samedi 17 février 2018

Paris-Venise - Florent Oiseau

J’avais qualifié le premier roman de Florent Oiseau de « roman de branleur » (ce qui n’avait rien de péjoratif pour moi, bien au contraire). Je constate que le second est du même tonneau. Un personnage sans ambition à la vanne facile, un quotidien de banlieue triste comme un jour de pluie, une forme de renoncement et de désillusion assumée, pas un rond en poche, la glandouille comme principale activité...  un parfait branleur quoi. Sauf que la pression mise par sa banquière oblige Roman à chercher un job. Engagé par une compagnie ferroviaire privée sur le Paris-Venise, le jeune homme plonge dans l’univers très particulier des trains de nuit longue distance.

Dans ce train faussement haut de gamme, il découvre les avantages de certains postes par rapport à d’autres, les collègues magouilleurs, les clients pénibles, les pigeons bons à plumer, les fraudeurs et les clandestins qui tentent de monter à bord pendant les escales en Suisse ou en Italie. Il découvre l’état effroyables des toilettes à nettoyer en fin de nuit, les douaniers portés sur la boisson, les policiers lourdingues, les supérieurs pénibles. Sans compter les arrivées au petit matin dans une ville grise et lugubre où il passe sa journée à dormir dans un hôtel miteux avant de repartir le soir suivant vers Paris.

Roman se met vite au diapason de ses collègues et profite de la moindre opportunité pour améliorer l'ordinaire. Il a parfois des états d’âme mais les scrupules ne l’étouffent jamais longtemps. Il y a une truculence jouissive dans la prose de Florent Oiseau. Son récit sent le vécu à plein nez. Loin du glamour et du romantique, son Paris-Venise est sordidement drôle, porté par une langue très orale. C’est frais, moderne, spontané et derrière le je-m'en-foutisme de façade affleure une réflexion profonde sur la nature humaine.

Seul petit bémol, j’ai parfois trouvé Roman trop gentil, trop naïf, trop bien-pensant. Je l’aurais préféré plus roublard, plus cynique. Un poil moins lisse en somme. Mais je chipote parce qu’au final j’ai pris un vrai plaisir à partager son quotidien de galérien et ses mésaventures tragi-comiques. Il se confirme donc que les romans de branleur me vont comme un gant, ce qui ne surprendra personne je pense.

Paris-Venise de Florent Oiseau. Allary Éditions, 2018. 240 pages. 17,90 euros.














30 commentaires:

  1. Excellent, voilà une catégorie qui me sied tout à fait 🙂

    RépondreSupprimer
  2. Ton billet m'évoque les tribulations d'un précaire. J'adore aussi les branleurs, ce qui ne t'étonnera pas, ce livre me tente donc diablement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'avais adoré "les tribulations d'un précaire", ce qui ne t'étonnera pas ;)

      Supprimer
  3. cela pourrait réserver une petite soirée de lecture sympathique!

    RépondreSupprimer
  4. Celui-ci pourrait me tenter, le train m'attire ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-ci n'a pourtant rien de glamour :)

      Supprimer
  5. Amusant comme classement, roman de branleur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime bien créer mes propres catégories.

      Supprimer
  6. T'aimes bien les personnages qui galèrent en fait, et le récit de leurs galères.^^ Et plus, c'est noir, lugubre, et acide, mieux c'est. Un roman qui pourrait me plaire aussi, surtout s'il y a un poil de comique dedans, mais je pense que le cynisme me manquerait aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu le sais que j'aime bien tout ça, il y a maintenant longtemps que j'ai dévoilé tout ça ;)

      Supprimer
  7. Bon, j'avoue être moins portée que toi sur les "romans de branleur" :-))

    RépondreSupprimer
  8. quand même faire Paris Venise et ne pas aller voir Venise! j'ai une âme de midinette, je n'ai vu Venise qu'une fois et j'ai encore mon étonnement dans la tête (quelques années après...) quand j'ai mis les pieds sur la place Saint Marc .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'y suis jamais allé et ça ne me tente pas du tout.

      Supprimer
  9. J'adore. Le titre m'avait attirée mais je ne suis pas sûre que les romans de branleur soient pour moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande quand même ce que tu penserais de celui-là.

      Supprimer
  10. Romans de branleur, j'adore cette nouvelle catégorie. Pas certaine de vouloir lire le livre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au moins tu auras aimé quelque chose dans mon billet^^

      Supprimer
  11. Même remarqué que Valérie mais si je tombe dessus je penserai à toi.

    RépondreSupprimer
  12. ah ravie de te retrouver satisfait après une lecture, et je ris en lisant ton seul bémol, forcément un type trop gentil, ça énerve, hein ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, les gentils c'est juste bon pour les romans feel-good non ? :)

      Supprimer
  13. tu m'intrigues ... mais il faut bien avouer que ton appellation de "roman de branleur" peut prêter à confusion!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle très parlante cette appellation je trouve :)

      Supprimer
  14. J'ai personnellement trouvé ce livre très cynique... sinon je partage pleinement l'avis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi il arrondit trop certains angles pour être purement cynique.

      Supprimer
  15. Pas si branleur que ça et tellement authentique, à dévorer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etre un branleur authentique n'a rien de péjoratif pour moi, au contraire ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !