mercredi 4 octobre 2017

Paroles d’honneur - Leïla Slimani et Laetitia Coryn

« Toute ma vie j’ai vécu un combat intérieur entre la volonté de me libérer de la tyrannie du groupe et la crainte que cela n’entraîne l’effondrement des structures traditionnelles à partir desquelles je m’étais construite. »

La « hchouma ». Cette injonction très utilisée dans la société marocaine renvoie à un code moral tacite. Son sens oscille entre la honte et la pudeur : « être bien élevé, être un bon citoyen, c’est aussi avoir honte ». Les femmes marocaines rencontrées par Leïla Slimani font souvent référence à la hchouma quand elles parlent de leur vie intime. Etre vierge ou épouse, il n’y a pas d’autres choix. La soumission plutôt que la transgression, il n’y a pas d’autre choix. En apparence du moins. Car peu à peu les lignes bougent. Certes doucement, mais le frémissement est là, indiscutable.

Ces femmes, Leïla Slimani les a rencontrées au cours d’une tournée promotionnelle effectuée au Maroc après la publication de son premier roman « Dans le jardin de l’ogre », où elle abordait sans tabou la question de l’addiction sexuelle. Face à l’écrivaine, la parole se libère. Les faits rapportés sont édifiants : IVG clandestine, reconstruction de l’hymen, adultère et homosexualité punis par la loi, impossibilité de rester célibataire sans être durement jugée, violeur pouvant échapper à la prison en épousant sa victime (ce tristement célèbre article 475 du code pénal a finalement été abrogé par les députés en 2014 après le suicide d’une adolescente de 15 ans ayant dû se marier avec celui qui l’avait agressée), etc.

A travers les propos de ces femmes se dresse le portrait d’un pays oscillant entre hypocrisie et schizophrénie. Un pays qui élève la pudeur en vertu absolue mais est « le cinquième consommateur mondial de pornographie sur internet ». Une société patriarcale où suinte chez les hommes autant de frustration que de peur de voir éclore des femmes fortes qui assument leur sexualité et s’assument en dehors du groupe. Un pays d’où se dégage un terrible manque d’éducation sexuelle et où la religion est brandie comme un étendard pour mettre un terme à toute tentative de discussion : « Dès qu’on veut vous dominer on vous assène cette phrase : c’est le coran qui le dit ». C’est instructif et sans langue de bois mais ce n'est pas non plus provocateur ou rentre dedans. Le jugement est à charge mais la volonté d’explication apporte une lumière bienvenue sur « les racines du mal ».

Un album courageux, militant et engagé qui décrit une situation effarante avec beaucoup de calme et d’intelligence, avec une réflexion et une sincérité qui honore chaque femme ayant osé se livrer sans retenue. Surtout l’espoir demeure de voir les choses changer et la société évoluer peu à peu. Croisons les doigts pour qu’un retour en arrière obscurantiste ne vienne pas mettre à mal les rares signaux d’émancipation émergeant à l’heure actuelle.

Je laisse le dernier mot à Leïla Slimani, il me semble que tout est dit dans sa conclusion :

« Tous ces témoignages confirment le rôle central que joue la place de la femme dans ces problématiques. Malgré les avancées législatives, malgré l’évolution de la société, le corps de la femme reste contraint par le groupe. Avant d’être un individu, une femme est une mère, une sœur, une épouse, une fille, garante de l’honneur familial, et, pire encore, de l’identité nationale. Sa vertu est un enjeu public.
Il reste à inventer la femme qui ne serait à personne, qui n’aurait à répondre de ses actes qu’en tant que citoyen lambda et pas en fonction de son sexe. La femme qui pourrait s’affranchir de la qa’ida, c’est-à-dire de la norme, de la coutume admise par tous. »

Paroles d’honneur de Leïla Slimani et Laetitia Coryn. Les Arènes, 2017. 105 pages. 20,00 euros.












60 commentaires:

  1. Je freinais des quatre fers face à cet album. Pourquoi ? Le battage médiatique autour de Slimani et la couverture (qui, bêtement, me rebute).
    Seconde chronique que je lis sur cet album. Et pour la seconde fois, je me dis : "et pourquoi pas finalement ?"
    A voir, mais besoin de feuilleter avant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couverture ne rend pas service à l'album je trouve. Mais franchement, c'est à lire.

      Supprimer
  2. Croisons les doigts oui...
    Merci pour cette découverte, c'est la première fois que je vois cet album. Je vais me mettre en quête!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais aimer, il n'y a pas de raison.

      Supprimer
  3. Courageuse Leïla Slimani. Un album qui ne peut évidemment que m'intéresser.

    RépondreSupprimer
  4. Un album que j'aimerais lire, pour son sujet, pour Leila Slimani dont j'aime l'écriture et la parole. Je note :-)

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Jérôme,
    Tu viens d'échapper à un bavardage écrit d'une vingtaine de lignes où je te disais qu'il fallait que je fasse une sélection sur tous ces titres qui me font envie ce matin...
    J'ai tout effacé car je ne vais pas te saouler de bon matin avec mes jérémiades de blogueuse trop gourmande !
    Donc, je ne vais pas rentrer ce titre dans mon carnet.
    Biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop de tentations, c'est toujours le même problème ;)

      Supprimer
  6. Je souhaitais lire son essai Sexes et mensonges. Je ne connaissais pas cette BD.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce qui me concerne je préfère la BD à l'essai.

      Supprimer
  7. Tu me donnes très envie de découvrir cette bande dessinée ! La citation est édifiante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ce n'est pas la seule malheureusement.

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Il mérite d'être largement diffusé cet album.

      Supprimer
  9. Merci jeune homme
    Evidemment, et tu le sais, ai trouvé cette BD remarquable tant par le sujet que le traitement tout en pudeur et sans langue de bois comme tu le dis si bien ...
    merci chouchou
    Mille bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pouvais pas faire autrement que te l'offrir ;)

      Supprimer
  10. Ses romans ne me souviens tentent pas sans que je sache trop pourquoi mais cette BD ça pourrait le faire 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le seul roman d'elle que j'ai lu ne m'a pas plu.

      Supprimer
  11. J'ai vraiment envie de découvrir cet album! Merci d'en avoir parlé, j'étais passée à côté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vient tout juste de sortir en même temps.

      Supprimer
  12. Cet album tourne dans mon club de bibliothèque. Très envie de le lire tu penses bien !! ;)

    RépondreSupprimer
  13. Je le note, quand il sera dispo à la BM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y arrivera un jour ou l'autre, pas possible autrement.

      Supprimer
  14. Il va de pair avec le récit qu'elle vient de sortir sur le même sujet, un sujet qui m'intéresse vraiment beaucoup. On la voit partout en ce moment Slimani! J'aime son discours militant, même si je n'ai pas aimé son roman!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son Gon court tu veux dire ? Il ne me tente pas du tout.

      Supprimer
  15. Les romans de Leila Slimani ne me tentaient pas, mais l'essai ou la BD me semblent à lire.

    RépondreSupprimer
  16. Tentée... Comment pourrait-il en être autrement ?

    RépondreSupprimer
  17. j'ai hésité un quart de seconde devant cet ouvrage mais tu confirmes bien que ça vaut le coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça vaut vraiment le coup, je te le confirme.

      Supprimer
  18. mon dieu qu'à l'échelle d'une vie tous ces petits progrès sont lents!sans parler des retours en arrière possible!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Progrès" est même un bien grand mot je trouve, malheureusement.

      Supprimer
  19. Un sujet grave qui m'étonne et me révolte à chaque fois tant nous sommes libres , nous, occidentales. Tunisie chez moi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On voit quand même en ce moment qu'en occident rien n'est simple pour nombre de femmes.

      Supprimer
  20. très envie de la lire après avoir lu ton article. surtout que le sujet est d'actualité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il le sera toujours je crois, et ce n'est franchement pas une bonne nouvelle.

      Supprimer
  21. Il ne m'en faut pas plus pour me donner envie de la lire.

    RépondreSupprimer
  22. rhooooooooooo ça a l'air vraiment d'être bien (enfin sérieux mais joliment traité),je note :)

    RépondreSupprimer
  23. Je viens juste de m'offir cet albumque j'ai hâte de découvrir.

    RépondreSupprimer
  24. Bien sûr il est noté, pour le thème et pour Leila Slimani dont j'avais apprécié le style dans "Le jardin de l'ogre".

    RépondreSupprimer
  25. J'étais sceptique mais me voilà convaincue.

    RépondreSupprimer
  26. Bizarrement, Slimani en roman ça ne me disait pas trop (ça doit être le battage médiatique), mais en BD, ça me tente carrément, surtout pour la thématique et les témoignages. Là je ne lève même pas mon bouclier !

    RépondreSupprimer
  27. Pourquoi pas si je la crois à la bibliothèque...

    RépondreSupprimer
  28. Un indispensable que je ne vais pas tarder à découvrir, en version récit, puisque je l'ai gagné chez Leiloona !

    RépondreSupprimer
  29. Je ne me serais peut-être pas arrêtée devant, la couverture ne m'attirant pas des masses, mais après cet article, je le note !

    RépondreSupprimer
  30. ce n'est pas une de mes auteures préférées, mais j'avoue que le thème de cette BD - et la façon dont tu en parles - me tente beaucoup!

    RépondreSupprimer
  31. Qu'est-ce que j'aime les histoires engagées, surtout lorsqu'il est question de femmes! Bravo! J'vais lire ce livre un jour, c'est sûr <3

    RépondreSupprimer
  32. Ce fut une lecture très intéressante pour moi aussi. J'ai aimé la simplicité de cette narration, à la façon d'une enquête journalistique.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !