jeudi 2 mars 2017

Chiisakobé T2 - Minetarô Mochizuki

Après l’incendie de l’entreprise familiale et la mort de ses parents, le charpentier Shigeji tente de maintenir à flot la société sans aide extérieure. Mais les temps sont durs et ses meilleurs ouvriers, attirés par les salaires plus lucratifs de la concurrence, le laissent en plan alors que les chantiers en cours sont loin d’être achevés. Parallèlement, le jeune homme continue d’entretenir une relation ambigüe avec Ritsu, une amie d’enfance qu’il a engagée comme cuisinière et femme de ménage. Les orphelins turbulents recueillis par cette dernière logent dans la maison de Shigeji , qui semble enfin s’intéresser à eux. Et si Ritsu ne parvient pas vraiment à dompter les garnements, ce n’est pas le cas de leur enseignante Yûko, que le charpentier semble de plus en plus apprécier.

Un triangle amoureux tout en suggestion se noue au fil de ce second tome. Entendons-nous, rien n’est clairement exprimé, Shigeji le taiseux et Ritsu la timide n’étant pas du genre à s’épancher. Plus en retrait, Yûko n’en reste pas moins présente et son mutisme en dit bien plus que de longs discours.

Un manga inclassable au charme indéfinissable. Il ne se passe pas grand chose, tout est question d’atmosphère. La narration extrêmement sobre porte le récit, les gros plans sont d’une grande expressivité et le langage corporel est fondamental, chaque infime mouvement se chargeant de sens. Les silences s’imposent avec naturel et sont sources de communication, tout comme l’inclinaison d’une tête, la fuite d’un regard ou la moindre posture. Je crois que c’est pour cela que j’adore cette série, sous ses airs de rien, elle dit la complexité des sentiments avec une profondeur qui force l’admiration.

La ligne claire de Mochizuki ne s’embarrasse pas de trames ou de décors surchargés. C’est dans l’épure que son art se déploie avec finesse. Une façon unique de parler aussi bien de l’amour que du deuil, de l’enfance en danger ou de l’artisanat et des traditions.

La série compte en tout quatre tomes, les deux derniers m’attendent sagement depuis quelques temps mais il se pourrait bien que je les ai engloutis au moment où vous lirez ces lignes.

Chiisakobé T2 de Minetarô Mochizuki. Le Lézard Noir, 2016. 215 pages. 15,00 euros.


Une lecture commune que j'ai le plaisir de partager avec A Girl From Earth.






32 commentaires:

  1. J'avais craqué pour le tome 1. Pour l'intrigue et surtout, pour le dessin. Mais en le refermant, il manquait un p'tit quelque chose. Saurais-je le trouver dans le tome 2? Ce qui me frustre avec les mangas à plusieurs tomes, c'est de devoir attendre la suite. Du coup, je poursuivrai peut-être. Ce que tu en dis me tente bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'il se passe encore moins de choses que dans le premier. Mais ça me plait toujours autant !

      Supprimer
  2. Encore un que j'ai très envie de découvrir...

    RépondreSupprimer
  3. Je viens de chez A girl, là. Elle te conseille aussi Saga, et je te dis, vas y!(meuh non, on ne harcèle pas duuuu tout)

    RépondreSupprimer
  4. Transmission de pensée?
    J'ai emprunté le tome 1 hier!

    RépondreSupprimer
  5. Ahhhh je ne lis (presque) jamais des mangas, m'enfin, pourquoi pas ! Ton billet me plait héhé et me donne envie !
    Bisous jeune homme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai d'autres excellents mangas sous le coude, je dis ça je dis rien :p

      Supprimer
  6. Les histoires qui reposent essentiellement sur une ambiance, sont souvent les meilleurs (quand elles sont bien faites, ce qui a l'air d'être le cas ici).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le cas ici, oui. Selon moi du moins.

      Supprimer
  7. Toi et A Girl From Earth vous m'intriguez avec ces livres. Ce serait tout à fait mon genre en plus!
    Longtemps que je n'ai pas lu de manga...
    Et cette série a l'air de sortir des sentiers battus. Sûr que la prochaine fois en librairie je me laisse tenter au moins par le premier!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que c'est un manga qui ne ressemble pas vraiment à un manga.

      Supprimer
  8. Malgré ton enthousiasme je passe... et je sais que tu ne m'en voudras pas ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas demain la veille que je t'en voudrais pour quoi que ce soit ;)

      Supprimer
  9. j'ai du mal avec les mangas mais je ne désespère pas

    RépondreSupprimer
  10. Tu es véritablement conquis et il y a de quoi. Ne serait-ce que par la scénarisation de cette histoire. Un style assez unique en son genre. J'avoue que même si je suis loin d'être indifférente au charme indéfinissable de ce récit, je reste sur mes gardes et attends de voir la suite et le fin mot de l'histoire avant de me prononcer vraiment. Ça pourrait être véritablement génial à la lumière de la fin, comme décevant à cause de la fin. Il y a tellement d'ambiguité dans cette histoire, dans les relations entre les personnages, que je me méfie, forcément.:-) Où nous mène l'auteur ? Envoûtée mais méfiante donc.:-) Et partante pour la suite en LC ! Ah si je l'avais sous la main, sûre que je l'avais déjà dévorée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas où nous mène l'auteur et je n'ai aucune méfiance. A la limite je suis plus intéressé par la façon dont il va s'y prendre pour raconter la fin que par la fin en elle-même.

      Supprimer
    2. Bon, c'est pas gagné pour mettre la main sur la suite. Je suis sur liste d'attente à la bib' et il y a 3 personnes devant moi (x3 semaines, égal 2 mois d'attente au mieux, si les gens rendent dans les temps), donc si tu veux avancer dans l'histoire, n'hésite pas.;-)

      Supprimer
    3. ça se lit vite, ils les rendront vite tu verras;)
      Je peux attendre de toute façon, la patience est une vertu, non ?^^

      Supprimer
  11. Il a véritablement l'air magnifique.

    RépondreSupprimer
  12. J'ai rencontré les deux premiers tomes alors qu'un ami les cherchait pour les offrir... Je succomberai sans doute bientôt (vu que ma bibliothèque les posséde)... J'avais hésité à Angouleme !! ;)

    RépondreSupprimer
  13. peut-être le tome le plus lent je trouve ce qui n'est en aucun cas génant, au contraire même.une série que j'ai lu avec délectation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas du tout un problème, on est d'accord.

      Supprimer
  14. J'avais bien vu que tu louchais sur la série pendant le FIBD :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je ne suis pas revenu du stand de l'éditeur les mains vides :p

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !