vendredi 26 mai 2017

L’enfant qui - Jeanne Benameur

L’enfant qui vit avec son père et sa grand-mère. L’enfant qui a perdu sa mère. Il arpente la forêt, guidé par un chien imaginaire. L’enfant qui sait au fond de lui que cette mère a disparu pour toujours, que le manque ne sera jamais comblé. Il avance profondément dans la forêt, découvre de nouveaux lieux. L’enfant qui « a du mal à vivre dans les pièces de la maison », il cherche à habiter le monde. L’enfant qui est épris de liberté, comme sa mère, une « femme des routes » parlant une langue étrangère que le père avait ramenée chez lui après l’avoir rencontrée un jour de foire à la ville. Une femme des routes qu’il n’avait pas su garder, « arrachée à sa vie comme elle y était entrée, d’un coup ! ».

Un plaisir total pour moi de retrouver Jeanne Benameur dans un registre proche de celui de son chef d’œuvre « Les demeurées », dépouillant son récit à l’extrême, l’englobant d’une aura de mystère, usant d’une poésie sèche, d’un rythme heurté, de silences pesants d’où naît l’émotion. Des gens muets, des gens de peu de mots, « une langue du dessous des choses qui va sa route de corps en corps, ne se donne que par le silence de la peau ». Une langue aussi sensuelle que sensorielle qui interroge sur la notion de famille, sur la filiation, sur le vertige de l’absence et, plus que tout, sur le rapport à la mère : « Tant que les mères marchent auprès de nous, nous n’avons pas à nous soucier de la route. Nous marchons dans l’innocence de nos propres pas ».

J’aime cette écriture minuscule, épurée, restant malgré tout d’une densité saisissante. J’aime ce regard sur l’enfance d’une cruelle lucidité, sur la solitude qui guide chaque existence : « Le début et la fin se ressemblent. Toi aussi il n’y a pas si longtemps tu étais encore dans la nuit laiteuse du ventre de ta mère. Un jour tu seras à nouveau dans cette brume lente et ce sera la fin. Entre les deux il y aura eu toute ta vie ».

Un bijou, ciselé avec une infinie délicatesse.

L’enfant qui de Jeanne Benameur. Actes Sud,  2017. 120 pages. 13,80 euros.







60 commentaires:

  1. Un bijou oui, qui m'a émue pour des raisons très personnelles. Beau.
    Je viens de rajouter ton lien à mon article .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un livre qui fortement résonner chez nombre de lecteurs je pense.

      Supprimer
  2. Si celui-ci se rapproche des Demeurées, je vais adorer ! A ce jour. C'est mon préféré.

    RépondreSupprimer
  3. Comme je l'ai aimé aussi cette grande écriture minuscule ! ♥

    RépondreSupprimer
  4. J'ai aussi pensé aux Demeurées en lisant ce livre et cela ne t'étonnera pas si je te dis que je n'avais absolument pas été aussi enthousiaste que certains vis à vis de celui-là non plus.

    RépondreSupprimer
  5. Quant à moi, c'est une écriture qui me touche peu. Je n'en ai lu qu'un, et c'était au lendemain des attentats de novembre 2015. Il avait alors eu sur moi l'effet d'un baume, c'est vrai. Mais, sinon, c'est pour moi une écriture trop minuscule, justement, pour reprendre ton terme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une écriture dont on peut rester à l'écart, je le comprend parfaitement.

      Supprimer
  6. J'ai beaucoup aimé Les Demeurées, alors tu confirmes mon envie de lire celui là!

    RépondreSupprimer
  7. Ce roman suscite de belles chroniques tant il fait appel à nos sens

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, comme toujours avec Jeanne Benameur, le texte est très sensoriel.

      Supprimer
  8. Je crois que je suis une des rares à résister à l'écriture et à l'univers de Jeanne Benameur.^^ Je m'étais lancée dans Les demeurées il y a quelques années, et le livre m'est tombé des mains au bout de 3 pages. Bon, du coup je n'ai plus jamais retenté l'expérience, malgré tout le bien que j'entends sur ses livres...

    RépondreSupprimer
  9. Il semble faire l'unanimité. Je me laisserais bien tenter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne fait pas l'unanimité, non, mais il recueille une bonne partie des suffrages on va dire.

      Supprimer
  10. Je n'ai pas lu ce livre mais j'aime beaucoup cette auteur! Je le lirais bien...
    Daphné

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu aimes beaucoup cette auteure, tu doit absolument le lire.

      Supprimer
  11. Je sais que je le lirai, j'aime trop cette auteure

    RépondreSupprimer
  12. Moi je sais désormais que ce n'est pas une auteure pour moi, donc je passe.

    RépondreSupprimer
  13. Bijou oui, et bien plus encore... Jeanne rajoute une belle pierre à son œuvre avec ce petit texte qui dit tellement <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu en as tellement mieux parlé que moi.

      Supprimer
  14. J'aime beaucoup cette auteure, elle arrive à mobiliser en moi tout un panel d'émotions, et ce titre me fait de l'oeil depuis un moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son écriture touche l'intime de façon très particulière, unique même.

      Supprimer
  15. je ne lis que rarement Benameur et c'est un tort, je le sais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suppose que tu as bien d'autres choses à lire ;)

      Supprimer
  16. A réserver aux fans de l'auteure... dont je ne fait pas partie, je n'arrive pas à accrocher à son écriture.

    RépondreSupprimer
  17. un m'a laissé froide (Profanes) et un autre a été un coup de coeur (Otages Intimes) ... bien envie d'en découvrir un troisième!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Profanes est celui que j'ai le moins apprécié moi aussi.

      Supprimer
  18. C'est probablement l'auteure que j'ai le plus envie de découvrir en ce moment! Mais par lequel débuter, hum...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille de débuter par "Les demeurées".

      Supprimer
  19. Moi qui suit fan de l'auteure, je suis resté à distance de ce roman

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dommage mais ce sont des choses qui arrivent.

      Supprimer
  20. Forcément, va falloir que je m'y mettes. Je ne la connais pas encore... mais j'en ai un. je garde espoir de trouver le temps de le lire, ce "Profanes". Mais cet "enfant qui" ou ses "Otages infimes" me font aussi bien envie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux commencer par ce qu'elle a fait de mieux, tu peux te lancer dans "Les demeurées".

      Supprimer
  21. J'aime aussi son écriture dépouillée. Je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le genre d'écriture que j'apprécie plus que tout autre.

      Supprimer
  22. Une auteure dont je n'ai lu qu'un seul roman , il faut que je continue.

    RépondreSupprimer
  23. Quelle ferveur et quelle enthousiasme :) Tu es un excellent ambassadeur pour cet auteur. Je le note avec plaisir dans ma liste (infini, presque) de livres à découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une auteure que j'apprécie particulièrement, ça se voit je crois :)

      Supprimer
  24. Durant les vacances de Pâques j'ai lu "Les demeurées" et oui j'ai mis du temps mais cela en valait la peine alors forcément je vais lire celui là également !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne doute pas que tu l'as apprécié comme il se doit !

      Supprimer
  25. Je compte bien le lire ce roman. Noukette m'a fait découvrir Jeanne Benameur ; son écriture me touche énormément

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne m'étonne pas une seconde, tu es une femme de goût ;)

      Supprimer
  26. Et bien si il est dans la lignée des "demeurées" je suis preneuse... ;)

    RépondreSupprimer
  27. Un nouveau roman de Benameur !! Et qui apparemment est toujours aussi bon, à te lire... je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours aussi bon, oui, je te le confirme.

      Supprimer
  28. Je le retiens évidemment d'autant plus que j'ai lu il y a peu Les demeurées et que j'avais pris une claque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es prêtes à tendre l'autre joue alors^^

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !