mardi 14 février 2017

S’aimer - Cécile Roumiguière et 39 illustrateurs

Au début on s’est ignoré. Du moins, on n’a pas fait attention l’un à l’autre. On s’est aperçu sans se voir, sans se parler. On est reparti chacun de notre côté et pourtant, « on n’en savait rien encore mais on était déjà porté par un courant plus fort que nous ».

« S’aimer, ça commence par dépasser ses peurs. » Il faut trouver la façon d’ouvrir la page, de tisser ce lien qui va nous unir. Un premier rendez-vous pour confirmer la complicité, pour imposer l’évidence. D’abord de l’amitié, ensuite un sentiment plus fort, le bonheur de s’être trouvés, la certitude que la route est tracée. Ne pas trembler, ne pas être intimidé par l’aventure à venir. Succomber. « S’aimer enfin. Ne faire qu’un pour être pleinement soi ».

Laisser le temps filer, devenir parents, se noyer dans le quotidien. Dériver. « Un mur aurait pu nous séparer, celui des non-dits, le désir émoussé, l’amertume des jours qui passent et parcheminent les peaux ». Des envies d’ailleurs, de nuits dans d’autres bras. De quoi se perdre. Mais la volonté commune de dépasser les moments difficiles, de se retrouver malgré tout et de s’aimer, « dans les jours bleus, dans la nuit profonde, dans les rires et dans l’angoisse, dans les mélodies des matins soleil et dans la souffrance des enfants perdus, celle des femmes et des hommes humiliés, dans la colère face aux océans souillés et aux avenirs saccagés ».


S’aimer, quelle idée ! Un concept dépassé depuis longtemps. Parler d’amour dans un livre, c’est forcément tomber dans le neuneu, dans le cliché, dans le cucul la praline. C’est forcément tartiner chaque page de guimauve sucrée jusqu’à l’écœurement.  Mais quand Cécile Roumiguière vous parle d’amour, on ne prend pas l’affaire de haut. On se sent tout petit même. Surtout quand elle associe sa plume à tente-neuf illustrateurs aussi talentueux que Csil, Kris Di Giacomo, Gwen Le Gac, Carole Chaix, Barroux ou Rascal.
L’objet-livre est splendide, couverture cartonnée, format à l’italienne et papier épais. Les mots sont posés sur la page de gauche, rares et précieux, comme chuchotés au creux de l’oreille. Les illustrations les accompagnent sur la page de droite, aussi expressives que variées. Certaines m’ont évidemment plus touché que d’autres, à commencer par celle de Nathalie Novi que je trouve sublime. Mention spéciale également à la sirène de Régis Lejonc qui m’a rappelé tant d’inoubliables souvenirs de lecture.


C’est beau, simple, épuré. C’est l’amour dans son universalité et sa complexité, c’est une réflexion sensible et pleine de finesse sur un thème pourtant rabâché mille fois. Une totale réussite.

S’aimer de Cécile Roumiguière et 39 illustrateurs. Éditions A pas de loups, 2016. 96 pages. 20,00 euros.


Une pépite jeunesse véritablement tout public et parfaite pour la Saint Valentin que j'ai le plaisir de partager avec Noukette.












34 commentaires:

  1. Joli ! A feuilleter me concernant, je ne suis pas certaine d'avoir envie de le poser sur les étagères de la bibliothèque de mes loulous (je ne suis pas certaine qu'ils s'y retrouvent en fait... mais tout cela tient du ressenti que je ne saurais pas expliquer ici ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont peut-être encore un peu jeunes de toute façon.

      Supprimer
  2. Si en plus Lejonc est de la partie... <3

    RépondreSupprimer
  3. Vraiment Noukette et toi donnez envie! Je pense que c'est un albu qui pourrait rejoindre mes étagères!

    RépondreSupprimer
  4. Ahhhhh ça me plait évidemment :-p
    Belle fête chouchou de mon cœur <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que tu étais une grande romantique <3

      Supprimer
  5. Magnifique album pour célébrer l'amour... ! <3

    RépondreSupprimer
  6. Cela peut être sympa, surtout pour la St Valentin :D

    RépondreSupprimer
  7. Super cet album d'un 14 février :-*

    RépondreSupprimer
  8. Cela me semble un superbe bouquin

    RépondreSupprimer
  9. quelle bonne idée de s'aimer encore et encore

    RépondreSupprimer
  10. "S’aimer, quelle idée ! Un concept dépassé depuis longtemps. Parler d’amour dans un livre, c’est forcément tomber dans le neuneu, dans le cliché, dans le cucul la praline. C’est forcément tartiner chaque page de guimauve sucrée jusqu’à l’écœurement." Hahaha ! Très exactement ce que je pensais en lisant ta première partie.:-) Bon, malgré tout le bien que tu en dis, je reste très réticente à me lancer dedans. De toute façon, côté jeunesse, j'ai une sacrée LAL depuis que je te suis là-dessus.:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais bien que ce n'est pas un thème qui te parle :p

      Supprimer
  11. Je viens de me rendre compte qu'elle est ou sera en résidence par loin de chez moi, il faut que je tente de la rencontrer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est adorable, très douce et très gentille.

      Supprimer
    2. Ca y est, je l'ai, une merveille! J'ai rencontré l'auteure et Carole Chaix, l'une des illustratrices ce matin. Un grand merci d'avoir attiré mon attention sur cette pépite.

      Supprimer
    3. Je suis agréablement surpris que tu l'apprécies autant.

      Supprimer
  12. j'aime bcp le travail de Natalie Novi!

    RépondreSupprimer
  13. Il m'a tout l'air d'être un petit bijou, cet album.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !