mercredi 20 septembre 2017

Le voyageur - Koren Shadmi

Il parcourt les États-Unis en auto-stop. Dans son sac à dos, du sable. Toutes les directions sont bonnes à prendre, le voyageur erre à la recherche du remède pouvant guérir son mal. Sa quête est la même depuis trois cents ans : il cherche à vaincre l’immortalité, cette malédiction qui lui fait traverser les siècles et constater à quel point la situation ne fait que se dégrader. Dans un futur proche, l’Amérique suffoque, les catastrophes naturelles s’enchaînent, une guerre a semé la désolation. La planète devient invivable et le voyageur continue à vivre malgré lui.

De la SF de haute voltige par un auteur israélo-américain dont l’univers graphique n’est pas sans rappeler celui de Frederik Peeters et de sa série aâma. La construction est imparable. Chaque chapitre, dessiné dans une gamme chromatique différente, peut se lire comme une histoire indépendante faisant partie d’un grand tout. Un grand tout qui se tient de bout en bout où l'on traverse différentes époques. Je craignais une fin sans réelle explication, un truc un peu mystérieux, hermétique et facile. J’avais tout faux. La dernière partie, explicitement intitulée « Où le voyage s’achève », donne les clés du cheminement du voyageur et offre une cohérence indiscutable à l’ensemble.

Excellent cet album, vraiment excellent. Sombre, désespéré, cynique, lucide. Je n’ose pas dire visionnaire mais on ne doit malheureusement pas être loin du compte. J’ai adoré parce que c’est une réflexion sur la solitude, le temps qui passe, l’inexorable fin annoncée à laquelle personne n’échappera. C’est le portrait sans concession d’un pays, et plus largement d’une planète, qu’une espèce s’acharne à détruire avec une minutie et une volonté sans faille. C’est un regard porté sur l’humanité qui ne laisse place à aucune illusion. C’est d’un pessimisme absolu, un pavé dégoulinant de noirceur lancé dans l’océan de feelgood tellement à la mode en ce moment. Et bordel que ça fait du bien !

Le voyageur de Koren Shadmi (traduit de l’anglais par Bérengère Orieux). Ici même, 2017. 175 pages. 25,00 euros.




34 commentaires:

  1. Noté déjà. Ça tombe bien, j'ai virée-ville samedi. Je vais innocemment pousser mes trolls vers la librairie histoire d'innocemment acheter l'album. Innocemment parce que j'en ai déjà entendu grand bien et que j'avais découvert l'auteur avec "Abaddon" et que ça m'avait bien remué aussi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, alors, alors, tu as craqué ????

      Supprimer
    2. Totalement... mais il est encore dans ma PAL...

      Supprimer
    3. C'est déjà ça. Reste plus qu'à t'y plonger.

      Supprimer
  2. Désolée Jérôme mais malgré ton enthousiasme, je ne suis pas convaincue. La SF est moi, on n'est pas copains...

    RépondreSupprimer
  3. J'ai toujours un peu de al avec la SF mais ton avis me fait franchement hésiter.

    RépondreSupprimer
  4. Je sens qu'il est pour moi celui là ! J'avais déjà adoré sortir de ma zone de confort avec quelques albums de SF et ce fut couronné de succès !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ferais bien de continuer sur ta lancée alors !

      Supprimer
  5. J'ai lu âama (mais pas de billet, oui, comme d'hab) et c'est vrai que les graphismes sont proches

    RépondreSupprimer
  6. j'aime beaucoup ta conclusion et ta joie de lire autre chose qu'une fin "feel good" - tu devrais donc aimer le Fagan ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut vraiment que je le lise celui-là !

      Supprimer
  7. Bon, une bonne idée de lecture à noter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un album qui aura droit aux feux projecteurs je pense. Malheureusement.

      Supprimer
  8. La vache ce billet et cette BD !
    C'est noté jeune homme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon petit me dit que tu devrais le lire bientôt^^

      Supprimer
    2. Mais quelle surprise et quel régal aussi !
      Grâce à toi LC là aujourd'hui avec Mo'chéwie et grâce à toi !
      Des bisous encore plus grands, c'est dire ben comme je t'embrasse !

      Supprimer
  9. UN graphisme très tentant, mais un univers qui n'est pas trop le mien. A voir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être l'occasion de sortir de ta zone de confort ;)

      Supprimer
  10. Réponses
    1. J'ai su me montrer convaincant alors ;)

      Supprimer
  11. Je ne l'aurai spontanément pas feuilleté, mais là, ça fait envie ;)

    RépondreSupprimer
  12. C'est sûr que quand on voit des guerres qui sont toujours les mêmes, la famine qui ne se réduit pas et le réchauffement climatique, il ne fait pas bon être immortel

    RépondreSupprimer
  13. Aïe aïe aïe, je veux !!!! Pff je viens de te relire, non, il n'y a rien à jeter là-dedans. Aucun doute, il me le faut !

    RépondreSupprimer
  14. Déjà que j'aime la SF, alors avec un avis pareil, comment résister ? ;)

    RépondreSupprimer
  15. Alors là je signe. Sans hésiter.

    RépondreSupprimer
  16. difficile de résister à l'envie de le découvrir après ça

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !