vendredi 20 avril 2018

L’Archipel du Chien de Philippe Claudel

« La plupart des hommes ne soupçonnent pas la part sombre que pourtant tous possèdent. Ce sont souvent les circonstances qui la révèlent, guerres, famines, catastrophes, révolutions, génocides. Alors quand ils la contemplent pour la première fois, dans le secret de leur conscience, ils en sont horrifiés et ils frissonnent. »

Une île volcanique sinistre, un vase clos, des habitants repliés sur eux-mêmes.  Trois corps de migrants retrouvés sur la plage un matin. Le maire décide d’étouffer l’affaire, les cadavres vont disparaître sans laisser de traces. Du moins dans un premier temps. Car leur ombre va planer sur l’île et semer la désolation…

Rien de tel que Claudel pour me remettre en selle (ça rime en plus !). Un écrivain, un vrai, exigeant, littéraire, habité. Aux frontières de la parabole, de la fable, du théâtre et du thriller, il montre la bassesse, la lâcheté, la cruauté d’une humanité prête à toutes les forfaitures pour préserver ses petits privilèges.

L’entreprise était louable mais j’ai vite déchanté. Tout  est trop simple, trop linéaire, trop prévisible. Le maire est un salaud corrompu, le curé fait comme si de rien n’était, le médecin devient complice malgré lui et le pseudo-flic est brutal et alcoolo. Seul l’instit, phare de lumière humaniste dans ce monde de sombres ordures est un être pur, ce qui lui vaudra, cela va de soi, de finir en victime honteusement sacrifiée.

Fable oblige, la morale vient nous rappeler que chacun doit un jour payer pour ses crimes (sérieusement ?????). La conclusion est à l’image du reste. Simple, prédictible, binaire. Pas d’aspérité, pas d’entre-deux, le monde est tout noir ou tout blanc, les nuances de gris ne font pas parties de cette tragédie volcanique.

Une déception donc, une de plus. Au suivant…

L’Archipel du Chien de Philippe Claudel. Stock, 2018. 280 pages. 19,50 euros.












24 commentaires:

  1. J'avais déchanté en lisant le billet de Lola..tu en rajoutes une "belle" couche!
    Allez, au suivant!

    RépondreSupprimer
  2. Aïe.zut ! J'ai prévu de le lire prochainement.

    RépondreSupprimer
  3. Et un de plus, je n'ai pas lu de bons avis sur ce livre jusqu'à présent. ... Dommage, encore un rendez-vous raté, j'espère que ça va s'arranger, en plus, j'ai la pression car je connais un des titres qui va arriver 😉

    RépondreSupprimer
  4. Ce livre ne suscite pas l'enthousiasme. Peut-être qu'à trop vouloir publier ...

    RépondreSupprimer
  5. et comme par hasard je viens de publier un billet sur "les âmes grises" qui m'a un peu déçue, justement pour le manque de nuances dans ses portraits de méchants. Mais c'est quand même un bon roman

    RépondreSupprimer
  6. Hmmm... Les écrivains ont-ils du mal à se renouveler ? Peut-être sont-ils dans une mauvaise phase eux aussi.^^ Je garde un souvenir fort de 3 de ses romans lus il y a des années, mais ça fait longtemps que je n'ai plus exploré son univers.

    RépondreSupprimer
  7. Ouais... une de plus. Décidément, ça ne s'arrange pas!
    Au suivant, que j'espère meilleur pour toi...

    RépondreSupprimer
  8. Tes déceptions n'allongent pas la LAL, c'est déjà ça.

    RépondreSupprimer
  9. Aïe ! Au début de ton commentaire, j'ai vraiment cru que tu étais sorti de ta période de morosité... Bon, au suivant, donc...

    RépondreSupprimer
  10. J'avais lu, dans ton billet sur tes déceptions récentes, que ce titre ne t'avais pas convaincu. Moi qui en avais entendu beaucoup de bien, cela m'a refroidie... et ton billet me conforte dans ma défiance.

    RépondreSupprimer
  11. Si j'avais écrit un billet sur ce roman, j'aurais dit la même chose que toi !!! Tu m'évites de me creuser la tête...

    RépondreSupprimer
  12. J'aimais beaucoup le gris de Claudel, dans les Ames grises, justement, et même le noir du rapport de Brodeck .... Ce dernier titre me tentait bien, mais là, non.

    RépondreSupprimer
  13. je ne pense pas le lire... Dis-moi, j'espère que tu ne déprimes pas trop !

    RépondreSupprimer
  14. Tu ne crois donc pas que chacun doit payer pour ses crimes ?

    RépondreSupprimer
  15. pas totalement convaincue par ce roman non plus...impression mitigée.

    RépondreSupprimer
  16. Moi j'arrête de lire Claudel, il ne cesse de me décevoir.

    RépondreSupprimer
  17. Ma libraire était dithyrambique mais je me suis souvenue de ton avis. Je crois que j'ai bien fait de ne pas me laisser tenter...

    RépondreSupprimer
  18. et bien il va attendre... je veux rester sur une bonne opinion sur Claudel....

    RépondreSupprimer
  19. Comme je viens de le dire chez Mior, je pense que l'auteur a du mal à se renouveler malgré sa très belle plume et cela ne date pas d'hier (enfin de ce roman-ci)) Mais ce n'est que mon avis... Des bises

    RépondreSupprimer
  20. Un Philippe Claudel décevant ? Lui aussi ? Ouh la la, moi qui avait prévu de le lire.... Je regarderai si je peux l'emprunter à la Médiathèque pour me faire mon avis. Mais comme vous je pense que le monde est loin d'être ou tout noir ou tout blanc. Quant à la vengeance, je n'y crois pas.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  21. Vous êtes bien difficiles! Je vous suggère PANCOL et consorts ça passe bien ça ne vous empêchera pas de dormir
    Claudel c'est la noirceur, la désespérance, un monde kafkaïen glauque qui vous assure une digestion difficile c'est comme ça !
    Lisez donc "la cuisine pour tous" c'est plus frivole et ça vous prend pas le chou

    RépondreSupprimer
  22. (Mouahahahahah. Ça, c'est pour le commentaire du dessus...)
    Et je ne lis que des chroniques déçues sur ce livre donc il ne passera pas par moi.
    Vite, un PANCOL !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !