mercredi 20 décembre 2017

Les damnés de la Commune T1 - Raphaël Meyssan

Il aura fallu six ans à Raphaël Meyssan pour réaliser cette BD dans laquelle il n’a fait aucun dessin. Chaque case est en effet issue de gravures parues dans des livres et journaux du 19ème siècle. Un travail colossal de numérisation et d’organisation pour faire des décors et des personnages de ces gravures des éléments concrets de l’histoire. Une histoire qui débute de nos jours à la bibliothèque historique de la ville de Paris. Meyssan tombe sur un document qui parle d’un communard du nom de Lavalette ayant vécu à l’adresse de l’immeuble où il habite, à Belleville. A partir de cette information, l’auteur va chercher à retracer le parcours de son lointain voisin et découvrir sous un jour nouveau les événements ayant conduit à la révolution de 1871.

J’ai trouvé cet album passionnant. Certes, le lecteur ne peut qu’être désarçonné par la forme au départ. Mais très vite on constate qu'il n'y a rien d'artificiel dans l’utilisation des gravures. Leur agencement donne le rythme de la narration, narration qui respecte pour le coup tous les codes de la bande dessinée.

L’enquête, riche de centaines d’heures passées aux archives, riche de déconvenues, de fausses pistes et d’un brin de chance, montre que Lavalette est catalogué comme activiste fauteur de trouble par les forces de l’ordre. Cependant, bien peu de traces de lui subsistent suite à la destruction des archives de la police durant la Commune. Difficile d’établir son véritable état civil, difficile de connaître son métier et son rôle dans la révolution.

Mais à force d’abnégation, Meyssan parvient à dresser le portrait pas toujours reluisant d’un homme qui n’aura cessé de le fasciner. En parallèle les gravures illustrent le témoignage bouleversant de Victorine B., une parisienne vivant avec mari et enfants dans la misère la plus totale au cœur de Montmarte au moment où les barricades sont dressées par la population. Le chevauchement des histoires de Lavalette et de Victorine offre à la fois de la puissance et une véritable cohérence à l’enquête menée par l’auteur.  

Rien n’est inventé, ni dans les faits relatés, ni dans la chronologie des événements. Évidemment le propos souligne une prise de position engagée en faveur des rêves de justice sociale portés par les acteurs de la Commune, ces hommes, femmes et enfants morts pour défendre un idéal auquel ils ont cru jusqu’au bout. Mais la réalité historique n’est à aucun moment déformée dans le sens de cet engagement. Et au final, l’utilisation des gravures permet de remettre la Commune dans son contexte, avec les matériaux graphiques de l’époque, révélant ainsi la vision que cette époque avait d’elle-même. Tout simplement fascinant !

Les damnés de la Commune T1 : à la recherche de Lavalette de Raphaël Meyssan. Delcourt, 2017. 140 pages. 23,95 euros.

Une lecture commune que j'ai le plaisir de partager avec Mo !

Toutes les BD de la semaine sont à retrouver chez Stephie.















48 commentaires:

  1. J'ai trouvé le propos intéressant moi aussi même si j'ai préféré me perdre dans la contemplation de certaines gravures :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sujet me passionne alors tu penses si j'ai apprécié le propos ;)

      Supprimer
  2. Pas ce que j'ai envie de lire en ce moment, mais je garde la référence pour plus tard ;)

    RépondreSupprimer
  3. Génial ! Je ne connaissais pas la nature du matériau utilisé. Evidemment, cette oeuvre m'intrigue et m'intéresse beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le contraire m'aurait fait tomber de ma chaise !

      Supprimer
  4. Je l'avais vu dans "Page des libraires" mais n'avais pas repéré la façon dont c'est fait... très intéressant !

    RépondreSupprimer
  5. Un travail colossal en effet ! Trop compliqué pour un CDI de collège, tu crois ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, pour des troisièmes c'est parfait.

      Supprimer
  6. Les gravures sont superbes mais pas sûre de vouloir lire ça pour le moment.

    RépondreSupprimer
  7. Le fond me tente mais la forme me fait un peu peur ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, la forme est le gros point fort de cet album !

      Supprimer
  8. Le projet me séduit complètement. Le pari de l'auteur (travailler à partir de gravures et coupure de journaux) est osé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le projet est totalement fou quand on y pense.

      Supprimer
  9. La Commune est très à la mode en BD actuellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un sujet qui reste très littéraire.

      Supprimer
  10. Le concept est super intéressant! Merci pour cette découverte ;)

    RépondreSupprimer
  11. Une curiosité s'éveille en moi :)

    RépondreSupprimer
  12. Réponses
    1. Et encore, on se rend compte du résultat final mais on ne voit pas tout le boulot en amont.

      Supprimer
  13. Je ne suis pas sûre d'aimer ... !

    RépondreSupprimer
  14. Mais c'est génial comme concept d'album ! Une histoire à partir de gravures et rien que des gravures, tout un contexte historique mis ainsi en perspective, bref, je demande à voir. Une belle idée cadeau aussi ! Ah ça c'est une belle découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va falloir que tu le déniches à la médiathèque celui-là !

      Supprimer
  15. Tout pour me plaire ! vu ta lettre au Père Noël, j'ai hâte de lire ton billet sur ce que tu as trouvé au pied du sapin !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé tout ce que j'ai demandé au pied du sapin :)

      Supprimer
  16. Rien que pour le travail de l'auteur et son agencement des archives, cet album me tente, même si cette période de l'Histoire ne m'attire pas de base.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une période qui m'a toujours fasciné.

      Supprimer
  17. Je suis très intéressée par cette période historique et je trouve l'idée des gravures intrigante. Je note donc cette BD qui t'a enthousiasmé.

    RépondreSupprimer
  18. Comme ça a l'air spécial effectivement !! A feuilleter donc pour s'en faire une idée précise et voir... je suis intriguée plus qu'attirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est déjà pas mal d'être intriguée ;)

      Supprimer
  19. C'est un boulot colossal qui a l'air passionnant, j'espère le trouver à la médiathèque.

    RépondreSupprimer
  20. quel travail! un livre à contempler plus qu'à lire sans doute

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, la lecture est aussi intéressante que les gravures.

      Supprimer
  21. Ça m'intrigue terriblement. Je n'avais pas réalisé qu'il n'y avait AUCUN dessin et que tout était des gravures. Je suis encore plus tentée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un pari totalement fou je trouve.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !