mercredi 10 janvier 2018

Ces jours qui disparaissent - Timothé le Boucher

Lubin, acrobate de haut niveau, se réveille un matin alors qu’une journée entière vient de s’écouler. Ne comprenant pas comment il a pu dormir aussi longtemps, il constate dans les jours qui suivent que le phénomène se répète. Après avoir découvert que pendant ses « absences » une autre personnalité s’empare de son corps, Lubin essaie de comprendre et de communiquer avec cet autre « lui ». Mais ce dernier n’a pas du tout le même caractère et leur cohabitation s’avère impossible. L’alternance tourne au calvaire, tant pour le jeune homme que pour ses proches, et plus le temps passe plus son double semble prendre le dessus sur lui...


Je me suis demandé dans quoi l’auteur s’était embarqué, persuadé que sur la longueur, ça ne tiendrait pas. Trop compliqué de jouer sur les deux personnalités, d’avoir une alternance crédible, de donner une cohérence réaliste aux ellipses où « l’envahisseur » prend possession du corps de Lubin. Mais très vite on oublie ce fil narratif si délicat à gérer. On avance avec notre acrobate, on découvre avec lui l’étendue des dégâts à chacun de ses réveils, on s’émeut des amitiés indéfectibles, de la famille toujours présente, on comprend ceux qui n’ont pas supporté la situation. Surtout on approuve sans réserve la volonté de Lubin de profiter de chaque fenêtre d’existence qui s’ouvre à lui, de plus en plus en plus courte, de moins en moins lumineuse au fil des années qui passent.

La pagination conséquente permet à Timothé le Boucher de déployer son scénario en profondeur, de donner de l’épaisseur aux personnages secondaires tout en multipliant les rebondissements. Le dessin, parfois proche de celui de Bertrand Gatignol (Les Ogres-Dieux) est simple et efficace. Il participe grandement à la lisibilité d’une intrigue qui aurait pu rapidement se perdre dans une inextricable complexité. Je pense que la clé de la réussite est d’avoir centré l’histoire sur le point de vue de Lubin en occultant celui de son double. Cela permet de focaliser l’attention du lecteur sur un seul destin et de renforcer son empathie.

Différences incompatibles de personnalités dans un même corps, impossibilité de rattraper le temps perdu et de mener sa barque comme on le souhaite, impossibilité de s’imaginer une stabilité sociale et amoureuse, les problèmes soulevés par ce scénario d’une folle richesse sont innombrables. Entre schizophrénie, psychologie, psychanalyse, philosophie et paranoïa, cet album ratisse large sans jamais céder à la facilité. Au final, j’ai surtout envie de retenir la magnifique et poignante histoire d’amour que les jours qui disparaissent ne pourront effacer. Une BD qui exacerbe mon côté fleur bleue, je ne pensais pas dénicher ça un jour. Je m’empresse donc de remercier la douce fée qui a eu la gentillesse de me l’offrir à Noël.    


Ces jours qui disparaissent de Timothé le Boucher. Glénat, 2017. 192 pages. 22,50 euros.




Toutes les BD de la semaine sont à retrouver chez Noukette















29 commentaires:

  1. Je l'ai lu pendant le temps des fêtes et j'ai aussi trouvé l'entreprise colossale. Tu vois, j'ai pensé au vécu des autres personnages autant qu'à celui de Lubin. Un album qui fait réfléchir.

    RépondreSupprimer
  2. C'était juste un test ! changement de navigateur, changement de logiciel et voilà, ça repart, je peux commenter chez toi :-)))

    RépondreSupprimer
  3. une de mes prochaines lectures BD. au vu de vos avis à tous, il me tarde vraiment de le découvrir!

    RépondreSupprimer
  4. Je vois que tu as embarqué toi aussi dans ce récit torturé mais délicieux.
    La fin m'a soufflée, gorge nouée... très bel album

    RépondreSupprimer
  5. Comme c'est intrigant! Noukette m'avait ferrée, toi et Sabine en remettez une couche : il est noté!

    RépondreSupprimer
  6. Rho découverte dans le cadre de la BD de la semaine, il faut que je la lise!

    RépondreSupprimer
  7. Ton côté fleur bleue ? AI-je bien lu ? ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Vous m'intriguez avec cette BD hum ... la seconde chronique lue et tu soulèves d'autres points tout aussi mystérieux. Je surnote !

    RépondreSupprimer
  9. Alors, si ça exacerbe ton côté fleur bleue ...

    RépondreSupprimer
  10. Je suis plus que ravie d'avoir joué les bonnes fées sur ce coup là ! Typiquement le genre de découverte que j'aime faire, le genre à nous embarquer très loin de ce qu'on imaginait. Brillant !

    RépondreSupprimer
  11. Pas sûre de vouloir la découvrir mais le coté fleur bleue m'intrigue...

    RépondreSupprimer
  12. tu m'as eu en citant Bertrand Gatignol (Ogres-Dieux...)
    je le note !

    RépondreSupprimer
  13. Le trait du dessin aurait tendance à me faire fuir mais l'histoire a l'air tellement passionnante !

    RépondreSupprimer
  14. Ah parce que chez toi, ce sont les fées et non le Père Noël, qui apportent les cadeaux.

    RépondreSupprimer
  15. Pas certaine d’adhérer mais je suis intriguée par autant d'éloges.

    RépondreSupprimer
  16. Comment résister avec toutes ces chroniques élogieuses !?

    RépondreSupprimer
  17. Bon, il va vraiment falloir que je découvre ce lupin...

    RépondreSupprimer
  18. Le postulat de départ et les thématiques abordées me plaisent bien, et si l'auteur a su gérer son scénario, c'est tout bon pour moi !

    RépondreSupprimer
  19. pas sûre de lire cette BD mais le sujet me semble intéressant

    RépondreSupprimer
  20. Il faut que j'aille l'emprunter à la médiathèque, c'est évident !

    RépondreSupprimer
  21. Il me tarde de la lire, vos différents avis sont tellement enthousiastes !

    RépondreSupprimer
  22. On va me la prêter ! Hâte de la découvrir !

    RépondreSupprimer
  23. Un petit côté fleur bleue, vraiment ?

    RépondreSupprimer
  24. Magnifique album, au scénario époustouflant. Le dessin est un peu en dessous par contre, avec quelques erreurs (illogismes) et une impression d'être plat parfois... Mais je ne regrette absolument pas cette découverte !

    RépondreSupprimer
  25. J'aurais passé mon tour devant l'album, mais vos billets m'incitent à dépasser mes apriori.

    RépondreSupprimer
  26. Moi non plus, comme Sabine, je ne l'aurai pas ouvert... Pourtant ce que vous en dites tous me tente diablement !!

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !