jeudi 26 janvier 2017

Chaleur - Joseph Incardona

Pour s’occuper l’été en Finlande, on organise des championnats du monde de porter d’épouse, de football en marécage, de lancer de bottes ou encore de sauna. Pour cette dernière compétition, les règles sont simples : on enferme les concurrents dans une étuve à plus de 100 degrés et le dernier qui sort a gagné. Un sport à risque où les athlètes, en maillot de bain, souffrent le martyr et risquent à tout moment le malaise, voire la crise cardiaque. Les deux stars incontestées de la discipline sont Igor Azarov et Niko Taner. Le premier, russe, échoue systématiquement en final. Impossible jusqu’alors de battre Niko, vainqueur des trois dernières éditions et icône finlandaise du porno surnommé avec affection pas ses fans « Le pieu de Thor ». Mais cette fois Igor est prêt pour faire chuter le champion. Il n’a plus rien à perdre et sait de toute façon que c’est sa dernière chance…

Un récit déjanté où tout est centré sur le corps. Son fonctionnement, ses capacités parfois hors normes, ses défaillances, ses limites. Un corps que l’on expose, que l’on met au supplice sous les yeux d’un public guettant le moment où les faibles vont craquer les premiers. Avec ce roman on est dans le vain, l’inutile, l’absurde, le néant, l’indispensable quoi !

Les personnages d’Incardonna ont un air de parenté avec les freaks du génial Harry Crews. Le turc poilu, le révérend illuminé, les filles de petite vertu toujours prêtes à rendre service, la journaliste qui passe en revue les candidats en les suçant les uns après les autres avec application. Un grand cirque plein d’obsessions et d’obsédé(e)s, plein de sueur et de sperme. De l’humour noir sans ironie et une plume acérée comme une lame, allant à l’essentiel sans laisser un poil de gras sur l’os. Chaleur est un roman sec et désespéré où la moquerie n’a pas sa place malgré un sujet de prime abord risible, un roman qui met en lumière des jusqu’au-boutistes pathétiques frôlant l’état de grâce. Il fallait oser, le résultat m’a emballé.

Chaleur de Joseph Incardona. Finitude, 2017. 150 pages. 15,50 euros.





52 commentaires:

  1. Le résultat t’a emballé? Une parenté avec Harry Crews? Il n'en faut pas plus pour me convaincre!

    RépondreSupprimer
  2. Voilà qui est intrigant. Mais je crains un peu de suffoquer à lire un tel livre... non ?

    RépondreSupprimer
  3. Je ne suis pas tout à fait convaincue, pourtant...

    RépondreSupprimer
  4. J'ai hésité à le lire... Mais ton billet est très bien fait!

    RépondreSupprimer
  5. Punaise, je note :-p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Normal, la chaleur te va comme un gant :)

      Supprimer
  6. Cela a l'air pas mal du tout et très original ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Original, on ne peut pas dire le contraire !

      Supprimer
  7. Un livre qui ne me tente pas du tout.

    RépondreSupprimer
  8. Je ne connais pas ces auteurs, mais ta chronique est drôlement tentante ! Moi aussi, je note.

    RépondreSupprimer
  9. Je me souviens avoir lu Incardona il y a quelques années. Trash Circus. J'avais aussi apprécié son cynisme et sa "plume acérée comme une lame". Avec ses gouttes de sueur et ses giclées de sperme. Il faudra que je découvre à nouveau, cela fait si longtemps...

    RépondreSupprimer
  10. Je vois pas mal passer ce roman sur les blogs, mais je passe mon tour.

    RépondreSupprimer
  11. Une lecture osée qui ne dit pas son nom ?

    RépondreSupprimer
  12. J'ai beaucoup hésité autour de ce livre. Quant à moi, je suis en Norvège avec Monsieur Toussaint Louverture en ce moment, dans un roman qui je crois te plairait. Je ne sais pas si tu l'as reçu, celui-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai reçu, oui, reste plus qu'à m'y mettre !

      Supprimer
  13. Tu as cité le nom magique pour me convaincre : Harry Crews... !

    RépondreSupprimer
  14. Ben non, là je passe ! Même si tu sais trouver les mots pour le dire, y'a pas à sourciller !!!! :)

    RépondreSupprimer
  15. je pensais m'amuser en lisant ta première phrase et puis finalment c'est tout triste comme histoire!

    RépondreSupprimer
  16. Faut voir... Je ne suis pas sûre d'apprécier ce genre de lecture.

    RépondreSupprimer
  17. Déjanté, humour noir... très tentant. Celui-ci n'est pas à la bibli, mais je découvre un nouvel auteur

    RépondreSupprimer
  18. Je crois que cet auteur est pour moi ! J'avais noté un autre titre chez Ingannmic tout récemment car je sentais que ça me parlerait complètement ! Et là ton billet me le confirme.

    RépondreSupprimer
  19. Euh... dis tu n'es pas vexé si je te dis que je n'ai absolument pas envie de le lire. Attention ta chronique est très bien hein, mais le sujet ne m'emballe pas du tout mais pas du tout du tout !

    ;-) :-D

    Sans rancune ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, ça ne me vexe pas du tout, surtout venant de toi^^

      Supprimer
  20. Là je fais plus qu'hésiter... Une petite voix me dit que ce roman n'est pas du tout ma came !

    RépondreSupprimer
  21. bien tout ça !!!! bon je le note dans un petit coin de ma tête (vu la tronche déjantée de ma pal)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est tout petit et se lit très vite celui-là ;)

      Supprimer
  22. Ca a l'air totalement barré comme bouquin !

    RépondreSupprimer
  23. (Une certaine Anaïs me le transmet bientôt)^^

    RépondreSupprimer
  24. Entre les gars qui s'offrent un spa et soin de peau à 100 degrés, une suceuse de candidats et un turc poilu, il m'a l'air assez spécial ce roman! :D
    Un bon moment d'évasion, à n'en pas douter! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un roman assez barré, difficile de dire le contraire ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !