dimanche 13 août 2017

Au revoir là-haut - Pierre Lemaitre

« Le pays tout entier était saisi d’une fureur commémorative en faveur des morts, proportionnelle à sa répulsion vis-à-vis des survivants ».  Tout le fil conducteur du roman repose sur ce constat je trouve.

1918. Albert et Edouard ont échappé à la grande boucherie. Miraculeusement. Mais non sans dommages. Albert a failli mourir enseveli dans un trou d’obus et Edouard a eu le visage à moitié arraché en lui portant secours. Sortis du conflit sans un sou et sans la moindre reconnaissance de la nation, ils vivotent, ensemble, dans un boui-boui parisien minable en tirant le diable par la queue. Condamnés à l’exclusion, les « héros » devenus parias vont se venger en imaginant une arnaque aussi cynique qu’immorale.

Après Confiteor l’an dernier, Au revoir là-haut est mon pavé de l’été. On m’avait prévenu que ce pavé n’avait pas la complexité et la profondeur de son illustre prédécesseur et je dois bien reconnaître que l’on ne m’avait pas menti. Pour autant, je n’ai pas boudé mon plaisir. Pierre Lemaitre offre un roman historique documenté, ambitieux et plein de souffle. Il prend le temps de déployer son intrigue, de creuser la psychologie de ses personnages et de tisser avec minutie les fils reliant chacun d’entre eux.

Un roman à l’ancienne, digne héritier des romans-feuilletons du 19ème siècle. Un roman engagé, antimilitariste, anticapitaliste, antipatriotique même (du moins dénonçant une certaine forme de patriotisme), avec ses bourgeois caricaturaux, ses chefs d’entreprise uniquement guidés par l’appât du gain, ses poilus revanchards  et son salaud de service, lui aussi caricatural, mais tellement haïssable qu’on se délecte de son inévitable chute.

De la littérature populaire dans le meilleur sens du terme, comme on en voit de moins en moins à l’heure de l’autofiction, du feelgood ou de la pseudo romance-érotico-sadomaso.  Une lecture rare et précieuse en somme, et un parfait pavé de l’été.

Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre. Le livre de poche, 2015. 665 pages. 11,50 euros.





28 commentaires:

  1. Coucou,
    emballé mais pas de trop quand même... Je n'ai pas lu Confiteor ce roman souffre de la comparaison.
    Oui c'est un beau roman feuilleton et j'ai encore en tête les personnages de Au-revoir là haut qui sont dans ma tête.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deux fois têtes c'est beaucoup ... Lol

      Supprimer
  2. J'ai beaucoup aimé et j'attendais ton avis. J'adore l'édition dans laquelle tu l'as lu et je suis curieuse de savoir ce que va donner le film avec Laurent Lafitte.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne l'ai pas lu, ce que tu en écris me tente mais je n'ai pas spécialement aimé voire pas du tout ce que j'ai lu de lui, je crois que ce n'est pas un auteur pour moi.

    RépondreSupprimer
  4. Yeahhhhh! Heureuse quil t'ait plu ! Je souscris à tout ce que tu dis dans ce billet , Et pûnaise que ca fait du bien du roman populaire de cet acabit la ! Bien sûr j'attends la suite comme le Messie !
    (J'adore de plus en plus tes phrases perfides de conclusion)

    RépondreSupprimer
  5. Ah oui, la construction n'est pas aussi riche que pour Confiteor : on l'avale en un rien de temps ce pavé !
    (Toujours pas fini Confiteor depuis l'an dernier, j'abuse, non ? :) )

    RépondreSupprimer
  6. J'ai commencé mon été avec ce pavé aussi! Et j'ai enchainé avec la BD qui est moins bien au niveau du scénario ( mais restriction des pages !)

    Comme tu le soulignes, j'ai vraiment apprécié que les personnages soient aussi bien décrits!

    RépondreSupprimer
  7. Je l'ai eu entre les mains (emprunt bibliothèque) mais ne l'ai pas lu... Un jour peut-être repassera-t-il dans mes mains...

    RépondreSupprimer
  8. Punaise, j'ai pas réussi à franchir la page 50 et des brouettes ! Va falloir penser à y retourner !
    Bisous jeune homme

    RépondreSupprimer
  9. Il sur ma liste depuis trop longtemps...

    RépondreSupprimer
  10. Il est trop bon ce pavé ! Gros juteux à souhait d'histoires, et en plus, on y rit, sourit, grince des dents ... Des héros ordinaires pas ordinaires, des situations cocasses, émouvantes, burlesques, satiriques, il y a tout dans ce roman de ce que l'on aime. Mais, c'est sûr, rien à voir avec confiteor, et c'est tant mieux ! On peut adorer les deux, la preuve.

    RépondreSupprimer
  11. toujours pas lu donc j'ai lu très rapidement en diagonale ton billet - il le faut car mon beau-père me l'a offert et l'attend ! Tu peux allonger le temps ??

    RépondreSupprimer
  12. Tout à fait d'accord, sa lecture m'a rappelée celle de bons pavés comme Le comte de Monte-Cristo ou Les mystères de Paris... Très bien documenté, de plus.

    RépondreSupprimer
  13. Je devais me lancer dans Confiteor cette année et puis, finalement, j'ai lu plein d'autres choses. Je garde un très bon souvenir du roman de Pierre Lemaître. Il a presque réussi à me réconcilier avec le Goncourt.

    RépondreSupprimer
  14. Malgré ton engouement les 665 pages me font un peu peur.
    J'y reviendrai, mais un peu plus tard, à l'écriture de Pierre Lemaître.

    RépondreSupprimer
  15. Je crois que je vais devoir me le caser fissa d'ici fin octobre,à cause du film que je serai peut-être tentée de voir. Quand je pense que je sors à peine de Confiteor, ça fait beaucoup de rattrapages là (pavés en plus) sur une année.:-)

    RépondreSupprimer
  16. Le côté caricatural du méchant m'avait dérangé. Mais j'avais bien aimé la description de la boucherie que fut la guerre 14 18.

    RépondreSupprimer
  17. Oui un pavé qui vaut le détour. As tu lu la BD et iras tu voir le film ? ou préfères tu rester dans ton propre souvenir imaniginaire ?

    RépondreSupprimer
  18. Ce ne sera finalement pas mon pavé de l'été... mais je n'ai pas dit mon dernier mot, surtout que l'adaptation ciné sort bientôt !

    RépondreSupprimer
  19. Je n'en ai entendu que du bien et pourtant je ne l'ai toujours pas lu. Fichu temps qui passe trop vite...

    RépondreSupprimer
  20. Difficile d'égaler Confiteor... Je dois encore et toujours le lire... Peut-être d'ici la rentrée !
    Mon pavé estival fut un roman de Trevanian et ce fut une belle surprise...

    RépondreSupprimer
  21. contente que tu l'aies enfin lu :) J'avais adoré, et tu as raison pour le côté suranné et vieille France, j'avais pensé à Zola, moi...

    RépondreSupprimer
  22. je ne l'ai toujours pas lu, il faudrait que je me décide!

    RépondreSupprimer
  23. Au moins je suis prévenue.. Merci , en Lecture commune pour octobre sur LA. Je prends note de ton avis.

    RépondreSupprimer
  24. Je souscrit entièrement à ta conclusion !

    RépondreSupprimer
  25. J'en garde un formidable souvenir. Pour info, l'adaptation en BD n'est pas mal non plus.

    RépondreSupprimer
  26. Un roman que j'ai follement envie de découvrir...

    RépondreSupprimer
  27. Déjà prévu un pavé pour l'été prochain ?

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !