natale de son père, après la fin de son histoire avec une femme qu’il avait aimée pendant douze ans et qui « ne voulait plus de lui ». Arrivé « dans la pointe du talon de la botte italienne », Philippe s’installe dans un modeste trois pièces avec balcon et terrasse sur le toit, bien décidé à se consacrer pleinement à l’écriture de son second roman.

Ines est sa voisine de palier. Une mama de 89 ans qui frappe à sa porte chaque jour et lui tend une assiette en lui disant « Mangia, beddhru mio » (mange, mon beau). Parce que pour Ines, un homme seul est incapable de se préparer à manger. Philippe va lui expliquer et lui montrer ce qu’il cuisine, et même si elle ne voudra jamais goûter ses plats, elle finira par accepter son « statut » de cuisinier. Surtout, une amitié solide va naître entre l’écrivain et la vieille femme chez qui il finira par passer le plus clair de son temps. Derrière les fourneaux.

Le récit de cette année, tout en pudeur, tient en à peine cinquante pages. Le reste du recueil se compose des recettes apprises auprès d’Ines et, loin d’une écriture purement fonctionnelle, la description de la conception des plats est aussi savoureuse que la dégustation, assaisonnée de conseils élémentaires de bon sens qu’il vaut mieux ne pas oublier de respecter, comme le service de la pasta, à  faire impérativement dans des assiettes creuses, sous peine de s’attirer les foudres de Dieu et l’anathème du pape Francesco. Un délicieux petit livre, parfait pour les amoureux des mots, de la cuisine et de l’Italie.

Rien que pour le plaisir, je vous donne quelques intitulés de recettes qui, même si je ne parle pas un mot d’italien, me font saliver : Cicorie al pignatto / Orechiette con le cime di rapa / Ciceri e tria / Pasta coi peperoni / Spaghetti alle cozze / Carciofi e patate / Parmigiana di melanzane. Alors, on mange ?

La cucina d’Ines de Philippe Fusaro. La fosse aux ours, 2017. 88 pages. 15,00 euros.

















jeudi 4 mai 2017

Les lectures de Charlotte (36) : Le dessert - Florence Koenig

Le printemps est arrivé. Dans sa grotte, l’ours se réveille. Il est tout maigre et meurt de faim. Mais il a trop dormi et ne se souvient plus de ce qu’il doit manger. Heureusement, il voit des poissons dans la rivière. En plongeant sa patte dans l’eau, il en attrape un et l’avale tout rond. C’est un bon début, cependant il lui faut un dessert. Le lapin a beau proposer une carotte, la grenouille une libellule et l’écureuil une noisette, rien ne lui convient. Pas plus que les nèfles du renard, le pissenlit de la souris ou le ver dodu du canard. Non, ce qu’il faut à l’ours, c’est du miel bien sûr ! Ça tombe bien, le papillon lui indique l’emplacement d’une nouvelle ruche. Mais peut-on se servir sans demander l’autorisation ? La réponse va être douloureuse…

Un ouvrage qui vaut surtout pour ses illustrations en papier découpé invitant à la rêverie. Le vernis sélectif sur chaque page pour représenter l’ours permet de se focaliser sur ses faits et gestes. Le petit format, l’épais papier cartonné et les coins arrondis achèvent de faire de cet album un superbe objet-livre que les enfants auront plaisir à manipuler. Charlotte en tout cas adore voir cet ours sans gêne être châtié par les abeilles.





Le dessert de Florence Koenig. Thierry Magnier, 2017. 24 pages. 11,90 euros. A partir de 3 ans.








mercredi 3 mai 2017

L’érection Tome 2 - Jim et Lounis Chabane

On avait laissé Léa et Florent en pleine engueulade. Pour les 40 ans de sa douce, il avait gobé une pilule bleue dans le but de lui faire l’amour toute la nuit. Le découvrant en érection devant leur aguichante amie Alexandra invitée pour le dîner, Léa avait pensé que son homme en pinçait pour « l’allumeuse ».

Apprenant la vérité sur l’état de Florent, la jeune quadra ne s’était pas calmée pour autant, considérant que s’il fallait un stimulant à monsieur pour se mettre à l’ouvrage, c’est qu’elle n'était plus désirable. Bref, un vrai sac nœuds et une situation qui s’embourbe davantage encore au début de ce second volume quand Alexandra revient chez eux en pleine nuit après avoir quitté son « connard » de mec. Commence alors des heures difficiles ou, entre prises de tête, réconciliations, attitudes équivoques et petits secrets plus ou moins bien gardés, chacun fini par aggraver son cas…

Autant  vous l’avouer d’emblée, l’érection est passée en deux tomes de prometteuse à mollassonne. Et c’est tout sauf une bonne nouvelle, n’est-ce pas ? La faute à une intrigue qui ne décolle pas, à un enchaînement des événements pas franchement surprenant ou pas vraiment crédible (notamment la virée de Léa chez les voisins du dessus), à la forme proche du théâtre qui fonctionnait si bien dans le premier et qui m’a ici souvent semblé trop bavarde. Entendons-nous, je ne me suis pas ennuyé une seconde, j’ai trouvé quelques passages drôles et j’ai retrouvé avec plaisir les personnages mais la nuit explosive promise par l’éditeur sur la quatrième de couv n’a pas pour moi été à la hauteur.

Une érection qui ne tient pas le choc sur la longueur ne laisse jamais de souvenirs impérissables, non ? Je ne dis ça parce que je suis bien placé pour le savoir (ce serait mal me connaître !) mais plutôt parce que cela relève de l’évidence. Attention, on est quand même loin de la purge et ce diptyque reste très agréable à lire mais à la fin du premier je m’attendais à une conclusion en apothéose. Pour le coup c’est raté. Dommage.

L’érection Tome 2 de Jim et Lounis Chabane. Bamboo, 2017. 70 pages. 16,90 euros.

Mon avis sur le tome 1











mardi 2 mai 2017

Natural Woman - Rieko Matsuura

Un roman en trois longs chapitres, presque des nouvelles pouvant se lire indépendamment et relatant trois moments particuliers de la vie de Yôko, dessinatrice de manga d’une vingtaine d’années. Dans la première histoire, elle se réveille pour la dernière fois près de sa petite amie hôtesse de l’air avec laquelle elle ne s’entend plus. Dans la seconde, elle accompagne une collègue de travail au cours d’un week-end de repos et n’ose pas lui avouer à quel point elle l’attire. Dans la dernière, elle revient sur sa liaison avec Hanayo qui l’éveilla, parfois brutalement, à la sexualité entre filles.

Étrange roman sur la difficulté des relations amoureuses à travers le portrait d’une jeune homosexuelle fragile et hypersensible. Étrange parce qu’à la fois très pudique et très cru, tout en retenu et en même temps n’hésitant pas à décrire de façon précise des ébats souvent proches du sadomasochisme. Yôko se cherche, Yôko aime mais ne sait comment le dire, Yôko subit, cède et agit sous la contrainte psychologique de ses partenaires. Le récit, à la première personne, fonctionne comme un journal intime. Yôko se livre et expose son manque de confiance en elle, sa difficulté à se sentir pleinement femme, à devenir une « natural woman » accomplie et sereine. Les scènes lesbiennes sont totalement suggérées ou parfaitement explicites, toujours déstabilisantes, à l’image de ce livre où le malaise plane en permanence, où le lecteur devient par la force des choses voyeur malgré lui.

Entre désir et répulsion, entre douceur et cruauté, entre lutte effrénée et convergence des sentiments, entre douleur et plaisir, la vie sentimentale exposée de la sorte apparaît aussi fascinante que complexe. Un roman publiée pour la première fois au japon il y a trente ans, assez typique je trouve d’une certaine littérature japonaise underground des années 80 qui, dans le sillage de l’icône Ryu Murakami, n’a pas hésité à s’affranchir de toute forme de classicisme pour bousculer l’ordre établi. Tout ce que j’aime !

PS : Rieko Matsuura a écrit un autre roman dont le titre pour le moins intrigant (Pénis d’orteil) justifie à lui seul que je me penche sur son cas au plus vite.

Natural Woman de Rieko Matsuura (traduit du japonais par Karine Chesneau). Picquier poche, 2015. 192 pages. 7,00 euros.












dimanche 30 avril 2017

D’entre les ogres - Baum et Thierry Dedieu

Un couple d'ogres ne pouvant pas avoir d'enfant trouve un bébé dans la forêt. Comblés, ils l'élèvent comme leur propre fille. Choyée, Blanche grandit dans la joie jusqu'au jour où elle se rend compte qu'elle est différente de ses parents. Elle se demande pourquoi elle ne mange pas la même chose qu’eux, pourquoi elle ne peut pas les accompagner quand ils partent chasser la nuit et quelle est cette odeur venant la cave ? Conscient qu’avec les années la situation devient compliquée et ne peut plus durer, l’ogre et l’ogresse décident de l'emmener au village des hommes…

Un album jeunesse sombre et dérangeant. Ce qui ne me gêne pas le moins du monde. Parce qu’à tous les âges un livre peut interpeller, questionner, ne pas aller dans le sens de ce que l’on a l’habitude d’attendre d’une lecture. Parce qu’un livre peut provoquer, être triste, offrir de multiples interprétations sans pour autant traumatiser.

Graphiquement, les illustrations charbonneuses de Thierry Dedieu ont un petit quelque chose de lugubre qui colle parfaitement au récit.

Clairement pas un album qui tourne à la franche rigolade mais le propos pousse à la réflexion et offre une émotion aussi touchante que contenue. De la belle ouvrage doublée d’une indéniable prise de risque. Chapeau bas messieurs.

D’entre les ogres de Baum et Thierry Dedieu. Seuil jeunesse, 2017. 38 pages. 15,00 euros. A partir de 5-6 ans.





vendredi 28 avril 2017

A la mesure de l’univers - Jon Kalman Stefansson

Il suffit d’un paysage désolé battu par les vents, d’un océan aux eaux glaciales, d’une île sauvage recouverte de neige, d’une traduction d’Éric Boury et de la plume ciselée de Jon Kalman Stefansson pour faire de moi un homme heureux. En toute subjectivité, j’adore cet auteur et sa petite musique si particulière.

« A la mesure de l’univers » poursuit la chronique familiale débutée avec « D’ailleurs les poissons n’ont pas de pieds ». On y retrouve donc Ari, de retour dans sa ville natale de Keyflavik  après des années passées au Danemark. Ari qui s’apprête à revoir son père mourant, qui vient de quitter sa femme et ne sait plus vraiment où il en est. Et à travers Ari on remonte l’histoire de sa famille sur trois générations, entre « aujourd’hui », « jadis » (c'est-à-dire dans l’entre-deux-guerres) et les années 80. Les chapitres alternent les époques, les lieux et les personnages, montrant chacun à un moment crucial, un moment où il va falloir faire un choix, où tricher avec soi-même ne va plus être possible.

Oddur le grand-père capitaine d’un bateau de pêche, Margret la grand-mère irrésistiblement attirée par le directeur d’école, Pordur leur fils passionné de littérature mais qui ne pourra s’extraire de sa condition de marin, Jakob, le père d’Ari qui deviendra maçon, mais aussi l’horloger Gunnar, Erin, Tryggvi, Aslaug, Svavar, Asmundur ou encore Ana. Des islandais habitués à l’âpreté et aux vents contraires qui ont plus de facilités à affronter les éléments déchaînés que leurs propres tempêtes intérieures.

Stefansson tisse sa toile, comme d’habitude brillamment mais avec moins de flamboyance que dans ses romans précédents. L’écriture est plus sèche, le lyrisme plus contenu et les aphorismes, qui étaient un peu sa marque de fabrique, quasi inexistants. Une évolution certaine et pourtant (en toute subjectivité, je vous le rappelle), le lecteur n’y perd pas au change. Parce que ce diable d’homme sait parler comme personne de la mort, de l’amour et du temps qui passe. Et puis il lui suffit d’une scène, d’une image pour saisir la grâce d’un moment, pour faire plonger dans l’océan un ivrogne décidé à cueillir la lune, pour décrire un visage conservant malgré les années « le souvenir imprécis d’une certaine beauté » ou pour exprimer la tristesse d’une femme à l’enterrement de son mari, « cet homme taciturne, râblé, et aussi dur qu’une pierre » qui ne viendra plus poser une couverture sur ses épaules quand elle regardera les étoiles.

Après, je conçois que la poésie de Stefansson puisse agacer ceux n’y voyant qu’une grandiloquence à la limite du ridicule. Mais ce n’est pas mon cas, vous l’aurez compris. Je crois même que c’est l’écrivain actuel qui me séduit le plus, un écrivain dont la mélancolie sans faux-semblant et la lucidité dénuée du moindre cynisme me touchent en plein cœur.

A la mesure de l’univers de Jon Kalman Stefansson (traduit de l’islandais par Éric Boury). Gallimard, 2017. 440 pages. 22,00 euros.





mercredi 26 avril 2017

Saga - Brian K. Vaughan et Fiona Staples

C’est Noukette qui m’a offert le tome 1. La diablesse. Elle savait en me le mettant entre les mains que j’allais devenir accro, qu’une fois l’album refermé il me faudrait la suite. Et vite. Pas manqué, j’ai craqué et acheté les deux suivants dans la foulée avant d’emprunter le 4ème à la médiathèque. Les 5 et 6 ne sont pas disponibles pour l’instant mais je me suis empressé de les réserver. Et depuis je trépigne !

Je ne vais pas rentrer dans les détails de l’histoire, d’une part parce qu’elle est assez complexe et d’autre part parce qu’il serait dommage de la déflorer pour les lecteurs qui n’ont pas eu la chance de mettre le nez dans cette saga. Saga, voilà au moins une série qui porte bien son titre. En gros et pour faire simple, dans une galaxie où une planète nommée « Continent » et son satellite « Couronne » sont en guerre depuis des temps immémoriaux, un « lunien » (combattant de Couronne) et une « ailée » (habitante de Continent) vont donner naissance à une petite fille. Cette union « contre nature » va faire de ce trio des fugitifs à abattre. La suite ? Je vous laisse la découvrir par vous-même.

Brillant, c’est selon moi le meilleur adjectif pour qualifier ce space-opera à la fois hyper ambitieux et parfaitement tenu. Parce qu’il aurait été simple de s’éparpiller dans un univers aussi foisonnant, de partir dans tous les sens et laisser la confusion s'installer. Mais Brian K. Vaughan n’est pas un perdreau de l’année, il sait mener sa barque en ménageant le suspens, en prenant le temps nécessaire pour développer son intrigue sans tirer sur la ficelle à coups de longueurs inutiles. On voyage donc de planète en planète sur les traces de Marko, Alana et la petite Hazel, on croise en route des chasseurs de primes, un Prince Robot, un écrivain célèbre, une ex-petite amie vindicative, une esclave sexuelle de six ans, un homme de ménage kidnappeur d’enfant ou un fantôme baby sitter. On en perd quelques-uns en route, on en récupère d’autres, on tremble, on s’énerve et on jubile devant les trouvailles scénaristiques sans cesse renouvelées.

Au-delà du grand spectacle intersidéral, l’histoire mêle un conflit galactique à une vie de couple hyper réaliste avec ses hauts et ses bas, touchant pour le coup à l’intime et à l’universel. Les personnages secondaires campés avec beaucoup d’attention, la voix off d’Hazel révélant sans les dévoiler complètement des événements à venir et la dernière page de chaque chapitre clôturant les épisodes de façon magistrale achèveront à coup sûr de convaincre les lecteurs réticents à se lancer dans une série de SF de prime abord bien trop éloignée de leur zone de confort. J’en suis le meilleur exemple (enfin, le meilleur, tout est relatif) parce que même si l’on m’a un peu forcé la main au départ, j’ai plongé la tête la première et je ne le regrette pas une seconde. Une tuerie cette Saga !

Saga T1 de Brian K. Vaughan et Fiona Staples. Urban Comics, 2013. 170 pages. 15,00 euros.
Saga T2 de Brian K. Vaughan et Fiona Staples. Urban Comics, 2013. 150 pages. 15,00 euros.
Saga T3 de Brian K. Vaughan et Fiona Staples. Urban Comics, 2014. 150 pages. 15,00 euros.
Saga T4 de Brian K. Vaughan et Fiona Staples. Urban Comics, 2015. 150 pages. 15,00 euros.
















mardi 25 avril 2017

Sauveur et fils, saison 3 - Marie-Aude Murail

Quoi de neuf chez le psychologue Sauveur Saint-Yves ? La routine. Des patients de longue date comme Ella, qui préférerait être un garçon et est harcelée par des camarades de classe depuis la diffusion d’une photo où on la voit travestie en homme. Mais aussi Margaux et Blandine, deux sœurs vivant mal la séparation de leurs parents ou encore Samuel, qui vient de rencontrer pour la première fois son père, un pianiste mondialement connu. Cette troisième saison ouvre également la porte du cabinet de consultation à de nouveaux cas comme le paranoïaque monsieur Kermartin ou la petite Maïlys qui, a 4 ans, se tape la tête contre les murs pour attirer l’attention de ses géniteurs collés en permanence à leurs téléphones portables.

La routine au niveau professionnel chez Sauveur donc, et toujours le même sac de nœuds dans la vie privée de ce veuf d’origine antillaise, entre son fils Lazare, sa nouvelle fiancée Louise, Alice et Paul les enfants de cette dernière, le SDF Jovo qu’il a recueilli dans sa cave, Gabin, un lycéen glandeur logé dans son grenier depuis que sa mère est internée et le pianiste dépressif Wiener qui va trouver une petite place dans le canapé du salon. Beaucoup de monde, beaucoup de choses à gérer, de conflits à régler, et quelques maladresses qui pourraient se payer cher. Car malgré les apparences, Sauveur a des failles, comme tout le monde.

Un roman jeunesse que l’on ouvre comme on déplie le papier de son bonbon préféré, en salivant à l’idée du plaisir qu’il va nous procurer. Trois saisons et j’admire toujours autant ce numéro de haute voltige, ce passage incessant d’un personnage à l’autre, ces dialogues au cordeau, ces interactions qui évoluent en montagne russe et gardent en permanence une note positive en dépit des frictions. J’aime le ton unique de Marie-Aude Murail, sa vision limpide de la société d’aujourd’hui où bien des enfants sont poussés malgré eux à assumer des choses qui les dépassent et "contraints d'être les parents de leurs parents". Un carrousel de vies dans lequel Sauveur monte chaque jour et dont il tente de descendre le soir venu pour retrouver sa propre existence, même s’il lui est bien difficile de cloisonner le personnel et le professionnel.

Une série tout sauf caricaturale qui n’a rien d’un long fleuve tranquille, qui gratte et qui pique parfois mais reste au final empreinte d’optimisme et de douceur. Un bonbon quoi, fondant et acidulé, dont le parfum inimitable reste en bouche bien après l’avoir croqué.

Sauveur et fils, saison 3 de Marie-Aude Murail. École des loisirs, 2017. 320 pages. 17,00 euros.


Une pépite jeunesse que je partage une fois encore avec Noukette.












dimanche 23 avril 2017

Novembre - Josephine Johnson

« La ferme était comme un vieil homme malade et geignard qui exigeait de l’attention à toute heure. »

Après avoir lu le Pulitzer 1934 dans la même collection, il me semblait logique d’enchaîner avec celui de 1935. D’ailleurs les deux ouvrages ont de nombreux points communs : des premiers romans, écrits par des jeunes femmes et mettant en scène des familles blanches rurales touchées par la pauvreté.

 Si « Les saisons et les jours » se passait avant la guerre de sécession, « Novembre » se déroule pendant la crise du début des années trente. La narratrice, Margot, a quitté la ville pour s’installer à la campagne avec ses parents et ses deux sœurs. Le père découvre la rude vie de paysan, il s’investit sans compter pour que sa ferme devienne rentable. Mais très vite une sécheresse implacable s’abat sur la région, la production de céréales et de légumes est en danger et la chute du cours du lait met en péril les revenus du foyer. Car si le loyer ne peut être payé au riche propriétaire terrien qui leur met à disposition (et à crédit) les murs et les champs, la famille se retrouvera à la rue.

J’avoue avoir eu du mal à me mettre en route. Le quotidien raconté par Margot a d’abord des allures de pastorale un peu cucul et l’emploi récurrent de l’imparfait du subjonctif donne au texte une préciosité qui interpelle. Mais passé le premier tiers, les événements s’enchaînent de façon plus fluide. Merle et Kerrin, les deux sœurs atypiques de Margot, apportent du piquant à l’intrigue, tout comme l’arrivée de Grant, un jeune homme embauché par leur père qui trouble énormément la narratrice. Sans compter le renforcement de la sécheresse, la déliquescence inexorable des récoltes, l’ombre de la dette et de l’hypothèque qui plombe l’avenir. Le drame est en marche, la tragédie inéluctable…

Je garderai au final l’image d’un beau roman sur la grande dépression, un roman de la résignation devant un désastre naturel qu’il est impossible de combattre. Résignation donc, mais pas pour autant renoncement car cette plongée dans une middle class frappée par la pauvreté montre aussi la volonté sans faille d’un patriarche refusant de baisser les bras face à l’adversité, persuadé qu’il lui suffit de courber l’échine le temps des vaches maigres avant de pouvoir se redresser. Un roman d’une actualité brûlante au moment de sa publication et dont la thématique reste malheureusement au goût du jour 80 ans plus tard.

Novembre de Josephine Johnson. Belfond, 2017. 204 pages. 14,00 euros.









mardi 18 avril 2017

Rage - Orianne Charpentier

« Parfois on croit qu’on est vivant mais on est déjà mort à l’intérieur ».

Son amie Artémis l’a surnommée Rage. Le prénom d’avant, celui de l’enfance, elle veut l’oublier. A son arrivée en France, les psychiatres l’ont interrogée. « Elle voulait bien parler du voyage, des  privations, de l’épuisement, des frontières. Elle voulait bien évoquer la peur sur le bateau, la mer sans fin, les barbelés. Mais elle refusait d’évoquer l’avant ». L’avant c’est un pays en guerre, la fuite avec ses parents, la capture par ses bourreaux, l’évasion. Son rejet absolu des hommes ne changera plus jamais, elle en est persuadée. Recroquevillée dans une carapace hermétiquement fermée, le corps « verrouillé comme une prison », Rage n’espère plus rien. De la vie. Des autres.

Alors quand Artémis la traîne à une fête organisée par des copains, Rage panique. En essayant de s’échapper par le jardin de la maison où a lieu la soirée, elle tombe sur un pitbull à l’agonie. La bête a été maltraitée, sans doute utilisée pour des combats, et son propriétaire la cherche. Dans les yeux du chien, Rage voit sa propre détresse. Sauver la peau de l’animal pour se sauver soi-même devient son seul et unique objectif…

Le texte est ramassé sur lui-même, dépouillé à l’extrême. La voix intérieure de Rage résonne puissamment, loin de tout apitoiement. Pas la peine d’en dire trop sur le parcours de la jeune fille, pas la peine de rentrer dans des descriptions répugnantes, les mots simples suggèrent l’innommable avec  force. Pudeur et sobriété, style sec et rythmé font affleurer par couches successives une histoire douloureuse, sans excès d’émotion et encore moins de bons sentiments.

Un magnifique roman jeunesse où tout se joue l’espace d’une nuit, jusqu’au moment où l’aube chasse l’obscurité et où un nouveau jour se lève, au moment où une jeune femme au destin brisé constate avec stupéfaction et émerveillement qu’elle est de nouveau capable de conjuguer au futur.

Rage d’Orianne Charpentier. Gallimard jeunesse, 2017. 104 pages. 7,00 euros. A partir de 13-14 ans.


Une pépite jeunesse que j'ai comme toujours le plaisir de partager avec Noukette.






dimanche 16 avril 2017

Le troisième Gédéon - Taro Nogizaka

Octobre 1788. Alors que l’Ancien Régime vit ses dernières heures, les campagnes françaises sont touchées par une famine ravageuse. Gédéon, fervent défenseur du peuple, rêve de devenir député du Tiers-Etat. En attendant son heure de gloire, il en est réduit pour survivre à écrire sous le manteau des romans érotiques. Mais même publiés clandestinement, ces textes sulfureux finissent par lui attirer des ennuis. Ennuis dont va le tirer son ami d’enfance Georges, un noble cachant son visage derrière un loup et dont les idées politiques sont bien plus radicales que les siennes. Georges ne veut pas, comme Gédéon, transformer le fonctionnement du pays, il veut purement et simplement détruire l’ordre établi et l’ensemble des institutions.

Un drôle de manga historique, hyper réaliste sur certains détails (architecture, vêtements, organisation sociale, etc.) et beaucoup moins rigoureux sur d’autres aspects. Les personnages de Robespierre et St Just sont  par exemple représentés de façon très « libre », pour ne pas dire plus. Pareil pour les positions idéologiques défendues pas George, anarchiste un siècle avant l’heure.

Ce tome d’introduction laisse logiquement beaucoup de questions en suspens, notamment sur la relation entre Georges et Gédéon. On devine que c’est deux-là partagent  quelques lourds secrets depuis l’enfance et il est difficile de savoir qui du réformiste ou de l’extrémiste va au final prendre le dessus. Est-ce suffisant pour attendre la suite avec impatience ? Pas franchement en ce qui me concerne. Tout ça est sympa sans plus, même si j’aime beaucoup le trait simple et expressif de Taro Nogizaka, auteur à succès de la série « La tour fantôme ». Pas le manga du siècle, donc, mais une réflexion un peu décalée sur la fin d’une époque trouble et la naissance d’une époque encore plus trouble de l’histoire de France. A réserver aux amateurs de curiosités.

Le troisième Gédéon de Taro Nogizaka. Glénat, 2017. 200 pages. 7,60 euros.








vendredi 14 avril 2017

Prendre les loups pour des chiens - Hervé Le Corre

Je ne suis pas un spécialiste mais c’est sans doute à cela que l’on reconnaît un grand polar : un titre superbe, emprunté à un poème d’Aragon, une intrigue tendue comme un arc dont le résumé tiendrait sur un timbre. Pas de chichi ni de blabla inutile mais une écriture à la précision chirurgicale d’où rien de superflu ne dépasse, loin de toute démonstration futile.

Le pitch est donc réduit au minimum. Franck est libéré après cinq ans de taule pour braquage. Il aurait pu écourter sa peine en donnant son complice mais il ne l’a pas fait, hors de question pour lui de balancer Fabien, son frère aîné. Il sort en pensant le retrouver et enfin profiter de la part du pactole qui lui revient. Mais devant la prison, c’est une certaine Jessica qui l'attend. La nouvelle petite amie du frangin lui explique que Fabien est en Espagne pour régler quelques affaires. Hébergé dans la maison que Jessica partage avec ses parents dans un coin paumé de Gironde, Franck est mal à l’aise. Les beaux parents de Fabien le dégouttent, Jessica l’attire irrésistiblement et la gamine de cette dernière, prénommée Rachel, est loin de respirer la joie de vivre. Au fil des jours, alors que le frérot ne donne aucun signe de vie, Franck réalise qu’il a échoué « dans un nid de couleuvres aux prises avec des crotales ». Et encore, il est loin du compte…

Les premières pages sont traversées par une tension sexuelle hallucinante. Jessica, femme fatale, bipolaire et junkie, rend l’ex-taulard totalement accro. Mais la belle est « une fleur toxique. Un fauve doux capable de te dépecer à tout moment ». Dans la fournaise d’un été torride, Franck bascule peu à peu. Il sait qu’il noue une relation destructrice mais est incapable d’y résister. Jessica l’entraîne sur une pente glissante et ses fréquentations sont encore plus dangereuses qu’elle, c’est dire.

Punaise, j’ai ADORÉ ce roman ! Un noir amer, terriblement serré, loin de la mécanique bien huilé d’un thriller. Ici les engrenages coincent, ripent, grincent et déraillent, rien ne coule de source. Les éclats de violence explosent sans crier gare et alternent avec des scènes où la tension retombe, où chacun semble reprendre son souffle avant de remonter dans le grand huit.

Hervé Le Corre frappe fort. Il plante un décor étouffant, poisseux, sous un soleil de plomb et une chaleur écrasante exhalant la puanteur moite des sous bois. Il raconte les sans grades, les salauds, les petites frappes malingres, un univers où chacun est réduit à ses plus bas instincts. Il dit la précarité, la solitude, la misère affective, les blessures d’enfance mal cicatrisées. Il dit une France qui n’est même pas la France d’en bas mais une France des invisibles, des sans espoir ni bienveillance, uniquement guidés par leur capacité à survivre en milieu hostile.

Un roman où la bestialité le dispute à la sauvagerie, où s’exacerbent le désir et la brutalité. Dans une langue simple et directe comme un uppercut qui vous cueille au menton et vous laisse KO pour le compte. Un roman digne d’une tragédie où la fatalité a toute sa place. Beau et cruel, terriblement addictif. Un immense coup de cœur, je n’ai clairement rien lu de mieux depuis le début de l’année.

Prendre les loups pour des chiens d’Hervé Le Corre. Rivages, 2017. 320 pages. 19,50 euros.


PS : Prendre les loups pour des chiens a été élu meilleur roman policier de l’année par le magazine Lire. Une récompense amplement méritée, ce n'est pas moi qui vais dire le contraire.





jeudi 13 avril 2017

Les lectures de Charlotte (35) : Loup-Gris et la mouche - Gilles Bizouerne et Ronan Badel

Après avoir avalé une mouche par inadvertance, Loup Gris se met à zozoter. Chassé de la meute à cause de ce défaut de prononciation, il pense avoir trouvé la solution à son problème en gobant une araignée qui, se dit-il, va le débarrasser de la mouche. Mais aussitôt l’araignée dans son ventre, du fil sort de ses oreilles. Dépité, Loup-Gris se rabat sur un oiseau. Les oiseaux aiment les araignées, c’est bien connu. Oui mais rien n’est simple pour Loup Gris. L’oiseau avalé ne va pas le sauver, loin, s’en faut…

Je suis un grand fan de Ronan Badel depuis des années maintenant. Félicien Moutarde et Émile étaient jusqu’alors mes personnages préférés parmi son riche répertoire mais ce facétieux Loup Gris pourrait bien les détrôner. Maladroit, malchanceux, pas particulièrement futé, il a tout pour plaire le pauvre bougre.


« C’est facile de se moquer, z’ai zuste avalé une mouss ! ». Voila, tout est dit. Il lui a suffit d’avaler cette « mouss » pour que tout le monde se fiche de lui. Un album hilarant, le plus gros coup de cœur de Charlotte depuis bien longtemps. Le lire à voix haute en zozotant est un plaisir dont je ne me lasse pas. Le texte est drôle, le dessin irrésistible et la solution proposée par le renard pour faire passer le zozotement, bien que ne faisant pas dans la dentelle, est à hurler de rire !

Décalée, irrévérencieuse et désopilante, cette histoire en randonnée est d’ores et déjà à classer parmi les incontournables de l’année. Un bijou d’humour à glisser entre toutes les mains, qu’on se le dise !

Loup-Gris et la mouche de Gilles Bizouerne et Ronan Badel. Didier jeunesse, 2017. 36 pages. 12,50 euros. A partir de 4 ans.






mercredi 12 avril 2017

Le maître d’armes - Xavier Dorison et Joël Parnotte

Début du 16ème siècle. Alors que la bible impose ses règles à l’occident, des réformistes osent remettre en cause la seule et unique Vérité détenue par les catholiques « papistes ».  Le Moyen-âge tente d’étouffer dans le sang les premières lueurs de la Renaissance en brûlant les hérétiques (qui deviendront les protestants) et Hans Stalhoffer, le maître d’armes de François 1er, doit abandonner sa charge après avoir combattu en duel le comte de Maleztraza. Reclus au fin fond du Jura, Hans est contacté par le chirurgien Gauvin pour aider le jeune réformiste Casper à franchir les Alpes afin d’amener à un imprimeur suisse une bible traduite en français. La mission est périlleuse, surtout en plein hiver, et le maître d’armes est rapidement poursuivi par une horde de furieux catholiques prêts à tout pour l’empêcher de mener sa tâche à bien.

Une histoire médiévale aux allures de western matinée de chasse à l’homme à la sauce Rambo. C’est âpre, violent et crasseux comme l’était cette époque si particulière où l’obscurantisme recouvrait l’Europe de son voile terrifiant. Avec son vieux maître d’armes revenu de tous les combats, Xavier Dorison met en scène un personnage flamboyant, rugueux et taciturne, défenseur de valeurs chevaleresques d’un autre temps. Le scénariste ne se contente pas d’une BD d’aventure où seule l’action prédomine, il décrit un monde figé, victime d’une religion au service de traditionnalistes déterminés à garder le pouvoir en répandant la terreur.

Joël Parnotte excelle à représenter les décors forestiers et montagnards. Son découpage très cinématographique offre une esthétique de la violence assez fascinante. Les couleurs sombres, les jeux d’ombres et de lumière renforcent l’ambiance pesante qui écrase chaque planche.

Un one-shot qui ne fait pas dans la dentelle et s’avère au final parfaitement maîtrisé, tant au niveau du fond que de la forme. Les BD pleines de souffle aux allures de superproduction sont devenues bien trop rares pour ne pas apprécier comme il se doit une telle démonstration de force.

Le maître d’armes de Xavier Dorison et Joël Parnotte. Dargaud, 2015. 96 pages. 16.45 euros.



















mardi 11 avril 2017

Le groupe - Jean-Philippe Blondel

C’est la prof de philo qui a eu l’idée : un atelier d’écriture au sein du lycée encadré par son collègue Mr Roussel, qui a la double casquette d’enseignant et d’écrivain. Sur la base du volontariat, une heure par semaine pendant six mois. Résultat, dix élèves de terminale et deux adultes pour se plier à divers exercices où chacun va pouvoir mettre à l’œuvre son imaginaire. Les consignes sont précises, les contraintes plus ou moins légères, les règles clairement définies : pas de jugement, pas de critiques négatives ni de conseils. Après une légitime hésitation, voire une certaine appréhension, chacun se lance, se livre, et les barrières tombent, révélant des personnalités aussi riches que complexes, loin des apparences derrière lesquelles on se cache dans la vie de tous les jours.

Je ne vais pas vous raconter ma vie mais j’ai eu la chance, il y a une quinzaine d’années, d’encadrer des ateliers d’écriture avec un écrivain. Je l’accompagnais dans les classes, j’aidais les différents groupes à formaliser leurs textes, je participais aux restitutions et aux corrections. Nous avions volontairement choisi des publics compliqués, des élèves de collège en grande difficulté, des classes relais, des SEGPA, des EREA, des handicapés mentaux et des déficients intellectuels qui n'étaient pas en mesure d’écrire et avec lesquels nous utilisions le procédé de la dictée à l’adulte. Pour être honnête, il ne se passait parfois pas grand-chose, tout dépendait du groupe qui était face à nous, de la bonne volonté de chacun, de notre capacité à proposer des exercices « motivants ». Mais l’écrivain qui menait les débats maîtrisait l’exercice à la perfection, sa gentillesse, sa bienveillance, son autorité naturelle, sa légitimé indiscutable et son implication totale et sans faille dans chaque atelier ont toujours permis d’aboutir à un résultat au pire satisfaisant, au mieux totalement bluffant. J’ai vu des moments de grâce, des grands gaillards rebelles pleurant en lisant leur texte à voix haute devant leurs camarades, prêts à casser la figure au premier qui se fouterait d’eux. J’ai vu des profs sceptiques au départ  retournés comme des gants au bout de quelques semaines. Ça reste les meilleurs moments de ma vie professionnelle et j’ai pris un réel plaisir à la lecture de ce roman de Jean-Philippe Blondel qui sent le vécu à plein nez et m’a rappelé bien des souvenirs.

Ils sont touchants ces lycéens. Et loin de toute caricature. L’atelier d’écriture va engendrer une émotion non feinte, une plongée dans leur intimité, dans le tumulte d’une adolescence où l’on ne cesse de se poser des questions, tant sur le présent que sur l’avenir. Ils sont si différents les uns des autres et en même temps tellement à l’écoute les uns des autres. L’acte d’écrire devient un lien solide qui les unis, il sonne comme une révélation permettant de livrer des secrets, de confier des sentiments jamais partagés, sans retenu mais avec dignité.

Un roman jeunesse qui dit le pouvoir de l’écriture, la force de cette mise à nu qui pousse  à se dévoiler sans tricher. L’ensemble est maîtrisé de bout en bout, j’ai aimé cette conclusion abrupte, limite frustrante, qui correspond parfaitement à ce que peut être la fin d’une telle aventure. Une fois encore, Jean-Philippe Blondel sonne juste, terriblement juste. Un de ses meilleurs textes, dans une bibliographie qui, de toute façon, ne souffrait déjà d’aucune fausse note. C’est suffisamment rare pour être souligné.

Le groupe de Jean-Philippe Blondel. Actes sud junior, 2017. 128 pages. 13,00 euros. A partir de 13-14 ans.


Une pépite jeunesse que je partage comme chaque mardi ou presque avec ma chère Noukette.